Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conz

  • Quelque part les étoiles

     

    CONZ en français

     

    couvconz0.png

     

    Les éditions marseillaises Même pas Mal viennent de publier en un volume la trilogie du bédéiste flamand CONZ (titre original : De tweede kus).

     

     

    Quelle était au départ la trame de Quelque part les étoiles ?

    Ce dont j’étais sûr, c’est qu’il devait s’agir d’une histoire plus adulte que Toen ik nog baas van de wereld was. En deuxième lieu, je voulais esquisser une histoire d’amour qui se révèlerait ne pas en être tout à fait une. Une histoire dans laquelle l’expérience de quelques personnages est présentée sous différents points de vue. Il s’agissait de proposer un épisode de leur vie, un instantané très fort. On ne voit rien de leur vie si ce n’est ce moment que je tiens à montrer.

    Même quand on approche de la fin, on ne sait toujours pas si ça va se terminer par « et ils vécurent longtemps heureux ». Je n’avais d’ailleurs pas envie de raconter cela : je me contente de redonner leur liberté à mes personnages. La vraie vie, tu sais ?!

     

    Plus on avance dans la trilogie, plus elle se fait sombre. Cela correspond-il à un plan préconçu ?

    conz,éditions même pas mal,bande dessinée,flandreJe le savais déjà alors que je traçais les grandes lignes de l’histoire dans mon carnet de croquis. J’étais impatient de passer à la deuxième partie, de voir la rupture stylistique. Celle-ci devait procurer une sorte de choc ; c’est pourquoi le premier volet est beaucoup plus clair. Dans le deuxième, j’ai pu donner ma pleine mesure et dans le troisième mieux doser encore. Certes, ça reste sombre, mais une lueur d’espoir se glisse tout de même à un moment donné.

    Si je réfléchis sur la fin, j’imagine que Ringo aura une vie bien remplie (rire). Il est encore jeune, il va connaître encore beaucoup de bons et de moins bons moments. Ce que je montre, c’est uniquement l’épisode le plus moche de sa courte existence.

    extrait de l’entretien de Conz avec Geert De Weyer publié aux pages 266-271 du volume

     


     

    LE MOT DE L’ÉDITEUR

     

    L’œuvre de Conz, acclamée par la presse et le public, enfin traduite du néerlandais ! Quelque part les étoiles nous mène sur les traces de Ringo, en quête de lui-même au fil de deux périodes de son existence, et nous fait découvrir les événements qui ont bouleversé sa vie et celle de ses proches. Notamment celle d’Hanna, son amour de jeunesse, qu’il va tenter de retrouver lors d’un voyage initiatique en Australie. Chacun des chapitres possède ses propres spécificités, son atmosphère, ses décors particuliers. L’histoire est racontée sous forme de flash-back éclectiques, où les souvenirs jouent un rôle prépondérant dans la construction et la compréhension du présent. L’ensemble est profond, intelligent, liant un dessin de prime abord naïf à une histoire et des personnages complexes. Conz sait observer le monde avec acuité, introspection et faire frémir le lecteur. Ce qui explique son retentissant succès en Flandre.

     

    conz,éditions même pas mal,bande dessinée,flandre

    Parution : octobre 2011

    ISBN : 978-2-918645-12-2

    Format : 17 x 24cm - 272 pages

    Couvrante cartonnée - intérieur papier munken print white 150g

     

     

    conz,éditions même pas mal,bande dessinée,flandre

     

     

    CONZ (en néerlandais)