Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bartosik

  • Michel Bartosik

     

    Famille écrite

     

    bartosik,pink poets,anversDisparu le 1er février 2008 à l’âge de 59 ans, Michel Bartosik laisse six recueils de poésie ainsi qu’un grand nombre d’essais et de critiques. Membre d’un groupe d’une douzaine de poètes anversois dont quelques dandys, les Pink Poets (1972-1982), collaborateur des revues Hand, Impuls et Impuls/De tafelronde, il a cosigné en 1975 un manifeste en faveur d’une poésie axée sur la langue et non sur l’anecdotique tout en renvoyant à la tradition maniériste des XVIe et XVIIe siècles. Durant les dernières années de sa vie, Bartosik a donné de très belles contributions sur la poésie dans De leeswolf et Poëziekrant, faisant partager avec tact son amour de certaines œuvres contemporaines ou plus anciennes. Cet homme discret, dont l’œuvre est restée confidentielle, a vu son dernier recueil Geschreven familie (Famille écrite, Gand, PoëzieCentrum, 2003) couronné par une prestigieuse distinction littéraire. Très exigeant à l’égard de sa propre œuvre, retravaillant sans cesse ses créations avant de les publier, il reniait plus ou moins la première moitié de sa production. Polyglotte, il a laissé de rares vers en français ou encore en anglais. Nous proposons ci-dessous la traduction de deux poèmes de Geschreven familie.

     

     

    La chair fondante d’une pêche

    qui se fait jus (quand quelqu’un

    près de toi en dépouille le velours),

     

    morceaux émiettés de ton pain

    et mie humectée dans la bouche gorgée

    après gorgée       la dernière chose

     

    que nous ayons imaginée ensemble, un repas

    à étaler sur des heures, expectative du pauvre,

    désarroi d’enfants, à tes lèvres

     

    on a porté le jour suivant l’eau

    glacée      tu l’as repoussée 

     

     

    bartosik,pink poets,anvers

    toile de Louisa Chevalier

     

     

    La porte refermée, vient

    la délicatesse des fruits.

     

    Deux mains apeurées les ont disposés

    au soleil, derrière les vitres.

     

    Un pouce, le soir, sépare

    en évitant de trop trembler

    la blettissure du pourri.

     

     

    Quelqu’un, quelque part, rêve encore, goûte

    le geste avec lequel tu soulèves d’entre eux

    le plus petit, mastiques, jusqu’à l’exténuation, une chose

     

    trop sèche

     

    (trad. D. Cunin)

     

     

    Œuvres poétiques

    Omtrent vos Reynaert 3 (À propos de Maître Renart 3, en collaboration avec Peter Bormans, Geert Currinckx et Freddi Smekens, 1968)

    Linguïstiek (Linguistique, 1975)

    De verzamelnaam der eenzaamheid (Le nom générique de la solitude, 1976)

    Rigor mortis (1980)

    Sunt lacrimae (1990)

    Geschreven familie (Famille écrite, 2003)

    bartosik,pink poets,anvers

    addendum : en 2013, le PoëzieCentrum de Gand a réuni l’ensemble de l’œuvre poétique de M. Bartosik sous le titre Schroomruil (éd. Koen Van Baelen, Peter Bormans, Anneleen De Coux, Matthijs de Ridder ; postface Erik Spinoy).

     

    Merci à Louisa et à Koen