Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le Poète est mort, vive le Poète !

     

     

    Le « Louis de Bourbon » hollandais

     

     

    louis de bourbon,naundorff,littérature néerlandaise,yad vashem,traduction,louis xvii

     

     

    Une comédie musicale à son nom, un nom gravé parmi ceux des Justes du Yad Vashem : tels sont les honneurs posthumes reçus par un écrivain néerlandais. Un homme qui aura vécu toute sa vie sous l’aura de son patronyme hérité d’un célèbre et controversé arrière-grand-père : « Charles-Louis de Bourbon, duc de Normandie, (Louis Dix-Sept), ayant été connu sous le nom de Charles-Guillaume Naundorff ».

    louis de bourbon,naundorff,littérature néerlandaise,yad vashem,traduction,louis xviiJuriste de formation, Louis de Bourbon (1908-1975) a été journaliste, maire d’Escharen puis d’Oss, ville du Brabant-Septentrional où, au cours de l’entre-deux-guerres, ont été fondés les laboratoires Organon. Après 1945, il se consacrera essentiellement à la lit- térature, gagnant sa vie en faisant entre autres des traductions. Comme beaucoup de ses compatriotes ayant séjourné dans les Indes néerlandaises – pour sa part, il y a vécu avec son épouse et leurs enfants de mars 1936 à juillet 1938 en tant que rédacteur de journaux locaux –, il a restitué dans ses vers et sa prose maintes impressions d’Asie.

    Entré en littérature en 1931 (premières publications dans Het venster – dont les trente-quatre livraisons ont paru entre 1931 et 1936), il a occupé des fonctions au sein de deux revues littéraires qui ont joué un rôle important dans le renouveau catholique en Hollande : Roeping (Vocation) et De Gemeenschap (La Communauté / La Communion), publiant aussi dans Forum, périodique aconfessionnel cofondé par l’ami de Malraux, Eddy du Perron. Après la guerre, Louis de Bourbon s’éloignera du catholicisme.

    Louis de Bourbon

    louis de bourbon,naundorff,littérature néerlandaise,yad vashem,traduction,louis xviiL’œuvre de cet homme à la vie bien remplie est dominée par une veine tragico-romantique, « romantique » comme le château où il passa quelques années de son enfance – une atmosphère « à la Malte Laurids Brigge ». Mélancolie, souffrance, errance, sensualité, déification de la mère trop tôt disparue, bonheurs et tourments amoureux, lutte âpre à laquelle se résume parfois l’existence, tels sont les thèmes majeurs qui s’en dégagent, teintés parfois d’humour. L’attachement à la gloire passée de la famille royale française transparaît dans de nombreuses pages. À la mort de son père –  homme autoritaire qu’il n’aimait guère –, Louis de Bourbon s’est considéré comme le Dauphin, avançant que l’histoire de son ancêtre Naundorff était « trop belle pour ne pas être vraie ». Né aux Pays-Bas (à Renkum dans la Gueldre), il estimait avoir vu le jour sur le sol français : dans la demeure familiale, les pieds du lit où sa mère a accouché étaient placés dans des pots contenant de la terre de France. Sa connaissance du français – excellente, mais imparfaite – l’a amené à composer des poèmes dans les deux langues. Il en a même écrit en mêlant plus de langues encore, façon pour lui d’illustrer son aspiration à une intégration européenne.

    Louis de Bourbon, Naundorff, littérature néerlandaise, Yad Vashem, traductionÂme sans véritable port d’attache, nature rêveuse et maniaco-dépressive*, conscience travaillée par les épreuves de la guerre, Louis de Bourbon a laissé une trentaine de titres ainsi qu’un nombre considérable d’arti- cles. Si quelques contributions paraissent encore sur lui, elles reviennent bien plus sur son rôle de maire d’Oss pendant l’Occupation et son action dans la Résistance que sur son œuvre**. Malgré de belles pages, celle-ci ne se caractérise pas forcément par une grande originalité – la prose trahissant un manque de pouvoir d’évocation, la poésie n’ayant pas la fraîcheur de celle d’un Jan Engelman (1900-1972) –, trop marquée sans doute qu’elle est par diverses influences, celle de Slauerhoff ou celle des grands poètes français du XIXe siècle. Aucune réédition n’a paru depuis la mort de l’écrivain ; l’autobiographie à laquelle il travaillait dans ses dernières années n’a jamais vu le jour. Peu avant de succomber à un cancer, il a eu le temps de réunir ses œuvres poétiques. Ce volume offre sept autoportraits dont le premier en version néerlandaise (1938) et dans une traduction française de l’auteur :

     

     

    ZELFPORTRET I

     

    Een prins van Frankrijk en het zoet Navarre

    heeft blauwe ogen, donker-blonde haren,

    maar geen paleizen meer en geen vazallen,

    want heersen doen in deze eeuw barbaren.

     

    Geef hem de koelte weer der kathedralen

    en bloeiende gazons met ruisende fonteinen,

    muziek en toortslicht in de hoge zalen,

    de gloed van kruistochten en van festijnen.

     

    Een leven, vol herinnering en dromen,

    blijft onbenut en roeit zichzelve uit,

    het lost zich op in sombere fantomen.

     

    Maat soms, opeens, moet dit moe hart weer spreken:

    een oud kasteel, dat zich nog ééns ontsluit,

    een laatste zwaan, waarvan de ogen breken.

     

     

     

    louis de bourbon,naundorff,littérature néerlandaise,yad vashem,traduction,louis xvii

    Louis de Bourbon miné par la maladie,

    photo Henk Gerritsen, quatrième de couverture des Verzamelde gedichten, 1974

     

     

     

    PORTRAIT

    du Poète par lui-même

     

    Prince de France et de Navarre la douce

    Il a les yeux bleu clair, cheveux bouclés et blonds

    Mais pauvre et sans pays, sans vassaux ou barons :

    Les trônes sont vacants par ces temps si farouches.

     

    Enfant il a déjà connu du sort humain l’abîme.

    Orphelin à dix ans il se masque en guettant

    Les assauts, les splendeurs des images d’antan :

    Croisades, cathédrales, jardins galants intimes.

     

    Encore dans son regard ce reflet de tristesse :

    La double solitude de poète en exil

    De prince sans royaume, d’enfant sans tendresse.

     

    Mais parfois réveillé, tout à coup il s’arrache

    À ces sombres pensées, cette souffrance inutile,

    Par un poème sublime dévoilant son panache.

     

     

     

    * En 1953, souffrant d’une dépression alors qu’il travaille à un roman sur Louis XVII, Louis de Bourbon se retrouve dans l’incapacité d’écrire. Des écrivains créent un comité pour lui venir en aide et lui permettre de se reposer en Suisse.

    Louis de Bourbon, Naundorff, littérature néerlandaise, Yad Vashem, traduction

    ** Une monographie s’attache toutefois à mettre en valeur l’œuvre de ce personnage singulier : Margreet Janssen Reinen, Louis de Bourbon, dichter van het eeuwige verlangen, Tekstservice Van Moock, Molenhoek, 1998.

     

     

     

     

    Illustrations

    Louis de Bourbon, Twaalf maal Azië (Douze fois l’Asie), préface Antoon Coolen, dessins Charles RoelofszAmsterdamsche Boek- en Courantmaatschappij, 1941.

    Louis de BourbonVerzamelde gedichten (Œuvres poétiques complètes), préface Jan H. de Groot, Bruges, Orion, 1974, 340 p.

     

     

     


    extrait de la comédie musicale Louis de Bourbon, 2000

     

     

     

    louis de bourbon,naundorff,littérature néerlandaise,yad vashem,traduction,louis xvii

    signature autographe

     

     

  • Petite leçon de traduction

     

     

    Les premiers pas du traducteur

    Marcel Schwob

     

      


    couvschwobbio2000.pngLa traduction a joué un grand rôle dans la vie de Marcel Schwob (1867-1905). C’est donc à juste titre que les auteurs de l’Histoire des traductions en langue française. XIXe siècle (Lagrasse, Verdier, 2012) s’intéressent à la démarche de ce génie précoce : « Marcel Schwob, qui avait rédigé une traduction de Catulle en vers marotiques dès l’âge de seize ans, publie en 1894 une traduction de Moll Flanders de Daniel Defoe dans la langue des romanciers du XVIIIe siècle. » S’il recourt « à un état ancien de la langue », ce n’est pas pour briser la gaine du français classique, mais afin de « produire un effet similaire à celui de l’original ». « Quatre ans plus tard, Schwob traduit Hamlet avec la collaboration d’Eugène Morand. De nouveau, le texte vise à produire sur le spectateur français un effet comparable à celui de la langue élisabéthaine sur un spectateur britannique de l’époque victorienne. » Claudel en apprécie « les critères musicaux, rythmiques et phoniques » (p. 119 et p. 120). Une page de la biographie Marcel Schwob ou les vies imaginaires (Paris, Le Cherche Midi, 2000), que l’on doit à Sylvain Goudemare, nous offre un regard dans la cuisine de l’apprenti traducteur. Il s’agit d’une lettre du 19 septembre 1881 que l’érudit Léon Cahun adresse à son neveu :

     

    Mon cher Marcel, 

    Tes traductions n’étaient pas mauvaises, classiquement parlant. J’avais naturellement choisi les plus faciles. Maintenant, je vais profiter de l’occasion pour te montrer quelle différence il y a entre une traduction classique, c’est-à-dire de mots, et une traduction exacte, c’est-à-dire de choses et de pensées. Tu traduis : troquere agmen ad dextram vel ad sinistam, par « faire passer l’armée à droite ou à gauche ».

    1° - Torquere ne signifie pas « faire passer » mais « faire tourner en rond ». Une catapulte ou une fronde peut « torquere missilia – lancer des projectiles » parce qu’elle les fait tourner.

    2° - Agmen ne signifie pas « armée ». Armée se dit exercitus. Agmen signifie « troupe rangée pour marcher » ou, pour employer le mot technique, « colonne de route ».

    Le jeune Marcel Schwob

    MarcelSchwobAdolescent.png3° - « Faire passer l’armée à droite » ne signifie plus rien du tout. Si tu te trouvais au beau milieu d’une plaine, à la tête d’une armée, ne fût-elle que de quatre hommes et d’un caporal, et si je te commandais de la faire passer à droite, tu serais fort embarrassé d’exécuter mon ordre, parce que tu ne le comprendrais pas.

    Prends-moi maintenant agmen au sens du mot « colonne de route ». Tu as cinquante hommes qui marchent deux par deux dans une direction donnée. Tu veux les faire marcher vers une autre direction ; tu commandes : « torquere agmen ad sinistram vel ad dextram » – Colonne, tournez à droite, colonne, tournez à gauche, et on te comprendra. Le terme technique en français, est « changement de direction à droite ! » et, en allemand, Rechts abmarschirt ! []

    Remarque que, dans tous ces cas, l’analyse serrée du mot te donne toujours la traduction juste.

    Je m’arrête là aujourd’hui, mon cher Marcel. Mon petit vocabulaire, avec un succinct aperçu des formations et des évolutions grecques et romaines aux différentes époques, sera, comme tu le comprends maintenant, utileet point ennuyeux. Je te dis, aux différentes époques, car la technologie du temps de la deuxième guerre punique ne ressemble pas plus à celle du temps de César que la légion de Scipion l’Ancien ne ressemble à celle de Marius, ou qu’un régiment de Louis XIV ne ressemblait à un régiment de Napoléon. [...]

    Je t’embrasse de tout cœur. [...]

    Ton oncle et parrain,

    Léon Cahun

     

     

    Traductions de Marcel Schwob

     

    RICHTER, Wilhelm, Les Jeux des Grecs et des Romains [en collaboration avec Auguste Bréal], Paris, Émile Bouillon, 1891.

    WILDE, Oscar, « Le Géant égoïste », Paris, L’Écho de Paris, 27 décembre 1891.

    DEFOE, Daniel, Moll Flanders, Paris, Ollendorff, 1895.

    STEVENSON, Robert Louis, « Will du Moulin » [traduction anonyme], Paris, La Vogue, 1899.

    DE QUINCEY, Thomas, Les Derniers jours d’Immanuel Kant, précédé d’une préface, Paris, La Vogue, 4 avril 1899, p. 12-26 ; 88-102 ; 161-174.

    SHAKESPEARE, William, La Tragique Histoire d’Hamlet, prince de Danemark [en collaboration avec Eugène Morand], Paris, Charpentier et Fasquelle, 1900.

    HENLEY, William Ernest, The Tudor Translations : Rabelais, trans. by Marcel Schwob, pref. by Charles Whibley, sans nom d’éditeur, 1900.

    CRAWFORD, Francis Marion, Francesca da Rimini, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1902.

    WHIBLEY, Charles, « Rabelais en Angleterre », Paris, Revue des études rabelaisiennes, 1903.

    SHAKESPEARE, William, Macbeth, in Œuvres complètes de Marcel Schwob, éd. de Pierre Champion, 10 vol., t. VI, « Théâtre », Paris, Bernouard, 1927-1930.

    source : Bruno Fabre, Bibliographie sur Marcel Schwob (1985-2010) avec quelques études anciennes, Société Marcel Schwob, 2011.

     

     

    Marcel Schwob en néerlandais

     

    couvSchwobRaster2007.pngUn site www.schwob.nl a été créé aux Pays-Bas pour faire connaître des écrits rares et favoriser leur traduction en langue néerlandaise. Il accorde une place à l’écrivain français et renvoie au numéro de la revue Raster qui a publié les Vies imaginaires en traduction (n° 118, 2007, trad. Jacq Firmin Vogelaar et Liesbeth van Nes) ainsi que des textes portant sur lui, rédigés par ses traducteurs, dont Rokus Hofstede, lequel a transposé La Différence et la ressemblance. Sur www.schwob.nl, on peut lire par ailleurs un aperçu biographique signé Orli Austen ainsi qu’un essai de Pieter de Nijs. Il existe également une traduction de La Machine à parler (par Liesbeth van Nes).

    couvSchwob1931.pngEn 1931 paraissait chez Stols De kinderkruistocht, traduction de La Croisade des enfants, que l’on doit au critique Victor van Vriesland. La comédienne Charlotte Kölher avait déclamé cette version néerlandaise au Schouwburg  d’Amsterdam le 20 juin 1930 avant de répéter l’expérience dans d’autres théâtres.

    Rappelons que Marcel Schwob a entretenu des liens privilégiés avec W.G.C. Byvanck (1848-1925), l’auteur d’Un Hollandais à Paris en 1891. Cet homme de lettres batave, lecteur tout aussi précoce que le Français – alors qu’il entame ses études universitaires à l’âge de 16 ans, Goethe et Shakespeare n’ont déjà plus guère de secrets pour lui –, montra à plusieurs reprises une réelle pénétration à sonder la singularité d’une œuvre, ce que peu de ses compatriotes surent reconnaître : « Jamais un homme possédant un tel savoir et autant de qualités n’aura exercé une aussi faible influence sur son peuple » (Frans Drion). Le récent ouvrage Claudel et la Hollande (textes réunis par Marie-ByvanckparToorop1921-Détail.pngVictoire Nantet, Poussière d’Or, 2009) rend un hommage plus que mérité au critique qu’il a été : dès 1892, le Hollandais a, chez « le génie ef- fervescent » de l’auteur de Tête d’or, « saisit l’esprit de son œuvre, prêtant l’oreille à ce qu’elle veut dire et apportant une réponse qui ne réside ‘‘pas tant peut-être dans l’âme de celui qui parle que dans celle de celui qui écoute’’ » (p. 9).

    Byvanck par Jan Toorop, 1921

    La bibliothèque royale de La Haye abrite une partie de la correspondance Marcel Schwob-W.G.C. Byvanck. À propos de leur amitié, on lira : Christian Berg, « Marcel Schwob et Willem Byvanck », in Retours à Marcel Schwob : d’un siècle à l’autre (1905-2005), Christian Berg,  Alexandre Gefen & Monique Jutrin (éd.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 203-218.

     

     

     

    Le poème « Marcel Schwob »

    de Paul van Ostaijen

     

    Dans son recueil de 1918 Het sienjaal (Le Signal), le poète flamand Paul van Ostaijen a placé un poème « Marcel Schwob » juste avant celui intitulé « Francis Jammes ». Nous le reproduisons ci-dessous suivi de la traduction qu’en a proposé Maurice Carême dans Les Étoiles de la poésie de Flandre. Guido Gezelle, Karel van de Woestijne, Jan van Nijlen, Paul van Ostaijen (Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1973, p. 182).

     

     

     

    MARCEL SCHWOB

     

     

    Ik wil de wonderliike wonden van uw voeten zoenen,

    ik, de boetende en gij die reeds gekruisigd werd. 

     

    Ik weet ook gij werd aan het kruis gekromd,

    mijn stille kruistochtkind.

     

    Gij zijt de stem van de Doper, 

    doch ik ben niet de Tetrarch. Gij zijt het gans gebeuren.

     

    U tegenover zal ik niet zondigen, 

    want uwe wonde ken ik, zonder dat mijn hand hare kilte voelt.

     

    Van uw lippen wil ik de liefde drinken,

    was ook uw lijf nog slechts een vreeselik offer, - de melaatse kluizenaar in de woestijn.

     

    Mijn handen zijn nog niet doorwond, 

    de koorden snijden enkel het vlees van mijn arme armen.

     

    Doch zeg slechts een woord, gekruisigde, en de lichten in mij zullen zich omzetten

    tot de kaarsen van het paradijs. 

     

     Paul van Ostaijen (1896-1928)

    marcel schwob,traduction,pays-bas,w.g.c. byvanck,paul van ostaijen,littérature,poésie

     

     

     

    MARCEL SCHWOB

     

     

    Je veux baiser les blessures étonnantes de vos pieds,

    moi, le pénitent, et vous qui déjà avez été crucifié. 

     

    Je sais, vous fûtes courbé sur la croix,

    mon enfant tranquille de la croisade.

     

    Vous êtes la voix de saint Jean-Baptiste,

    cependant je ne suis pas le Tétrarque. Vous, vous êtes tout le passé.

     

    Jamais contre vous je ne pécherai,

    car je connais votre blessure sans que ma main en sente la fraîcheur.

     

    Je veux boire l’amour à vos lèvres ;

    votre cœur serait-il un sacrifice effrayant – le lépreux solitaire dans le désert ?

     

    Mes mains ne sont pas encore trouées,

    les cordes seules taillent la chair de mes bras lassés.

     

    Pourtant, dites un mot, crucifié, les lumières en moi se changeront

    en cierges du paradis.

     

    trad. Maurice Carême

     

     

    marcel schwob,traduction,pays-bas,w.g.c. byvanck,paul van ostaijen,littérature,poésie