Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Édouard Rod sur Maeterlinck, traducteur

 

 

Rêveries sur un livre mystique

 

 



Rod00.pngL’Ornement des noces spirituelles
, traduction d’une des œuvres de Ruysbroeck (ou Jan van Ruusbroec) par Maurice Maeterlinck a eu un grand retentissement. On la lit toujours, elle a encore été rééditée en 1990, soit un siècle après sa parution, alors que venait de voir le jour chez Brepols l’édition de référence, à savoir le volume III des œuvres complètes du mystique flamand : Opera omnia III. Die geestelike brulocht. De ornatu spiritualium nuptiarum (1988, texte moyen néerlandais annoté et présenté en regard de la traduction latine de Sirius et d’une nouvelle traduction anglaise).

Parmi les écrivains qui ont tout de suite manifesté leur enthousiasme, on relève le Suisse Édouard Rod (1857-1910). C’est sa critique accueillie en page 3 de la Gazette de Lausanne du 2 mai 1891 que nous reproduisons ci-dessous.

 

 

Rod1.png

Rod2.png

Rod3.png

Rod4.png

Rod5.png

Rod6.png

Rod7.png

Rod8.png

Rod9.png

Rod10.png

Rod11.png

Rod12.png

 

Rod13.png

 

 

  


The Blue Bird (1918) de Maurice Tourneur d'après M. Maeterlinck

 


 Béatrice Arnac chante Et s'il revenait un jour de M. Maeterlinck

 

 

Les commentaires sont fermés.