Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le lait plus épais que le sang

 

Retour sur Courrier des tranchées

  

stefan brijs,courrier des tranchées,héloïse d'ormesson,première guerre mondiale,flandre,france,londres,belgique,roman,littérature

Stefan Briis, Courrier des tranchées,

trad. D. Cunin, Paris, Héloïse d’Ormesson, 2015.

 

  

Un roman où la massive pendule d’un horloger allemand de Londres n’est pas sans rappeler celles des toiles de Chagall, où le chien Shakespeare annonce, dès les premières pages, la fragilité, la fin d’un monde.

  

stefan brijs,courrier des tranchées,héloïse d'ormesson,première guerre mondiale,flandre,france,londres,belgique,roman,littérature

 

LE MOT DE L’ÉDITEUR

 

Londres, à l’aube de la Première guerre mondiale. John refuse de s’enrôler, à l’inverse de son meilleur ami Martin, mû par un patriotisme vibrant. Bercé par Keats et Thackeray, John préfère se consacrer à la littérature, loin de la violence du conflit. Mais celle-ci ne va pas tarder à se rappeler à lui lorsqu’il découvre une terrible lettre, que son père, facteur, a omis de remettre à la mère du jeune soldat.

 

Fresque d’une période où les notions de courage et de lâcheté paraissent soudain floues, Courrier des tranchées raconte le gouffre entre l’exaltation de la guerre et son effroyable réalité. En virtuose de la construction romanesque, Stefan Brijs donne chair à des personnages déchirants, portés par une intrigue ingénieuse qui surprendra le lecteur jusqu’à la dernière page.

 


L’auteur parle de son roman

 

 

QUELQUES CRITIQUES

(articles et extraits)

  

« Histoire vibrante et poignante de deux jeunes londoniens de quartiers populaires, ‘‘frères de lait’’ pris dans la tourmente de la Première guerre mondiale. »

 

stefan brijs,courrier des tranchées,héloïse d'ormesson,première guerre mondiale,flandre,france,londres,belgique,roman,littérature

A. Fillon, Livres Hebdo, 3 juillet 2015

 

« Courrier des tranchées est un hymne aux mots, ceux qui vous transportent dans les livres, ceux qui vous transpercent le cœur en quelques lignes dans des froides missives officielles. Par ce prisme original, Stefan Brijs n'a pas écrit un livre de plus sur la guerre de 14, son propos est universel et touche directement à ce qui nous donne le courage de continuer à vivre, à travers le destin (la vie ou la mort) de ceux qui nous sont les plus chers. »

 

stefan brijs,courrier des tranchées,héloïse d'ormesson,première guerre mondiale,flandre,france,londres,belgique,roman,littérature

Témoignage chrétien, 17 septembre 2015

 

« D'une belle écriture, d'une construction magistrale, cette histoire nous porte jusqu'au finale grâce à un suspense époustouflant. En filigrane, le lecteur partage l'amour et l'érudition de l'auteur pour la littérature, qui fait dire à un de ses personnages : ‘‘Un livre, ça doit nous amener à réfléchir. À modifier le regard que l’on porte sur la vie.’’ Ce chef d'œuvre en apporte la preuve. »

 

stefan brijs,courrier des tranchées,héloïse d'ormesson,première guerre mondiale,flandre,france,londres,belgique,roman,littérature

Les Échos, 11-12 sept. 2015

 

« Ce roman foisonnant questionne avec une grande finesse les notions de courage, de lâcheté, d'héroïsme, de trahison et de patriotisme. L’intrigue est construite de telle manière qu’elle se nourrit constamment de la richesse et de la complexité des personnages et des rapports humains. La guerre elle-même devient un des personnages, un ‘‘actant’’, qui influent sur la destinée des uns et des autres. Un roman dont les péripéties ne doivent pas occulter la subtilité et l’immense sensibilité de la narration. »

 

stefan brijs,courrier des tranchées,héloïse d'ormesson,première guerre mondiale,flandre,france,londres,belgique,roman,littérature

stefan brijs,courrier des tranchées,héloïse d'ormesson,première guerre mondiale,flandre,france,londres,belgique,roman,littérature

Michel Paquot, L’Avenir, 18 septembre 2015

 

« 590 pages qui nous tiennent en haleine jusqu’au bout !

L’écriture de Stefan Brijs est si agréable que l’on tourne les pages sans s’en rendre compte. De l’émotion et des descriptions qui nous plongent dans le quotidien de John alors que l’Angleterre s’engage dans la Première guerre mondiale. »

 

stefan brijs,courrier des tranchées,héloïse d'ormesson,première guerre mondiale,flandre,france,londres,belgique,roman,littérature

Alexandre Fillon, Lire, oct. 2015

 

« Ample, vaste et subtile, la plume de Stefan Brijs capte son lecteur dès les premières lignes, l'emportant dans le souffle de l'Histoire, l'abandonnant au terme de 591 pages, épuisé, troublé, comblé, heureux d'un récit haute voltige. Un grand, très grand, roman. » 

 

 

Les commentaires sont fermés.