Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

asile

  • Jan Arends, le fou écrit

     

    Jan Arends

    (La Haye 1925 - Amsterdam 1974)

     

     

    Jan Arends, dessin de Rik Hagt

    arends,asile,poème,bezige bij,amsterdamFils d’une orpheline, lui-même enfant non reconnu, Jan Arends mènera une vie de solitaire ponctuée par plusieurs internements en asile. Ces séjours comme ses obsessions masochistes lui inspireront un magnifique texte en prose Keefman (1972), monologue d’un aliéné qui s’adresse à son psychiatre (dont il existe une traduction de J. Arons sous le titre Monsieur Roquet dans Le Fou parle, revue trimestrielle d'art et d'humeur, n° 28, juin 1984, p. 29-37). Son œuvre restreinte (moins de 500 pages) se compose en partie de poèmes « télégraphiques » dans lesquels domine l’incapacité de vivre : « Même / la caresse d’une main / me fait / mal ». Son premier recueil porte en exergue cette mention en français : de quelques petits mots / que les autres n’ont pas. Jan Arends s’est défenestré le 21 janvier 1974, le jour de la sortie de son second recueil.

     

    Œuvres de Jan Arends

     

    1965 Gedichten (Poèmes)

    1972 Keefman (Keefman)

    1974 Lunchpauzegedichten (Poèmes à l’heure du lunch)

    1974 Ik had een strohoed en een wandelstok (nouvelles, posthumes)

    1975 Nagelaten gedichten (Poèmes posthumes)

    1984 Verzameld werk (Œuvres complètes)

     

    arends,asile,poème,bezige bij,amsterdam

     

    En guise d'amuse-gueule, un poème sans titre (bilingue) de Jan Arends, tiré de son premier recueil (repris dans OEuvres complètes, éd. Thijs Wierema, préface Koos van Weringh, Amsterdam, De Bezige Bij, 1994, p. 329).

     

     

    Ik ben                             Je suis

    de dorst                           la soif

    van het water.                  de l’eau.

     

    De vrouw                         La femme

    met de harde mond          à la bouche dure

    de steen                          la pierre

    die een zoon                    qui doit accoucher

    moet baren.                    d’un fils.

     

    De waarheid                    La vérité

    van het weten                 du savoir

    met het denken               avec la pensée

    van een dier.                   d’un animal.

     

    En daarom                      C’est pourquoi

    zijn mijn handen              mes mains sont

    sprookjes                       des contes de fées

    en strelend ijzer,             du fer qui caresse,

    gras en paarden             de l’herbe des chevaux

    en witte bloemen.           et des fleurs blanches.

     

    Ik ben                            Je suis

    de honger                       la faim

    van voedsel,                   de la nourriture,

    ik ben                            je suis

    de dorst                         la soif

    van het drinken,             du boire,

    ik ben                            je suis

    het drinken                    le boire

    van water.                     de l’eau.

     

                                                       (trad. D.C.)

     

     

    arends,asile,poème,bezige bij,amsterdam

    Illustration d’Olivier Besson à Monsieur Roquet

     


    Hans Keller parle de Jan Arends (quelques images du poète)