Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le poète Guillaume van der Graft

 

 

Parler à l’eau lente

 

guillaume van der graft, willem barnard, poésie, pays-bas, néerlandais, protestantisme, hollande, littérature, traduction

 

 

 

Guillaume van der Graft (pseudonyme de Willem Barnard, Rotterdam 1920 – Utrecht 2010) est un poète et prosateur néerlandais. Auteur d’une bonne trentaine de recueils, il a réuni, au crépuscule de son existence, environ 300 de ses poèmes dans Praten tegen langzaam water. Gedichten 1942-2007. Een keuze (Parler à l’eau lente. Poèmes 1942-2007. Un choix, éd. de Prom, 2007, avec CD). De même, il a opéré une sélection parmi les milliers de pages de son Journal : Een dubbeltje op zijn kant. Dagboeken 1945-1978 (2005) et Anno Domini. Dagboeken 1978-1992 (2004), puis, en 2009 : Een zon diep in de nacht. De Verzamelde Dagboeken 1945-2005 (Un soleil tout au fond de la nuit. Journaux 1945-2005). Issu d’un milieu modeste, il a fait des études de littérature et de théologie. Pasteur de l’Église réformée néerlandaise (Nederlandse Hervormde Kerk) jusqu’en 1975, il a contribué à l’établissement de l’édition du Liedboek voor de Kerken (1973) et publié des études relevant de son ministère et plus largement de sa soif de saisir l'indicible.

guillaume van der graft,willem barnard,poésie,pays-bas,néerlandais,protestantisme,hollande,littérature,traductionParallèlement, il n’a cessé d’édifier son œuvre littéraire, collaborant à diverses revues, publiant quelques pièces de théâtre ou encore le compte rendu de ses voyages en Angleterre, pays qu'il ché- rissait particulièrement: Papier als reisgenoot (Papier, compagnon de route, 1975). La théologie et la mythologie occupent une place prépondérante dans sa production poétique de même, d’ailleurs, que la sensualité ou encore le thème de l’écriture. Le volume Verzameld vertoog (1989) rassemble une bonne part de ses études et réflexions. Des ouvrages comme Stille omgang (1992), qui propose une méditation très personnelle sur la Bible, et Orthodox of niks (Orthodoxe ou rien, 2008), ainsi que divers essais sur la poésie, concilient fibre artistique et curiosité de l’homme religieux après que Willem Barnard fut devenu membre de l’Église vieille-catholique.

Guillaume van der Graft était le père de l’écrivain Benno Barnard.

 

guillaume van der graft,willem barnard,poésie,pays-bas,néerlandais,protestantisme,hollande,littérature,traduction

 

 

Dit schrijf ik onderweg

gaandeweg onderweg naar een ergens

zo elders dat het ook wel nergens wordt genoemd

 

uitersten gaan elkaar vinden,

zenit en nadir, noord nadert zuid

en de voorraad wereld vermindert

 

ik heb niet geschreven wat ik weet

wat ik niet wist heb ik geschreven.

 

 

Ceci je l’écris chemin faisant

peu à peu en chemin vers un quelque part

tellement autre part qu’on l’appelle parfois nulle part

 

les extrêmes vont se toucher,

zénith et nadir, nord et sud

et la réserve en monde diminue

 

je n’ai pas écrit ce que je sais

ce que je ne savais pas je l’ai écrit.

 

 

guillaume van der graft,willem barnard,poésie,pays-bas,néerlandais,protestantisme,hollande,littérature,traduction

 

 

Praten tegen langzaam water

 

Praten zoals regenwater

praat tegen langzamer water,

 

transfiguratie van drift:

een minnende mond, een beminde,

 

samenzijn, namen verbinden

met namen, in spiegelschrift

 

weten hoe anderen heten,

gaan tot de wieg van het licht.

  

 

Parler à l’eau lente

 

Parler comme l’eau de pluie

parle à l’eau plus lente

 

transfiguration de l’instinct :

une bouche aimante, une bien-aimée,

 

être ensemble, unir des nommés

entre eux, savoir en écriture

 

spéculaire le nom des autres,

gagner le berceau de la lumière.

 

(trad. D. Cunin) 

 

 

Entretien (en néerlandais) avec Guillaume van der Graft

ICI

autre entretien vidéo : ICI

 

guillaume van der graft,willem barnard,poésie,pays-bas,néerlandais,protestantisme,hollande,littérature,traduction

 

 Teruggezongen, in memoriam Guillaume van der Graft, Baarn, Atlanta Pers, 2013 (hommage par 13  poètes)

 

Dix poèmes de Guillaume van der Graft ont paru en traduction française dans Deshima, n° 7, p. 257-266.

 

 

 

guillaume van der graft,willem barnard,poésie,pays-bas,néerlandais,protestantisme,hollande,littérature,traduction

André Troost, Dichter bij het Geheim: leven en werk van Willem Barnard/Guillaume van der Graft, 1998 (l'un des ouvrages consacrés au poète)

 

 

 

Les commentaires sont fermés.