Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Amour et terre (2013)

 

 

Poèmes de Tom Van de Voorde

   

 

Auteur de Vliesgevels filter (2008) et Liefde en aarde (2013), Tom Van de Voorde passe une grande partie de son temps entre Gand et Bruxelles, entre poésie et arts plastiques. Il a, au tournant du millénaire, publié une série de plaquettes de différents auteurs flamands et néerlandais. Plusieurs poèmes de Vliesgevels filter ont inspiré des vidéos à l’artiste Maartje Smits. Les trois poèmes ci-dessous sont extraits du recueil le plus récent de Tom Van de Voorde.

 

TvdV2.png

 

 

 

Le sens de royaume en hébreu

me demande ma factrice

 

je m’apprête à lui énumérer

les pour et les contre du servage

 

la voici qui dévale la colline

lançant les dernières paroles d’Hadrien

 

en vain nous les cherchons dans la Britannica

lors de notre rencontre suivante

 

la voici qui me montre un tas de pierres

depuis longtemps elles attendent d’être tour.

 

 


 poème lu dans la langue originale par l’auteur

 

 

 

      Ennemis innaturels  

 

 

Un plan en forme

de carte

du Kremlin 

            * 

Une île quasi flottante,

une mouette qui le confirme

et de l’acier à revendre 

             *

Pénalistes

contre bienséances occasionnelles

             *

Comme la seule et unique vérité

qui chante une nation

la maintenant en bonne santé 

             *

Milliers de câbles

ou panier à provisions troué 

             *

Au-dessus des toits

des enquêteurs comptent des journaux, des soldats

cognant au textile des fenêtres

             *

informateurs, circonspects

             *

Dans la paume de ma main

une liste qui dénombre des pays

où il fait déjà jour

             *

et des citoyens escamotés

qui chantent, bon gré mal gré

             *

exposés à nu

             *

et ceci, et ceci, et ceci

 

 

TvdV0.png

 

 

Nous plions de vieux billets, laissons

les morts payer, fixons

 

des tableaux, séchons des tapis

et creusons pour trouver du sable.

 

Quelle quantité de couleur perd

notre habitation en vue

 

d’accomplir une mer à la dérive ?

Des chiens simulent des slogans

 

et comptent les plis

pour d’inaptes victimes mal rangées.

 

Nous voici, en paix

blanc de bouleau

 

autre chose que le sérieux

en manque sur la plage.

 

 

 

(trad. D. Cunin)

 

 

Tom Van de Voorde lit trois autres poèmes

 

tom van de voorde, poésie, belgique, flandre, bruxelles, gand

 

 

 

Les commentaires sont fermés.