Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Table ronde sur la traduction

Pin it!

 

 

 

La traduction de témoignages liés à la Shoah

 

 

symposium organisé par la Faculté de Lettres
 
de l’Université de Gand
 
28 novembre 2017
 
 

 


 

 

 

Les ouvrages évoqués

 

Hélène Berr, Journal, Tallandier, 2011, traduit en anglais par David Bellos.

Georges Perec, W ou le Souvenir d’enfance, Denoël, 1975, traduit en anglais par David Bellos.

Hélène Berr, Journal, Tallandier, 2011, traduit en néerlandais par Marianne Kaas.

Fabrice Humbert, L’Origine de la violence, Le Passage, 2009, traduit en néerlandais par Marianne Kaas

traduction,shoah,littérature,georges perec,hélène berr,fabrice humbert,carl friedman,harry mulisch,anne frank,etty hillsesum,evelien van leeuwen,philippe mechanicus,désirée schyns,david bellos,mireille cohendy,daniel cunin,marianne kaas,philippe noble,fabian gastellier,jean-claude dauphinCarl Friedman, Mon père couleur de nuit, traduit du néerlandais par Mireille Cohendy, Denoël, 2001.

Harry Mulisch, L’Affaire 40/61, traduit du néerlandais par Mireille Cohendy, Gallimard, coll. « Arcades », 2003.

Anne Frank, L’Intégrale, traduit du néerlandais par Philippe Noble et Isabelle Rosselin, Calmann Lévy, 2017.

Etty Hillesum, Les Écrits. Journaux et lettres. 1941-1943, traduit du néerlandais par Philippe Noble et Isabelle Rosselin, Le Seuil, coll. « Opus », 2008.

Evelien van Leeuwen, Modeste in memoriam. Souvenirs lointains, traduit du néerlandais par Daniel Cunin, Le Rocher, 2007.

Philip Mechanicus, Cadavres en sursis. Journal du camp de Westerbork, traduit du néerlandais par Daniel Cunin, Notes de Nuit, 2016.

 

 

Bande son du documentaire sur Philip Mechanicus

réalisé par Fabian Gastellier - voix de Jean-Claude Dauphin
podcast

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.