Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

malraux

  • Hollande de Jean-Claude Pirotte

     

    Hommage à Eddy du Perron (1899-1940)

      

      

    jean-claude pirotte,eddy du perron,malraux,hollande,poésie,littérature

     

     

     

    Dans son recueil Hollande (Le Cherche-Midi, coll. Amor Fati, 2007) qui marie poèmes et peintures (de la fin de l’année 2004), le Wallon Jean-Claude Pirotte rend entre autres hommage à l’écrivain néerlandais Eddy du Perron (1899-1940), connu en France pour avoir été l’ami d'André Malraux. La peinture en regard s’intitule eergisteren (avant-hier). Le plaisir que l’on prend à lire Pirotte – écrivain bien plus talentueux qu’il n’ose lui-même le dire – est d’autant plus grand qu’il fait partie des rares auteurs d’expression française, avec Claude-Henri Roquet ou Xavier Hanotte, à pouvoir glisser dans sa prose des mots néerlandais sans les éborgner.

     

    jean-claude pirotte,eddy du perron,malraux,hollande,poésie,littérature

     

     

    Dans Une adolescence en Gueldre, le romancier Pirotte évoque une période fondatrice de son existence. Un extrait :


    jean-claude pirotte,eddy du perron,malraux,hollande,poésie,littérature
    C’est le paysage surpris de ma lucarne, dans Bezui- denhout, le premier matin, qui a peut-être décidé pour moi. Et ma première lecture aussi, dans cette chambre mansardée soudain deve- nue mienne, à l’heure où la lumière de sable et de vent s’est révélée à moi, la lu- mière de Gueldre, à l’aube, comme un air de clavecin.

    À cette lumière tremblée, à son poudroiement, à son cristal à la fois vaporeux et précis, à son rythme de danse ancienne et secrète, rien ne pourra jamais m’empêcher d’associer le mouvement inaugural de La chartreuse de Parme.

    « Fabrice montra son passeport qui le qualifiait marchand de baromètres portant sa marchan- dise. »

    Ces trois mots en italique ont soudain mobilisé ma mémoire et mon avenir, je devrais dire la mémoire de mon avenir, car c’est ce matin-là, en lisant et relisant cette phrase d’apparence anodine (mais elle ne l’est pas), que je me suis expliqué avec moi-même et ce que je dois bien appeler, tant pis si je m’exprime pompeusement, la reconnaissance obscure et aveuglante de mon destin.

    Jean-Claude Pirotte, Une adolescence en Gueldre, La Table Ronde, 2005.

     

    Prière aux poètes morts, Jean-Claude Pirotte
     

     

    carte imprimée à l’occasion d’une soirée E. du Perron-André Malraux à Paris, 15/11/2005 (photo coll° K. Snoek)

    jean-claude pirotte,eddy du perron,malraux,hollande,poésie,littérature

     

    Sur l’amitié Eddy du Perron / André Malraux voir cette  bibliographie en langue française

     

     

    biographie d’Eddy du Perron par Kees Snoek, 2005, 1246 p.

    jean-claude pirotte,eddy du perron,malraux,hollande,poésie,littérature

     

    le grand roman autobiographique d’Eddy du Perron

    Le Pays d’origine,

    traduction Philippe Noble,

    préface André Malraux,

    Gallimard, 1980

    jean-claude pirotte,eddy du perron,malraux,hollande,poésie,littérature

    jean-claude pirotte,eddy du perron,malraux,hollande,poésie,littérature

     

     

  • Slauerhoff, entre révolte et dérive

     

     

    La Révolte de Guadalajara

     

     

    « Il m’arrive de penser que ce nomade frison, descendant de Rimbaud et traducteur de Rubén Dario, auteur de fados et de soleares, imprégné de la saudade, cette singulière variante portugaise de la mélancolie, était un cinquième hétéronyme de Pessoa, resté caché jusqu’à nos jours, une ombre hollandaise, chinoise, portugaise, espagnole derrière Ricardo Reis, Alberto Caeiro et Alvaro de Campos et derrière le grand marionnettiste lui-même : cinq messieurs des années 1920 et 1930 qui, “à Lisbonne sur le Tage”, se promenaient le long des canaux en parlant de Camões, de Vasco de Gama et d’aguardiente. »

    Cees Nooteboom

     

     

    slauerhoff,circé,segalen,malraux,chine,pia

     


    Médecin du bord fasciné par la Chine, grand voyageur, éternel tourmenté, auteur dans sa courte vie d’une œuvre importante et variée, Jan Jacob Slauerhoff (1898-1936) présente plus d’un point commun avec Victor Segalen dont il a sans doute été le premier à traduire un poème (« Conseil au bon voyageur », traduction parue dans le recueil Yoeng Poe Tsjoeng, 1930). Féru de littérature française – ayant en particulier beaucoup pratiqué dans sa jeunesse Albert Samain, Jules Laforgue, Tristan Corbière, Nerval… –, il publie en 1929 Fleurs de marécage, un recueil de ses propres poèmes écrits directement en français ou adaptés du néerlandais, avec une lettre de Franz Hellens en guise de préface. Dans une partie de sa production poétique, Slauerhoff distille ce qu’il a goûté de meilleur au cours de ses nombreux séjours en France et au fil de ses lectures d’écrivains d’expression française. Il écrit de nombreux articles et essais sur eux, traduit poèmes et nouvelles de Jarry, Verlaine, Baudelaire, Laforgue, Samain, Corbière… Mais l’aventurier en lui sait aussi s’enthousiasmer en découvrant par exemple Seul à travers l’Atlantique d’Alain Gerbault.

    Alternant séjours en Hollande – où, comme l’a relevé Pascal Pia, il ne parvenait pas à trouver sa place – et mois sur les mers, passant d’un port à l’autre, menant une existence professionnelle et amoureuse instable, il se lie d’amitié à Shanghai avec le capitaine et médecin Paul Fouletier – à qui il dédiera son roman Het leven op aarde (La Vie sur terre, 1934) – et l’épouse de ce dernier, Claire, qui sera un temps sa maîtresse. Cherchant à s’établir en Chine comme médecin, il demande à Malraux, rencontré en 1930, quelques renseignements, lequel lui répond : « Je ne pense vous renseigner que très mal : lorsque j’étais à Canton, presque tout était nationalisé par le bolchewisme. Je ne connais plus personne à Canton : tous mes camarades ont été plus ou moins tués. »

    Ayant succombé à la tuberculose, J. Slauerhoff a laissé un roman posthume, La Révolte de Guadalajara, disponible aujourd’hui en français (éditions Circé, 2008) avec une postface de Cees Nooteboom. Circé rééditera prochainement un recueil de nouvelles, Écume et cendre, et publiera un autre roman, Le Royaume interdit, dans lequel l’écrivain hollandais nous fait partager, à travers un magistral prisme spatio-temporel, sa fascination pour l’Asie et pour le poète portugais Camões.

    (D.Cunin)

     

    slauerhoff,circé,segalen,malraux,chine,pia

    Se déroulant dans un Mexique mi-imaginaire mi-historique (l’époque de la guerre des Cristeros), La Révolte de Guadalajara narre les aventures d’un Occidental qui va passer aux yeux du petit peuple pour le Rédempteur et être utilisé comme tel par certains dans des buts politiques. Outre une mise en cause à la fois impitoyable, satirique et cocasse des idéologies, cette fable propose sans doute en filigrane une critique du taoïsme.

     

    Mathieu Lindon

    sur La Révolte de Guadalajara : ICI

    Le Matricule des anges, n° 98,

    novembre-décembre 2008, par Camille Decisier : ICI

     

    Photo de J. Slauerhoff vêtu à la chinoise dans :

    W. Blok en K. Lekkerkerker (eds.),

    Het China van Slauerhoff.

    Aantekeningen en ontwerpen voor de Cameron-romans,

    La Haye, Nederlands Letterkundig Museum

    en Documentatiecentrum, 1985.

     

    L’ouvrage de référence sur J. Slauerhoff

    slauerhoff,circé,segalen,malraux,chine,pia

    Wim Hazeu,
    Slauerhoff. Een biografie,
    Amsterdam/Anvers, De Arbeiderspers, 1995