Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rubens

  • Chez Rubens

    Pin it!

     

     

    ELEWYT EN BRABANT

     

     

    Paul Colin, Rubens, Flandre, Belgique, peinture, littérature

     

    Il a déjà été question sur flandres-hollande de l’auteur Paul Colin (1895-1943), auquel on doit entre autres une édition de la Correspondance de Rubens (Crès, 1926). Le 28 mars 1936, Le Figaro annonçait que « le grand prix quinquennal de littérature, réservé à la critique et à l’essai » venait de lui être décerné pour l’ouvrage Belgique, carrefour de l’Occident (Rieder, 1933). Le quotidien poursuivait en précisant que « le brillant essayiste belge [qui a] à son actif une dizaine d’ouvrages d’art et de critique » s’apprêtait à réunir, sous le titre Thomas l’Incrédule, « les pages qu’il a consacrées aux écrivains du siècle dernier ». Paru en 1936 à la Nouvelle Société d’Éditions, le livre en question, dédié à Gustave Vanzype, rassemble en effet des études sur Stendhal, Gobineau, Sainte-Beuve, Mérimée, Zola, Taine… Mais d’autres abordent des figures de peintres ou encore des paysages qu’affectionnait P. Colin.

    paul colin,rubens,flandre,belgique,peinture,littératureHenry Dommartin recon- naît que, dans les pages de Thomas l’Incrédule, son confrère « analyse, avec son habituel talent et le brio qu’on lui connaît, une série d’écrivains (ses pages sur Sainte-Beuve sont particulièrement justes et bienvenues) » tout en estimant qu’il « s’attaque – avec un succès plus contestable – à quelques ‘‘idoles’’ »*. Ces idoles, il s’agit d’une poignée de poètes : « Il y a trente ans, en effet, qu’on nous assomme avec la mystique Verlaine, Rimbaud et Mallarmé, et il est grand temps qu’on nous en délivre. Nous avons la prétention de choisir nos idoles. Et d’aller les chercher ailleurs que dans un hôpital, dans un bouge ou parmi les fumées d’un cénacle. » (p. 158).

    Si Thomas l’Incrédule renferme peut-être un peu moins de pages sur la Flandre et les Flamands que Belgique, carrefour de l’Occident (des chapitres sur Michel de Ghelderode et Jean Ray, plusieurs consacrés à Gand…), certaines évoquent la Mer du Nord et la Flandre maritime, d’autres offrent une visite de Lierre ; ailleurs, il est question de la région baignée par la Lys ; enfin Rubens a droit à quelques paragraphes que nous choisissons de reproduire ci-dessous.

     

    * Henry Dommartin, « Rapport du Prix Quinquennal de l’essai », Bulletin de l’ARLLFB, décembre 1942,  p. 158.

     


    les obsèques du collaborateur P. Colin

     

     

     

    paul colin,rubens,flandre,belgique,peinture,littérature

    paul colin,rubens,flandre,belgique,peinture,littérature

    paul colin,rubens,flandre,belgique,peinture,littérature 

    paul colin,rubens,flandre,belgique,peinture,littérature 

    paul colin,rubens,flandre,belgique,peinture,littérature

    paul colin,rubens,flandre,belgique,peinture,littérature

    paul colin,rubens,flandre,belgique,peinture,littérature

    paul colin,rubens,flandre,belgique,peinture,littérature

    paul colin,rubens,flandre,belgique,peinture,littérature

     

     


     
     

     

     

  • Rubens diplomate

    Pin it!

     

     

     

    Rubens diplomate

    par Jacques De Decker

     

     

    Conférence de Jacques De Decker (24/09/2014)

    qui prépare une biographie de Rubens pour la collection Folio biographies.


     

     

    BOZAR EXPO 

    rubens,biographie,jacques de decker,flandre

     

    SENSATION ET SENSUALITÉ

    RUBENS ET SON HÉRITAGE

      

     

     

  • Intermède Rembrandt

    Pin it!

     

    REMBRANDT PAR SIMON SCHAMA

     

     

     

    rembrandt,simon schama

    S. Schama, Les Yeux de Rembrandt, Le Seuil, 2004, trad. André Zavriew


    Dans un livre à facettes multiples crépitant d’énergie intellectuelle, le grand historien Simon Schama s’attache à montrer comment Rembrandt est devenu Rembrandt, comment celui qui voulait être le Rubens de la Hollande - et qui a échoué dans cette ambition - est devenu peu à peu le maître admirable que nous mettons aujourd’hui au-dessus du peintre d’Anvers, mais au prix d’une gloire décroissante auprès de ses contemporains, qui lui préférèrent des artistes de second ordre et le laissèrent terminer sa vie dans la pauvreté. L’étude de ce parcours est minutieuse, se fonde sur un examen très fouillé de nombreux tableaux et dessins, d’un ton singulièrement personnel et passionné, d’une autorité aussi convaincante que provocante. Jamais livre ne nous a pareillement plongés dans l’œuvre d’un peintre. Dans l’œuvre et la vie de deux peintres, devrait-on dire, car Schama étudie successivement le modèle puis le disciple, Rubens, puis Rembrandt. Du même coup, il fait revivre leur environnement, la lutte acharnée qui a donné naissance aux Pays-Bas catholiques et aux Provinces-Unies protestantes. De telle sorte que la vie et l’œuvre de ces deux peintres s’encadrent dans une fresque historique et sociale d’une magnifique ampleur.



    Lien permanent Imprimer Catégories : Intermèdes, Peintres-Graveurs 0 commentaire