Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gastronomie

  • Idées reçues

    Les Belges / La Hollande

     

    CouvBelges2.png

    Les « Idées reçues » des éditions Le Cavalier bleu ont le mérite de déboussoler le lecteur en éradiquant, dans de petits livres accessibles, certains préjugés tenaces. On doit à Thomas Beaufils deux des petits volumes de cette collection : sous l’égide du Manneken Pis, Les Belges (2004) et, publié dernièrement dans un bel orange – cet orange national d’origine provençale –, La Hollande (2009).

    Le site de l’éditeur présentant la table des matières ainsi qu’un passage de ces deux livres, contentons-nous de picorer quelques phrases :


    Vive la bureaucratie !

    Si Bruxelles est la capitale de facto de l’Union européenne, elle concentre les futures difficultés de l’Europe unie à mesure que celle-ci s’élargit : la collaboration entre ethnies, l’intégration, la question des langues, la froideur des institutions, la bureaucratie. Peut-elle alors véritablement dans ces conditions constituer un modèle pour l’intégration européenne ? (Les Belges, « Bruxelles est la capitale de l’Union européenne », p. 58)

     

    Histoires belges

    Pour autant les Belges ne sont pas dépourvus d’humour et d’amour-propre et leurs contre-attaques ne manquent pas de mordant. Par exemple : « Comment faire fortune ? Il suffit d’acheter un Français au prix qu’il vaut et de le revendre au prix qu’il s’estime… » (Les Belges, « Les Belges sont bêtes », p. 78)

     

    D'où vient la frite ?

    De quand dater la naissance de la frite, et qui peut revendiquer la paternité de cette croustillante invention ? C’est ce que tente de déterminer très sérieusement depuis plusieurs décennies Paul Ilegems, professeur à l’Académie Royale des Beaux-Arts d’Anvers et conservateur du Frietkot muséum (Musée de la baraque à frites) de la même cité. (Les Belges, « Les Belges raffolent de moules frites et de bière », p. 85)

    CouvHollande2.png

     

    Vins et fromages

    Les fromages néerlandais ne se limitent pas à l’Edam et au Gouda. Il en existe une extraordinaire variété que les Néerlandais ont peut-être eux-mêmes occultée afin de favoriser l’exportation d’un produit unique et industriel. […] Bref, tout ce qu’il faut pour composer un magnifique plateau, à accompagner par exemple d’un délicieux vin blanc néerlandais d’Apostelhoeve, un vignoble situé sur les coteaux de Maastricht. Les Français n’ont plus qu’à bien se tenir ! (La Hollande, « La Hollande est l’autre pays du fromage », p. 33)


    Gastronomie batave

    Derrière l’image industrielle de la malbouffe néerlandaise se cachent aux Pays-Bas des trésors d’inventivité culinaire. Voedsel (« nourriture ») en néerlandais a d’ailleurs la même racine que opvoeden (« éduquer »). Les ingrédients de base de cette cuisine, que l’on peut qualifier de paysanne dans le sens le plus noble du terme, sont simples, sobres et nourrissants  […]. Tous ces aliments sont porteurs d’une identité que les Néerlandais veulent préserver. Ces plats nationaux typiques vantés dans de nouvelles éditions culinaires fort élégantes semblent d’ailleurs retrouver leur vigueur d’antan. (La Hollande, « Les Néerlandais ne savent pas cuisiner », p. 39)

     

    Les rois de l'Alpes d'Huez

    Un Néerlandais roule rarement avachi sur sa monture ou penché vers l’avant, la tête dans le guidon, tout simplement parce que les vélos néerlandais sont ergonomiques. La forme du guidon, recourbé, placé très haut, et la position de la selle permettent de garder le dos bien droit et la tête haute pour dominer et contrôler la circulation. Les roues, plus grandes, absorbent mieux les aspérités de la route. Cela renforce cette impression de majesté et de puissance. Au moment de freiner, le novice sera certainement pris de panique en s’apercevant de l’absence des traditionnelles poignées de frein sur le guidon… (La Hollande, « La Hollande est La Mecque du vélo », p. 86)


    Le meilleur du passé & le pire d'aujourd'hui

    Osons la comparaison ! Télé-réalité et peinture hollandaise du XVIIe siècle procèdent du même artifice. Le vif intérêt qu’elles suscitent s’explique essentiellement par la possibilité de surprendre une scène osée. Les multiples allusions sexuelles font croire à un possible passage à l’acte qui ne vient en fait jamais. (La Hollande, « Les Hollandais sont les inventeurs de la télé-réalité », p. 98)


    CouvIdentitésBeaufils.jpg

    Pour en savoir plus sur la Hollande, le lecteur peut se reporter à l'ouvrage collectif Les identités néerlandaises. De l’intégration à la désintégration ?, Presses universitaires du Septentrion, 2006.