Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Europe du Nord

     

    DESHIMA, hors-série n° 1

     

    Après trois ans d'existence, la revue française des mondes néerlandophones Deshima s'élargit au reste des pays du Nord. Cela devrait se traduire par un rythme de parution plus soutenu : deux numéros par an au lieu d'un, l'un étant plutôt consacré à la Scandinavie, l'autre aux terres d'expression néerlandaise.

     

    DeshimaFin2009.jpg
     
    Les responsables éditoriaux s'expliquent : « Deshima entre dans sa quatrième année, et comme chaque être vivant, elle se renouvelle de temps en temps. Ce nouveau numéro de Deshima comporte deux innovations majeures. Il s’agit d’une part du premier volume hors-série publié dans la revue. D’autre part, et c’est sans doute plus inattendu, Deshima se dote d’un nouveau sous-titre: « Revue d’histoire globale des Pays du Nord ». Cette évolution nous a paru logique. En effet, dans les trois numéros précédents, Deshima ne s’occupait pas uniquement des Pays-Bas et de la Belgique, mais donnait également une large place aux contacts culturels avec d’autres pays. Dès sa création, Deshima a présenté l’histoire dans une perspective qu’on appelle aujourd’hui en anglais « global history » et que nous voudrions rendre ici en français par l’expression « histoire globale ». Le choix de l’élargissement aux pays du Nord a également ses raisons. Les départements d’études néerlandaises et scandinaves de l’Université de Strasbourg collaborent régulièrement depuis plusieurs années. À travers le dernier numéro de Deshima et les séminaires intitulés « Chemins du Nord » organisés par les deux départements, nous avons découvert au fil de ces rencontres une histoire intimement imbriquée entre les pays néerlandophones et ceux de la Scandinavie. À titre d’exemple, dès le XVIIe siècle, des Suédois (C.-P. Thunberg) et même des Allemands (Philipp Franz von Siebold) étaient engagés par la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales pour sillonner les mers du globe et partir à la découverte de terres encore inexplorées par les Européens. Ce mélange de nationalités était monnaie courante sur l’île de Deshima dans la baie de Nagasaki, alors que les Japonais ne pensaient avoir à faire qu’à des Néerlandais. Notre collaboration nous a finalement paru tellement fructueuse, que nous avons décidé de l’institutionnaliser en ouvrant Deshima aux autres pays du Nord pour que nos lecteurs puissent en profiter également. Bien entendu, la littérature occupera toujours une place de choix dans les prochains numéros. Pour mener à bien cette nouvelle orientation, Thomas Mohnike entre dans la direction de la revue en tant que spécialiste des pays scandinaves. Thomas Beaufils, quant à lui, travaille désormais à l'Université de Lille 3, mais reste bien entendu fidèle à son propre enfant. Sylvain Briens, nommé à l’Université Paris IV, contribuera également régulièrement à la rédaction de numéros. »

     

    Sommaire du numéro hors-série 1 - 2009

    Capitales culturelles et Europe du Nord /

    Kulturhauptstädte Nordeuropas

     

    Thomas Beaufils & Thomas Mohnike, « Deshima grandit ! », p. 5

    Sylvain Briens, « Capitales culturelles. Quelques éléments de définition », p. 7

    Arne Melberg, « Wo ist der Süden? Wo ist der Osten?  Literarische Varianten europäischer Grenzen », p. 17

    Sylvain Briens, « Paris, capitale culturelle scandinave du XIXe siècle ? Pèlerinages symboliques et transferts culturels », p. 33

    Javier Maestro, « Helsingfors (Helsinki), capitale culturelle à la fin du XIXe siècle », p. 51

    Lidia Gluchowska, « Totenmesse, Lebensfries und Die Hölle. Przybyszewski, Munch, Vigeland und die proto- expressionistische Kunsttheorie », p. 79

    Annie Bourguignon, « Art et mégalopole. Vilhelm Ekelund et Berlin », p 117

    Hubert F. van den Berg, « Der Sturm als Kunsthandlung und Nachrichtenbüro in der deutschen Propagandapolitik in den neutralen Nachbarländern während des Ersten Welt- kriegs », p. 135

    Klaus Müller-Wille, « CoBrA und Fin de Copenhague. Strategien kultureller Dekapitation im Umfeld Asger Jorns », p. 153

    Per Bäckström, « Stockholm – Hauptstadt der skandi- navischen Avantgarde der 1960er Jahre », p. 183

     

    CouverturesDeshima.png

     

    Résumés

     

    Sylvain Briens, Paris as Nordic Cultural Capital of the 19th century? Symbolic pilgrimages and cultural transfers

    At the end of the 19th century, a number of Nordic writers met in Paris, which represented a cultural capital for modernity in Europe. They wanted to escape from the intellectual environment of the Nordic capitals, which they considered as peripheries, in search for inspiration, stimulation and recognition. The aim of the article is to analyse in which way Paris became, in parallel with other cities such as Berlin, a place for aesthetic innovation and a centre for the Nordic writers in the construction of the modern project. It mainly focuses on the impact of Parisian intellectual environment on Nordic literary production at the end of the 19th century. By studying geographical, intellectual and social contexts of cultural fields, as well as by analyzing transfers and cultural mediations, it attempts to define the role of Paris as Nordic cultural capital of the 19th century.

     

    Arne Melberg, Wo ist der Süden? Wo ist der Osten? Literarische Varianten europäischer Grenzen

    Borders and limits are of obvious importance in Europe: this is demonstrated daily by masses of more or less illegal immigrants and by other forms of so-called trafficking. The article analyses literary versions of two specific frontiers in the works of a wide range of European authors: The South and the East, both showing quite different characteristics. The literary version of the border called South gives us something that is definite and dividing – although the components making up the borderline have shifted during the ages. The border called East, on the other hand, seems vague and extensive, more of a zone than a dividing line. In both cases, however, mythological interest is invested: the border – line or zone – is a place of drama and conflict, ultimately a drama of civilization. However, the literary investigations of the border are not concerned with law or traffic. The borders described are all located in the haven of imagination.

     

    Javier Maestro, Helsinki (Helsinfors) as Cultural Capital at the turn of the century?

    Helsinki, the capital of Finland, was called at the turn of the century by its Swedish name Helsingfors. At that time, it was the capital city of the Grand Duchy of Finland, a territory that was part of the Russian Empire. The article describes the cultural and political development of Helsingfors during the 19th Century. It evaluates the influence of Saint Petersburg and the heritage of the Swedish culture in the process that would lead Finland to autonomy. Through the creation of a number of modern newspapers published in Swedish or in Finnish and based in Helsingfors, the city contributed to the creation of a liberal public opinion in Finland. The article stresses finally the importance of the world exhibitions in Paris and London for the international recognition of a Finnish national cultural identity.

     

    Lidia Głuchowska, Requiem Mass, Frieze of Life and Hell. Przybyszewski, Munch, Vigeland and the proto-expressionistic art theory

    The article investigates in the beginnings of expressionistic art theory. It emphasises hereby the importance of the cross-aesthetic dialogue between the Norwegian artists Edvard Munch and Gustav Vigeland with the Polish-German author and critic Stanisław Przybyszewski. They made their acquaintance in the modernist milieu of end 19th century Berlin, but expanded their dialogue and activities to the major cities of Eastern, Central and Western Europe as Paris and Prague. Przybyszewski’s studies on Munch and Vigeland express an understanding of the artist and the viewer not merely as an aesthetic sensual subject, but as creators of their own right. These works did have an incontestable influence on the two artists and far beyond. However, those impacts remain to be studied in detail.

     

    Annie Bourguignon, Art and Megapolis. Vilhelm Ekelund and Berlin

    The article analyses the circumstances that led the Swedish poet and aphorist writer Vilhelm Ekelund to stay several years in Berlin at the beginning of the 20th century. Although Ekelund production is considered as one of the first examples of modernist poetry in Sweden, his attitude towards modernity has been globally negative. During his stay in Berlin, he suffered of the urban environment. In his essays and articles on the city, he condemned the way of life in the megapolis. His main interest in the German cultural life was the Neo-Hellenist tradition from Lessing to Nietzsche and the work of Goethe. The reading of Nietzsche was decisive for Ekelund and his inclination for Pre-Socratic philosophy. He claimed that the German culture represented classicism as opposed to modernity. He never became a poet of the megapolis. However, he did not reject totally the urban environment he experienced, and his stay in Berlin would have some influence on his later literary production.

     

    Hubert F. van den Berg, Der Sturm as art gallery and intelligence agency in German propaganda in the neutral neighbouring countries during the First World War

    In the centre of studies that analyze the processes of transnational cultural transfers, individual agents often figure as artists and patrons or institutions like theatres, museums, publishing companies or galleries. However, intelligence agencies may have developed an important influence as well. The article describes the secret activities of the well known expressionistic Berlin based gallery Der Sturm as one private branch of German propaganda politics during First World War. That private secret news agency, steered by Nell Walden-Rosland, used its image as apolitical art institution to promote covertly specific political contents in Scandinavian and Dutch press that would depict Germany as a cultural power.

     

    Klaus Müller-Wille, CoBrA and Fin de Copenhague – Strategies of cultural decapitation in the milieu of Asger Jorns

    The theme of cultural capitals and the intimately connected ideas of modernity and avant-gardes had been in the centre of critical assertions by the Danish artist Asger Jorn from his early beginnings. The article studies texts from different periods of his production, deriving from his various engagements in groups as CoBrA, the International movement for an Imaginist Bauhaus and The Situationist International. All these endeavors tented to subvert the predominance of cultural capitals and the homogenization of European avant-garde movements. As a counterpoint, specific national traditions are used to enforce the development of art in the Post-war period.

     

    Per Bäckström, Stockholm – Capital of the Nordic Avant-Gardes of the 1960s

    The topic of this article are challenges inherent in writing the history of the Nordic neo-avant-garde. Firstly, I will present a brief outline of the historical situation in which the movement developed in the 1960s, with focus on Stockholm as the cultural capital of the time, and on the international exchange that took place between artists and groups. Secondly, the “art-works” of the neo-avant-garde will be discussed. These can often be characterized as both cross-aesthetic and performative, a fact that articulates certain problems for a historical analysis. I will proceed from the easily describable to more complex issues, in order to illustrate some of the main difficulties for the study of the Nordic avant-garde.

     

    DeshimaFin2009.jpg
     
  • Le Hollandais membru

     

    CHARLES PERRAULT

    & L'HUMANISTE BATAVE

     

     

    PerraulPortrait.pngDans Parallèle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde les Arts et les Sciences (1688), Charles Perrault met en scène quelques personnages – le Président, le Chevalier, l’Abbé –  qui disputent des mérites respectifs des auteurs antiques et des auteurs chrétiens. Cette querelle, qui remonte aux débuts de l’ère chrétienne, pose la question de l’héritage païen ; elle permet aussi au père du Chaperon rouge de s’opposer à Racine ou encore à Boileau. Dans le troisième dialogue, nos protagonistes abordent, non sans touches burlesques, les « Arts purement spirituels, comme l’Éloquence et le Poésie ».

    Une bonne connaissance du grec et du latin leur semble à tous trois indispensable pour réfléchir sur ces sujets. Ils poussent leur raisonnement plus loin, abordant au passage le problème de la traduction : « Est-ce connaître les Auteurs que de ne les connaître par des traductions ? chaque langue n’a-t-elle pas ses grâces et ses élégances particulières qui ne peuvent passer dans une autre, surtout en Éloquence et en Poésie ? » avance le Président, défenseur des Anciens. Opinion que vient corroborer, mais en partie seulement, le partisan des Modernes, l’Abbé : « J’avoue qu’on a peine à bien juger d’un Poète Grec ou Latin sur une Traduction en Vers Français […], mais quand la Traduction est en Prose, et qu’elle a été faite par un habile homme, je soutiens qu’on y voit aussi bien les sentiments et les pensées de l’Auteur que dans ses propres paroles ». L’Abbé va jusqu’à soutenir qu’il est parfois préférable de lire une excellente traduction que le texte original dont certains points obscurs peuvent nous échapper.

    Les trois hommes en viennent à parler de l’impossibilité de posséder une langue étrangère dans toutes ses finesses. C’est alors qu’il est question d’un Hollandais « persuadé de savoir notre langue alors qu’il n’en a qu’une connaissance livresque* ».

     

     

    charles perrault,hollande,conte,littérature,latin,grec,traduction,français

     

    Le Chevalier

    […] Je lisais dernièrement un Madrigal composé par un Hollandais à la louange de Louis du Gardit Médecin Flamand, qui a fait un Livre pour prouver que l'âme raisonnable ne s’unit point au corps qu’il ne soit organisé. Voici le Madrigal.

     

    Louis du Gardit

    At un bon esprit

    Et raison sortable

    Quand par un soin dru

    Fourre en corps membru

    L’âme raisonnable.

     

    Le Président

    Ce Madrigal est ridicule.

     

    Le Chevalier

    Il l’est assurément. Vous auriez cependant de la peine à convaincre l’Auteur que son Madrigal n’est pas Français.

     

    Le Président

    Vous vous moquez.

     

    Le Chevalier

    Je ne me moque point, il vous soutiendra que at un bon esprit, est aussi bon que a-t-il de l’esprit, a-t-elle du bien, a-t-on dîné, et qu’il n’y a pas moins de raison à mettre un t, entre a et un, qu’entre a et il, et qu’entre a et elle, puisque c’est la même

    cacophonie qu’il faut également éviter, et que comme on conjugue je bats, tu bats, il bat, on peut conjuguer de même, j’ai, tu as, il at. Il ajoutera encore qu’on parle ainsi dans le Lyonnais, dans la basse Bretagne et en plusieurs autres Provinces du Royaume. Il soutiendra ensuite que si l’on dit fort bien un parti sortable pour signifier un parti convenable, on peut dire une raison sortable, pour dire une raison convenable, une raison qui convient au sujet dont il s’agit. À l’égard de soin dru il prétendra que l’Épithète de dru étant une métaphore prise des oiseaux, elle fait un sens figuré plus noble et plus poétique que les Épithètes d’assidu ou d’empressé dont il se serait servi, s’il avait écrit en prose.

     

    Le Président

    Voilà qui va le mieux du monde, mais comment défendrez-vous, fourre en corps membru ?

     

    Le Chevalier

    Je le défendrai fort bien. Il s’agit de dire que l’âme raisonnable non seulement entre dans le corps humain pour s’y unir, mais qu’elle s’introduit et s’insinue jusque dans

    les plus petites extrémités de toutes les parties, ce que le mot de fourre exprime parfaitement. Pour corps membru, il y a un peu plus de difficulté à le soutenir, parce que membru ne signifie pas simplement qui a des membres, mais qui a de forts membres, bien gros, et bien nourris ; mais cet Étranger qui sait que vêtu veut dire simplement qui a des vêtements, pelu qui a du poil, cornu qui a des cornes, branchu qui a des branches, n’a-t-il pas raison de croire que membru signifie simplement qui a des membres ? Quand on n’est conduit dans l’étude des Langues que par l’Analogie, par la Grammaire, et par les Livres, il est impossible qu’on ne tombe pas en une infinité de fautes semblables et plus grossières.

     

    Le Président

    S’il est vrai, comme vous le prétendez, que ni vous ni moi ne sachions que fort imparfaitement la Langue Grecque et la Langue Latine, nous avons tort de vouloir juger de la différence qu’il peut y avoir entre l’Éloquence des Anciens et celle des Modernes.

     

    L’Abbé

    Cela ne conclut pas, car bien loin que je dise que pour juger de l’Éloquence d’un Auteur il faille parfaitement savoir toutes les délicatesses de la Langue où il a écrit, et bien loin que le raisonnement que nous venons de faire tende à nous interdire la

    connaissance de la question que nous traitons, il va au contraire à y appeler une infinité de gens d’esprit que l’on veut en exclure, parce qu’ils n’entendent pas le Grec et le Latin, ou qu’ils ne les entendent pas parfaitement, ce qui est une injustice, car encore une fois il ne s’agit pas de décider de l’Élégance du style des Auteurs dont ils ne diront rien, mais de leur bon sens et de leur éloquence, dont ils peuvent juger aussi bien et aussi sainement que Turnèbe et Casaubon**.

     

     

    charles perrault,hollande,conte,littérature,latin,grec,traduction,françaisCe conte de Perrault n’a cessé de se réécrire depuis puisqu’il existe toujours des auteurs d’expression néerlandaise qui tentent d'écrire en langue française, voire de traduire leurs œuvres dans la langue de Perrault. 

    * Charles Perrault, Contes, textes établis et présentés par Marc Sorian, Paris, GF-Flammarion, n° 666, 1991, p. 19. Nous reprenons à cette édition le titre « Le Hollandais membru ». La brève citation sur le Hollandais est empruntée à son introduction (p. 19).

    ** Adrien Turnèbe (1512-1565) et Isaac Casaubon (1559-1614)  étaient de grands latinistes et hellénistes.

     

     

  • Intermède Rudolf Escher (1)

     

    Rudolf Escher 

    Hymne du Grand Meaulnes (1950-1951)

     

     

    Rotterdam Philharmonic Orchestra

    direction : Jeffrey Tate


     

     

    Compositeur et théoricien néerlandais, Rudolf George Escher (Amsterdam, 8 janvier 1912 – De Koog, 17 mars 1980), neveu du célèbre artiste graphiste, a passé une partie de son enfance aux Indes néerlandaises. Son père l’a initié au piano puis il a suivi des études au conservatoire de Rotterdam. Lors du bombardement de cette ville en mai 1940, une grande partie de ses compositions ont été détruites. La musique d’Escher montre des parentés avec celle de Ravel et celle de Debussy ainsi qu’avec la polyphonie de la Renaissance. Plusieurs de ses créations portent des titres français : Musique pour l'esprit en deuil (1943), Hymne du Grand Meaulnes (1951), Le tombeau de Ravel (1952), Le vrai visage de la paix (1953), Univers de Rimbaud (1970), Six epigraphes antique (Claude Debussy) (1977)…

     

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : Intermèdes 0 commentaire Pin it!
  • Fantômes en Flandre

     

     

     

    LE TRIOMPHE DE LA MORT

    ou la firme littéraire Teirlinck-Stijns

     

     

    flandre,néerlandais,littérature,traduction,teirlinck stijns,nouvelles

     

    « Il faisait presque nuit ; la fatigante tâche du jour accomplie, je m’étais assis à ma fenêtre et dirigeais machinalement mes regards vers la lune ou bien me créais, dans les nuages qui passaient, des milliers d’images ou de fantômes. J’étais las, mécontent même, et les fantaisies que mon esprit évoquait en subissaient l’influence. Tout me paraissait effrayant et triste. Je voyais des géants, à califourchon sur des monstres, qui, de leur gueule grimaçante, vomissaient une écume fumante ; des silhouettes de Titans qui brandissaient des blocs de rochers comme s’ils voulaient en écraser la terre ; des cadavres empilés les uns sur les autres, comme si un combat homérique venait d’avoir lieu. Plus loin s’élevait une suite de collines, dont le pied se baignait dans un lac sombre où les étoiles se reflétaient à peine ; et derrière ces collines, dans le lointain, s’étageaient des montagnes hautes comme le ciel, couronnées d’épaisses forêts et de châteaux aux donjons en ruines. Mon imagination me faisait voir des cavernes, des abîmes, des gouffres, des têtes de démons convulsionnées par la colère, des satyres, des nains, des serpents : horribles spectacles qui me faisaient frissonner malgré moi. Et je pensais : si je puis me livrer à de telles divagations, est-il étonnant que le trop naïf villageois peuple d’êtres surnaturels tout ce qui l’entoure ? Nulle ferme bâtie à l’écart qui n’ait sa légende, nul champ solitaire où il ne revienne un esprit, nul carrefour auquel ne se rattache une histoire de revenant ; nul tilleul isolé au pied duquel on n’ait enterré une ou plusieurs sorcières. Le campagnard ignorant réfléchit peu, tout lui semble surnaturel ; quoi de surprenant alors qu’il connaisse tant de terrifiants récits ? Ce que je vais raconter se passa dans un petit village de la Flandre et l’on y tient encore aujourd’hui cet événement pour mystérieux et surnaturel au possible. »

    Isidoor Teirlinck

    PortraitTeirlinckIsidoor.gifCes lignes qui ouvrent le récit reproduit ci-dessous ont été écrites il y a plus de 130 ans par un duo d’écrivains flamands : Isidoor Teirlinck (1851-1934) et son beau-frère Reimond Stijns (1850-1905) (ils avaient épousé deux soeurs). Entre 1877 et 1884, ces deux hommes publièrent à quatre mains un nombre assez impressionnant de nouvelles, pièces de théâtre, poèmes et romans dont le populaire Arm Vlaanderen (Pauvre Flandre). Une production et une façon de procéder qui ne manqueront pas de susciter des commentaires, par exemple ceux d’un littérateur flamand, Hendrik De Seyn Verhougstraete (1847-1926), dans le mensuel Le Livre (1881, p. 455-456) à propos des cinq premières œuvres de ceux que certains baptisèrent les « jumeaux » :

    « Voilà cinq ouvrages sortis de la plume de la firme littéraire Teirlinck-Styns.

    « Comme Erckmann-Chatrian, les conteurs alsaciens universellement connus, MM. Teirlinck et Styns, se sont associés pour produire leurs œuvres en commun.

    « Je me fais difficilement une idée de la façon dont on travaille pour produire un livre en commun : les écrits d’un auteur sont une partie de lui-même, et l’identification nécessaire des idées de l’un avec celles de l’autre me semble offrir de telles difficultés qu’elle me paraît impossible à réaliser. Et cependant cette collaboration existe ; journellement il paraît des livres dont l’auteur est une double personnalité. Serait-ce que la nature a créé des caractères mutuellement sympathiques ?

    « Et cette dualité d’auteur ne serait-elle pas cause de cette dualité de style et de sentiments qui se fait jour dans leurs productions ? D’un côté, des passages d’un romantisme et d’un sentimentalisme outré, et d’un autre, des pages charmantes de réalisme véritable, de tableaux pris sur le vif.

    « Mais ne nous attardons point à rechercher des causes qui nous échappent et revenons à nos auteurs.

    « Jeunes tous deux, – ils n’ont que trente ans, – ils ont déjà produit des œuvres que la critique a été unanime à louer.

    « L’influence de notre grand romancier Conscience se fait fortement sentir dans leurs œuvres. Comme lui, ils peignent la vie flamande, le paysan flamand avec ses vertus et ses travers.

    « Leurs deux premiers romans, Bertha van den Schoolmeester et Frans Steen, sont d’une couleur sombre. Dans le premier, c’est la lutte de l’amour et de l’argent qu’ils nous montrent en donnant, comme remèdes aux malheurs et aux souffrances de la vie, le courage et la patience.

    Reimond Stijns

    PortraitReimondStijns.jpg« Déjà dans cette première œuvre se découvrent des qualités d’écrivains qui se développeront dans leurs œuvres suivantes. Nous y aurions voulu moins de promenades sentimentales et plus de vie réelle chez les amants : Bertha est une fille éthérée. Mais c’est un premier essai ; et puis, convenons-en, cette idéalisation de l’amour tombe bien dans le goût du peuple flamand. L’amour que nous décrit Conscience dans toutes ses œuvres, n’est-ce pas un amour idéal ? Celui-là existe-t-il réellement, ou du moins existe-t-il à l’état de règle générale ? Et, là où on le trouve, n’y est-il pas né à la suite des lectures assidues des œuvres de Conscience ?

    « N’en voulons donc pas trop à Teirlinck-Styns s’ils ont suivi cette voie ; c’était un sûr moyen d’arriver au succès.

    « Frans Steen est l’histoire d’un enfant trouvé ; histoire bien triste, et malheureusement de nos jours encore trop vraie. La peinture de la location des orphelins et des vieillards pauvres est navrante. Cette coutume de louer les orphelins et les vieillards au moins offrant est une tache sur notre civilisation ; on voudrait croire que cela appartient aux siècles passés ; mais malheureusement la réalité des faits est là ; les communes non encore pourvues d’orphelinat et d’hospice mettent leurs orphelins et leurs vieillards en pension chez les habitants, au moins offrant. Quelle est la situation morale et physique de ces malheureux ? elle se laisse deviner.

    Gedichten en Novellen nous place dans un autre milieu. Ici les écrivains ont sacrifié à la muse, et leur sacrifice ne doit pas lui avoir été désagréable. Sans se vouer à la poésie, ils nous ont donné quelques jolis vers. Le cycle : Het Koren se recommande par sa vivacité d’allures, la justesse d’expression et d’exactitude dans la description des hommes et des sentiments de la nature.

    «  Une novelle qui nous a plu avant toute autre, c’est: Uit het Normaalschoolleven, la vie à l’École normale. Comme c’est vrai d’un bout à l’autre ! Quiconque a passé par là ne contredira point les auteurs. Ce surveillant sous le sobriquet de Zwarte, nous l’avons tous connu, cet homme sans cœur, s’ingéniant à briser tout sentiment humain dans le cœur de ses élèves. Ces surveillants-là se rencontreraient-ils donc partout ?

    « Baas Colder est l’histoire d’un Harpagon de village, histoire terrible et tellement vraisemblable qu’on la croit arrivée.

    « Mais ici encore se rencontre cette dualité dont nous parlions en commençant, et qui se fait sentir dans tous les ouvrages de Teirlinck-Styns. A côté des descriptions de la nature les plus réalistes et les plus exactes, se rencontrent des personnages agissant d’une façon toute conventionnelle. Non pas que les sentiments soient mal exprimés, qu’il n’y ait pas de figures typiques ; la langue et le style sont irréprochables, les figures principales sont bien décrites, mais elles n’agissent pas toujours assez d’après la réalité. Si les auteurs parviennent à faire agir leurs personnages avec toute la réalité de la vie, ils produiront des chefs-d’œuvre que nous pourrons placer à côté de ceux de nos meilleurs maîtres.

    flandre,néerlandais,littérature,traduction,teirlinck stijns,nouvelles

    « Aldenardiana, recueil de cinq nouvelles se passant dans les environs d’Audenarde, nous prouve qu’ils tendent vers ce but : tout romantisme conventionnel, pour nous donner la nature et les hommes tels qu’ils sont.

    «  Ah! la nature! comme ils la peignent ! et les paysans flamands, ils les ont bien fouillés.

    « Qu’ils dirigent maintenant leurs investigations vers un autre coin de la société ; qu’ils élargissent ainsi le cercle de leurs travaux, en restant fidèles à la ligne de conduite qu’ils ont suivie jusqu’ici en moralisant le peuple par la lecture, ils pourront compter sur des succès durables.

    « Ajoutons encore qu’ils se sont aussi essayés au théâtre, et que leur drame Lina Donders et leur drame-lyrique, Stella, ont été représentés avec succès. »

    Le même critique affirmera dans le même périodique (1882, p. 406), qu’en Flandre, à l’époque, il n’y a « que Teirlinck-Styns et G. Segers qui soient parvenus à percer, et dont les œuvres portent un cachet propre ».

    Tous deux enseignants à Bruxelles, Teirlinck et Stijns s’efforcèrent d’éduquer le peuple à travers des écrits pessimiste et souvent anticléricaux (Pauvre Flandre est plus un livre de combat qu’un grand roman). Reimond Stijns continuera de produire seul des romans, d'abord plus ou moins dans la tradition de Hendrik Conscience, puis en adoptant une trame naturaliste. Certains l’ont d’ailleurs considéré comme le précurseur du naturalisme flamand ou, pour le moins, comme l’auteur d’une épopée naturaliste cruelle : Hard labeur (Dur labeur, 1904), un roman dur où pointe encore une note romantique, son livre le plus achevé.

    De son côté, après la collaboration avec son beau-frère, Isidoor Teirlinck écrira des nouvelles « rurales » plus impressionnistes, d’autres truffées de vocables dialectaux, et se consacrera surtout à des travaux portant sur la botanique, la magie, la dialectologie, le folklore… dont certains sont disponibles en version française… Il est l’auteur d’un dictionnaire de l’argot (auquel collabora d’ailleurs H. de Seyn-Verhougstrate), de Contes flamands… Le seul fils d’Isidoor Teirlinck s’est également fait un (pré)nom dans la littérature : Herman Teirlinck (1879-1967) compte en effet parmi les plus grands auteurs d’expression néerlandaise du XXe siècle, auteur en particulier du beau roman bruxellois Het ivoren aapje (Le Singe d’ivoire) dans lequel le personnage Lieven Lazare est inspiré de Léon Bloy que le Flamand avait rencontré à quelques reprises.

    flandre,néerlandais,littérature,traduction,teirlinck stijns,nouvelles

    présentation d'Isidore Teirlinck & Raymond Stijns

    dans Six nouvelles

     

    « Superstition », reproduite ci-dessous, est extraite du recueil Six nouvelles publié en 1880 (H. de Seyn-Verhougstrate n'en parle pas dans sa critique) comme n° 54 d’une collection qui répondait au souci des auteurs de diffuser leurs œuvres auprès du peuple. Fondée par le sénateur Ernest Gilon (1846-1902), la Bibliothèque Gilon (Verviers) plaçait en effet en épigraphe à ses volumes la formule suivante : « Un livre volumineux et d’un prix élevé peut être comparé à un vaisseau qui ne peut débarquer ses marchandises que dans un grand port. – De petits traités ressemblent à de légers bateaux qui peuvent pénétrer dans les baies les plus étroites, pour approvisionner toutes les parties d’un pays. » Cette série de la fin du XIXe siècle, qui publiait 2 volumes de 100 pages par mois, visait à édifier le peuple dans un esprit d’inspiration maçonnique ; parmi les auteurs les plus réputés figurant dans cette collection, on relève des écrivains – Camille Lemonnier, Léopold von Sacher-Masoch… –, mais aussi nombre de vulgarisateurs des sciences : Camille Flammarion, Stanislas Meunier…

    TriompheDeLaMortDétail.jpgSix nouvelles contient quatre proses tirées des Gedichten en Novellen (Poèmes et nouvelles) évoqués plus haut et sans doute en grande partie rédigés par Stijns – « Bonheur détruit (Croquis) », « Scène de la Vie du Peuple », « Un Souvenir de l’École normale » et « Nelleke (Croquis) » – et deux qui avait paru dans un périodique (Nederlansche Dicht- en Kunsthalle) : « Superstition (Récit) » et « Deux Jours de Kermesse (Croquis) ». Il s’agit de textes d’une qualité inégale. « Scène de la vie du peuple » (un veuf qui a sombré dans l’alcool décide de se suicider afin que ses deux filles soient recueillies par l’orphelinat et aient au moins de quoi manger) et « Un Souvenir de l’École normale » sont des évocations larmoyantes.

    Il est dommage que les auteurs, dans « Deux Jours de Kermesse (Croquis) », ne brossent pas un tableau coloré des fêtes foraines de l’époque ; ils optent en réalité pour une morale – mise en garde contre la légèreté du sexe faible – qui restitue les désillusions d’un jeune homme éprouvant ses premiers émois amoureux. On ne peut s’empêcher, en relisant aujourd’hui une telle nouvelle, de relever une note comique, de même d’ailleurs que dans « Bonheur détruit (Croquis) » et « Nelleke (Croquis) » tant la naïveté de Teirlinck et de Stijns rejoint celle de leurs personnages, ces modèles de villageois qu’ils ambitionnaient de tirer de leur ignorance. On voit là combien la morale de substitution qu’ils opposaient à ce que prônait le clergé était redevable à cette dernière et restait prisonnière des clichés bourgeois. Le personnage central est à chaque fois un homme même si le Nelleke de la nouvelle éponyme partage les premiers rôles avec son épouse acariâtre, « la noire Thérèse », bien plus âgée que lui, et avec un coq auquel celle-ci tient plus qu'à tout. Dans l’ensemble, les dialogues sont peut convaincants. En restituant mœurs et coutumes des années 1875, certaines scènes présentes une valeur historique : les auteurs nous proposent par endroits une photo de la rue bruxelloise de l’époque (voitures des laitières tirées par un attelage de chiens, à l’aube). Avec « Nelleke », et d’un certain côté « Bonheur détruit » – le bonheur simple d’un vieil instituteur se trouve réduit pour ainsi dire à néant à cause d’une seconde d’inadvertance –, « Superstition » est sans doute le texte le plus abouti. Il possède qui plus est une dimension fantastique, quelques touches comme issues du Triomphe de la mort de Bruegel ou de quelque autre tableau flamand. La mort guette d'ailleurs presque dans chaque histoire de Teirlinck-Stijns. On regrettera toutefois la fin de la nouvelle où tout est expliqué, où la visée moralisatrice des auteurs reprend le dessus.

    flandre,néerlandais,littérature,traduction,teirlinck stijns,nouvelles

    Georges Eekhoud, Mercure de France, 15/01/1906

     

    ***

     

    Deux mots sur la paire de traducteurs

    flandre,néerlandais,littérature,traduction,teirlinck stijns,nouvelles

    J. Elseni (pseud. de Jean-Baptiste Jamnoulle ou Jansoulle) et François Gueury(-Dambois) ont traduit ensemble d’autres œuvres du néerlandais (flamand) pour la Bibliothèque Gilon :

    Pierre Geiregat, Douleurs & Joies du Peuple, 1882, n° 84.

    Virginie & Rosalie Loveling, Scènes Familières, 1883, n° 102.

    Mme Courtmas, Tante Sidonie. Dedans ou dehors. La Fleur de Cleyt, avec une préface de Paul Fredericq, 1883, n° 107.

    Teirlinck-Stijns, Baas Colder, 1883, n° 113.

    Mme Courtmans, La Perle du Hameau, 1884, n° 132.

    Pierre Geiregat, Où git le Bonheur, 1884, n° 137.

    Jean Micheels, Benjamin Franklin, 1885, n° 160.

     

    J. Elseni a en outre traduit seul Myosotis et Trois récits de grand’père de Pierre Geiregat (1828-1902), un auteur gantois aujourd’hui totalement oublié, lui-même traducteur de Henry Havard.

     

     

    Stijns1.pngStijns2.pngStijns3.pngStijns4.png
    Stijns5.png
    Stijns6.png
    Stijns7.png
    Stijns8.png
    Stijns9.png
    Stijns11.png

     

    ***

    flandre,néerlandais,littérature,traduction,teirlinck stijns,nouvelles