Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bert decorte

  • Anthologie de Poètes Flamands (1942)

     

    Une édition des « Cahiers du Journal des Poètes » en temps de guerre

     

     

    Seghers1.png

     


    Écrivain flamand, René J. Seghers* (Hasselt, 1904 - Bruxelles, 1974) avait commencé à écrire en français avant d’opter pour la langue néerlandaise. Il a publié des pièces de théâtre, des contes, de la poésie, des romans (dont on a pu relever la touche surréaliste) sans toutefois parvenir à se faire un nom. Spoken in de dwaaltuin (Fantômes dans le labyrinthe, 1956) est le seul de ses livres qui semble avoir franchi la frontière néerlandaise, De zingende kat (Le Chat qui chante, 1962) le seul à avoir été traduit en français (n° 4, collection Zénith, éd. Wellprint, 1966, trad. Charles Cordier). Un de ses poèmes (« Berceuse ») figure dans l’édition bilingue Anthologie de la poésie néerlandaise. Belgique 1830-1966 que l’on doit à Maurice Carême. Ami de Michel de Ghelderode, R.J. Seghers a d’ailleurs œuvré comme traducteur. Il a transposé en néerlandais quelques textes d’auteurs d’expression française (Charles Cordier) et a parfois traduit en français certains de ses confrères et compatriotes, en particulier les poètes qu’il a réunis dans une Anthologie de Poètes Flamands (1920-1942), le n° 93 des « Cahiers du Journal des Poètes » (100 exemplaires de luxe sur Featherweight dont 50 numérotés de 1 à 50 portent le signe du cœur couronné et 600 exemplaires sur Vélin, imprimés sur les presses de l’imprimerie Van Doorslaer de Bruxelles le 18 février 1942).

    Seghers8.png

     

    Dans son avant-propos, le traducteur nous dit qu’il s’est laissé guidé par le hasard, son tempérament et par sympathie pour puiser dans vingt années de publications diverses. En moins de 100 pages, il propose un, voire deux poèmes de 35 écrivains différents (lui compris), en retenant même trois de Pieter Buckinx (1903-1987) et cinq de Paul van Ostaijen. Il a réparti les traductions (qui ne sont pas accompagnées des originaux et qui ne cherchent pas à restituer la rime) en neuf thèmes : La foi, La mère, Le rêve, La joie, L’amour, La mer, L’inquiétude, La révolte, La mort. Citons un poème sans titre du volet central :

     

    Ce qui, plus loin qu’un nom

    est dans l’air, dans l’eau, sur la terre

    devient réalité quand tu parles

    et proche de moi, comme ta main :

     

    L’animal rapide et finement ciselé,

    l’oiseau et le jeune bateau,

    passent, – nouveau sortilège –, dans le vent

    qui souffle de tes lèvres ;

     

    Haut, loin, profondément, la vie

    fera son voyage, – mais l’origine

    en reste à la bouche ivre,

    ô barque blanche, gazelle, compagne.

      

     

    René Verbeeck (1904-1979)

     

     

    Seghers8.png

     


    Quelques remarques sur ce volume


    Daisne1.jpg- le poème « Fatigues » de Johan Daisne (1912-1978) - Gantois qui a inspiré deux films à André Delvaux et dont on peut lire en français un certain nombre d’œuvres, par exemple le beau roman Les Dentelles de Montmirail (trad. de Als kantwerk aan de kim, 1964) situé en grande partie dans le Comtat Ve- naissin - a été écrit en français par l’auteur.

    - le poème « Ô songer qu’il existe encore… » de Paul Verbruggen (1891-1966) a été transposé par la traductrice de ce dernier, Jane Molloy.

    - deux auteurs qui figurent dans cette anthologie ne sont pas à ce jour répertoriés dans la Bibliothèque numérique de la littérature néerlandaise (www.dbnl.org) : Trudo Hoe- waer et Joris Debruyne (orthographié De Bruyne dans le corps même de l’anthologie).

    - coïncidence amusante, alors que le 22 février 1942 était imprimé dans la clandestinité Le Silence de la mer de Vercors, quatre jours plus tôt était sorti des presses bruxelloises un poème de Ferdinand Vercnokke (1906-1989) portant le même titre. On peut d'ailleurs voir dans deux ou trois poèmes un appel silencieux à résister à l'occupant. 

    - la table des matières présente quelques coquilles : il convient par exemple de lire Paul de Ryck (et non Paul de Dyck), Luc Indestege (et non Luc Idestegen).

    - l’anthologie comprend trois strophes de Bert Decorte (1915-2009), poète qui a laissé de nombreuses et brillantes traductions d’auteurs français (Baudelaire, Villon, Apollinaire, Louise Labé…) ; d’autres auteurs présents dans le volume ont aussi traduit, mais de façon plus occasionnelle, des écrivains d'expression française.

    Seghers6.png

    Dictionnaire des Littérateurs, Maison Larcier, Bruxelles, 1946, p. 40

     

    * Un aperçu sur la vie et l’œuvre de Réné J. Seghers a été publié sous la plume de Paul Leenders dans Limburgse monografieën, 1993, n° 14.

     

     

     

    Seghers7.png

    deuxième de couverture

     

    Seghers3.png

    Seghers4.png

    Seghers5.png

     

    Seghers2.png

    quatrième de couverture

     

     

    Seghers8.png