Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hollande - Page 5

  • Jongkind et Nadar

    Pin it!

     

     

     

    Petite histoire entre deux grands hommes

     

     

    Jongkind, Nadar, peinture, photographie, hollande, France, paris, Zola, Victorine hefting

     

     

    Après avoir fait ses armes en Hollande où il est né en 1819 – à une encablure de l’Allemagne –, Johan Barthold Jongkind (1) gagne Paris en 1846 à l’instigation d’Eugène Isabey dont il devient l’élève.

    Son existence a certes été jalonnée d’amitiés dans le monde l’art, quelques-unes fondamentales, par exemple celle avec le marchand d’art Pierre-Firmin Martin, établi rue Mogador, et celle avec Joséphine Fesser (2), d’origine hollandaise comme lui et pratiquant de surcroît la peinture – rencontrée en 1860 justement par l’intermédiaire de ce marchand –, une femme qui le prendra sous son aile, deviendra un soutien indéfectible en même temps que sa maîtresse jusqu’en 1891, année de leur mort à l’un comme à l’autre. Cependant, la vie de celui que l’on considère aujourd’hui comme le précurseur de l’impressionnisme a été très souvent ponctuée, parallèlement, de crises paranoïaques et de soirées passées avec des compagnons de beuverie.

    Passeport de Nadar, 1857

    jongkind,nadar,peinture,photographie,hollande,france,paris,zola,victorine heftingC’est que vers le milieu du XIXe siècle, les bougres, rapins pour la plupart, fréquentent assidûment les cabarets – dont le Divan le Peletier, dans feu le Passage de l’Opéra – qui égaient le quartier du Père Martin, le même pour ainsi dire que celui où opère un autre marchand important pour Jongkind, Adolphe Beugniet (rue Laffitte). En 1852, pour se faciliter le quotidien, le Hollandais s’installe tout près de là, au 21 de la rue Bréda (aujourd’hui rue Henry-Monnier). Comme Nadar, Murger, Fromentin, Courbet et bien d’autres, il fréquente le restaurant Dinochau, place Bréda (3), établissement où l’on peut faire crédit, ce qui, paraît-il, entraîna sa faillite.

    C’est entre autres au sein de ce groupe de copains, baptisé le Cercle Mogador, que Jongkind lie amitié avec nombre de futurs grands noms, Baudelaire, Daubigny, Corot… Il compte aussi, à partir de cette même époque, Nadar (1820-1910) parmi ses camarades. De ce dernier, on connaît deux caricatures du peintre, dont l’une publiée dans Le Journal pour rire du 23 avril 1852, année où Johan Barthold bénéficie déjà d’une certaine reconnaissance. Au bas de ce dessin, le photographe emblématique du monde artistique de son temps mentionne : « Ce personnage étrange est un jeune pensionnaire du gouvernement hollandais. M. Yonkind est venu rechercher à Paris le talent des anciens maîtres de son pays, que les nôtres leur avaient emprunté : il l’a retrouvé. Les marines de maître Yonkind ne pâlissent point à côté des Isabey, font réfléchir M. Gudin (4) et ahurissent M. Morel Fatio (5). » Le caricaturé bénéficie en effet alors, depuis quelques années, d’une pension royale mensuelle de 100 florins ; malheureusement pour lui, elle ne sera pas prolongée en 1853. En 1853, justement, dans son Nadar jury au Salon de 1853 : album comique de 60 à 80 dessins coloriés, compte rendu d’environ 6 à 800 tableaux, sculptures, etc. / texte et dessin par Nadar, le Français accorde une petite note au Hollandais : « J’ai su découvrir les deux envois de M. Yongkind, quelque mal placés qu’ils fussent. Peinture solide et de bon effet, bien que poussant peut-être un peu trop au noir. M. Yongkind est un digne représentant de l’école hollandaise. »


     

    Alors que Jongkind, désabusé, en mauvaise santé et accablé de dettes, est retourné vivre dans son pays natal fin 1855, Nadar fait partie des quelques amis français à lui rendre visite à Rotterdam au cours de cette longue parenthèse batave (fin 1857, voir copie du passeport) – les deux hommes se retrouveront semble-t-il seulement en 1863 bien que le peintre soit revenu s’établir à Paris trois ans plus tôt.

    Ses correspondants parisiens, s’inquiétant de plus en plus du ton de détresse de ses lettres, organisent une vente aux enchères réunissant des œuvres d’Isabey, Nadar (une aquarelle), Millet, etc., en tout 88 artistes. Chargé d’apporter la coquette somme ainsi collectée, le peintre et graveur Adolphe-Félix Cals s’en va chercher Jongkind en Hollande et rentre avec lui à Paris le 29 avril 1860. Si ce dernier effectue encore par la suite, et ce jusqu’en 1869, des voyages dans le Septentrion, il ne quittera pour le reste plus guère la France.

    En cette même année 1860, la rencontre déterminante de Joséphine Fesser représente la promesse d’une existence future plus régulée et moins assombrie par les préoccupations pécuniaires, cette même Joséphine en laquelle Edmond de Goncourt reconnut une mère, « un ange de dévouement avec des moustaches ».

    Au cours de la décennie (sans doute en 1863), Nadar réalise une série de photographies du peintre, au célèbre format des « cartes de visite » (voir photo). Sa renommée ne tarde pas à s’accroître, même si ses absences de plus en plus fréquente de la capitale et son peu de souci de se montrer ne jouent pas en sa faveur. La plupart des liens de sympathie et d’amitié qu’il entretenait se distendent en effet peu à peu dès lors qu’il passe le plus clair de son temps auprès de Mme Fesser – épouse séparée de son mari et mère d’un garçon prénommé Jules – et dans différentes régions françaises.

    caricature, Le Journal pour rire, 23/04/1852

    jongkind,nadar,peinture,photographie,hollande,france,paris,zola,victorine heftingTout comme Nadar, Baudelaire remarque bien entendu le talent du Hollandais : « Chez Cadart, M. Yonkind, le charmant et candide peintre hollandais a déposé quelques planches auxquelles il a confié le secret de ses souvenirs et de ses rêveries, calmes comme les berges des grands fleuves et les horizons de sa noble patrie, – singulières abréviations de peinture, croquis que sauront lire tous les amateurs habitués à déchiffrer l’âme d’un artiste dans ses plus rapides gribouillages. Gribouillage est le terme dont se servait un peu légèrement le brave Diderot, pour caractériser les eaux-fortes de Rembrandt. » (Le Boulevard, 14 septembre 1862). À l’époque où le poète écrit ces lignes, Jongkind fréquente Claude Monet. Celui-ci, qui a pu écrire, dans une lettre adressée en 1860 à Boudin, qu’il considérait Jongkind comme étant mort pour l’art, ne formula pas moins l’un des plus bels éloges jamais adressés au Néerlandais. Alors qu’ils se côtoient et peignent ensemble – formant d’ailleurs souvent un trio en Normandie avec Eugène Boudin –, l’aîné apprend à son cadet « la touche libre, les couleurs vives et contrastées ainsi que la vision synthétique du paysage ». De ce confrère qui a complété chez lui l’enseignement transmis par Boudin, Monet dira : « C’est à lui que je dois l’éducation définitive de mon œil. »

    Zola, par Nadar (1871)

    jongkind,nadar,peinture,photographie,hollande,france,paris,zola,victorine heftingÀ ces louanges s’en ajouteront beaucoup d’autres, par exemple de la main de Zola, en 1868 : « Avec Manet, Jongkind et Claude Monet, Boudin est à coup sûr un des premiers peintres de marines de ce temps. » Quelques années plus tard, le romancier rend visite au Hollandais et prend la plume pour satisfaire « une envie furieuse de dire tout le bien » qu’il pense de lui : « Parmi les naturalistes qui ont su parler de la nature en une langue vivante et originale, une des plus curieuses figures est certainement le peintre Jongkind. Il est connu, célèbre même, mais l’exquis de son talent, la fleur de sa personnalité, ne dépasse pas le cercle étroit de ses admirateurs. Je ne connais pas d’individualité plus intéressante. Il est artiste jusqu’aux moelles. Il a une façon si originale de rendre la nation humide et vaguement souriante du Nord, que ses toiles parlent une langue particulière, langue de naïveté et de douceur. Il aime d’un amour fervent les horizons hollandais, pleins d’un charme mélancolique ; il aime la grande mer, les eaux blafardes des temps gris et les eaux gaies et miroitantes des jours de soleil. Il est fils de cet âge qui s’intéresse à la tache claire ou sombre d’une barque, aux mille petites existences des herbes. Son métier de peintre est tout aussi singulier que sa façon de voir. Il a des largeurs étonnantes, des simplifications suprêmes. On dirait des ébauches jetées en quelques heures, par crainte de laisser échapper l’impression première. La vérité est que l’artiste travaille longuement ses toiles, pour arriver à cette extrême simplicité et à cette finesse inouïe ; tout se passe dans son œil, dans sa main. Il voit un paysage d’un coup dans la réalité de son ensemble, et le traduit à sa façon, en en conservant la vérité, et en lui communiquant l’émotion profonde qu’il a ressentie. C’est ce qui fait que ses paysages vivent sur la toile, non plus seulement comme ils vivent dans la nature, mais comme ils ont vécu pendant quelques heures dans une personnalité rare et exquise. J’ai visité son atelier dernièrement. Tout le monde connaît ses marines, ses vues de Hollande. Mais il est d’autres toiles qui m’ont ravi, qui ont flatté en moi un goût particulier. Je veux parler des quelques coins de Paris qu’il a peints dans ces dernières années. […] Cet amour profond du Paris moderne, je l’ai retrouvé dans Jongkind, je n’ose pas dire avec quelle joie. Il a compris que Paris reste pittoresque jusque dans ses décombres, et il a peint l’église Saint-Médard, avec le coin du nouveau boulevard qu’on ouvrait alors. […] Un peintre de cette conscience et de cette originalité est un maître, non pas un maître aux allures superbes et colossales, mais un maître intime qui pénètre avec une rare souplesse dans la vie multiple des choses. » (La Cloche, 24 janvier 1872)

    E. de Goncourt, par Nadar, vers 1875

    jongkind,nadar,peinture,photographie,hollande,france,paris,zola,victorine heftingPour sa part, Edmond de Goncourt confie à son Journal, le 17 juin 1882 : « Une chose me frappe dans ce Salon : c’est l’influence de Jonkindt. Tout le paysage qui a une valeur, à l’heure qu’il est, descend de ce peintre, lui emprunte ses ciels, ses atmosphères, ses terrains. Cela saute aux yeux, et n’est dit par personne. » Peu après la mort du peintre, alors qu’une partie de son œuvre est dispersée à l’hôtel Drouot, le critique et écrivain influent Gustave Geoffroy estimera que « Jongkind a été préoccupé, un des premiers, de la vérité de l’atmosphère, de la décomposition des rayons lumineux, de la coloration des ombres. Il marque cette préoccupation dans ses aquarelles, qui sont parmi les plus belles aquarelles qui aient été faites, d’une calligraphie de dessin fougueuse, rapide, et d’une sûreté extraordinaire, d’une couleur infiniment délicate, véridique, apte à mettre en valeur les aspects essentiels des premiers plans, à donner leur éloignement et leur charme aux lointains » (« J.-B. Jongkind », La Justice, 8 décembre 1891).

    Tous ne partagent toutefois pas une telle vision enthousiaste des choses. Le peintre et critique Charles-Olivier Merson, disparu aux yeux de la postérité, estime par exemple que les deux toiles que le Hollandais expose au Salon de 1870 « sont d’un effarouchement de plus en plus macabre, preuve que M. Jongkind extravague en son genre autant que M. Manet dans le sien » (Le Monde illustré, 16 juillet 1870). De tels avis ne vont pas empêcher les faussaires de lancer sur le marché des copies de toiles du maître, ceci à compter de 1879.

    Malgré un cercle de fidèles admirateurs, Jongkind n’expose pas dans l’atelier de Nadar du 15 avril au 15 mai 1874 dans le cadre de la célèbre exposition qui a marqué les débuts de l’impressionnisme, non qu’il soit fâché avec quiconque – malgré ses sautes d’humeur, il avait bon caractère et demeurait un homme affable –, mais parce qu’il a renoncé peu avant à exposer après avoir été refusé une fois de plus au Salon. Ni le Père Martin, ni Monet, ni Boudin n’arrivent à le faire changer d’avis. Au bout de plusieurs années, il revient cependant sur sa décision. Ainsi, en mai-juin 1882, il expose à Paris, galerie Détrimont, où le succès est au rendez-vous – son unique exposition personnelle ! Cependant, à la fin de la décennie, son pays natal n’accroche pas la moindre de ses œuvres au sein de la section hollandaise de l’Exposition universelle de 1889. Il faut dire que quelques-uns, en Hollande, lui en voulaient probablement de s’être joint, pour certains Salons, à l’envoi des Français.

     

    jongkind,nadar,peinture,photographie,hollande,france,paris,zola,victorine hefting

     

    Des liens qui ont existés entre Nadar et Jongkind subsistent de rares lettres du second au premier, rédigées dans un français très approximatif où les apostrophes ne sont guère de mise. Son emploi de cette langue en a fait rire plus d’un. Ainsi, dans son Jongkind, ouvrage de 1927, Paul Signac note : « Pendant son long séjour en France, il n’a guère appris le français. Son jargon, son orthographe n’ont guère changé. Si, en 1851, il écrit ‘‘la Belle Poel’’ et ‘‘la belle sexes’’, le 19 février 1880, il écrit encore en bas d’un croquis : ‘‘Pauline Brassier cherchant le premier salade de pise en lit », et, le 19 septembre 1883, il transcrit ainsi dans son album le menu d’un repas qu’il vient de faire à Grenoble :

    Potage à l’écume

    Calantine de vollaille

    Merlan frite au citron

    Filet de bœuf au champion

    Gicot creison, etc. »

     

    jongkind,nadar,peinture,photographie,hollande,france,paris,zola,victorine hefting

    J.-B. Jongkind par Carjat

     

    Le 24 juillet 1863, Jongkind, de retour à Paris (après plusieurs séjours en Normandie), écrit à Nadar qu’il souhaite que ce dernier fasse son portrait, ainsi qu’il en a déjà été question entre eux. Malgré la fréquentation de Joséphine Fesser, sa situation financière ne va s’améliorer vraiment que courant 1864. Aussi mendie-t-il plus ou moins un échange avec le photographe : l’achat d’une toile lui permettrait de payer le portrait. La lettre manifeste par ailleurs l’état d’esprit changeant du peintre : s’il est le plus souvent de bonne compagnie, il ne manque pas de se plaindre sur son sort. L’abus de vin – ce vin qu’il dit ne pas supporter, du moins pur – finira par lui ruiner la santé. Vers la fin de sa vie, son cerveau le lâchera toujours plus.

     

    J.-.B. Jongkind, par Nadar (1863) 

    Jongkind, Nadar, peinture, photographie, hollande, France, paris, Zola, Victorine heftingMon bon Nadar,

    J’ai été bien content enfin de vous avoir rencontré chez vous. J’ai pensé souvent à votre bonne amitié du temps passé et me voilà de retour à Paris. comme je me suis trouvé obligé de retourné en France surtout pour la vente de mes tableaux.

    Je vous dirai, cher ami, je ne suis pas le plus heureux du monde et le bon Dieu seul sait comment je vie encore. j aime beaucoup a plaisanté, mais jamais des circonstance serieuse Je veux dire que je soufre encore beaucoup de ce que j ai éprouvé pendant plus de quatre ans.

    Heureusement j’ai rencontré à Paris une Dame de mes Parent d Hollande. par ses bonté je me trouve secourir contre beaucoup de pine et contre beaucoup de mal dans ma position et puis, a que me donne la tranquilité et de soins necessaire.

    Maintenant je suis venu d abord pour vous voir, et ensuite pour me recommander a vous. si vous pouviez m être utile pour me prendre un tableau ou parmi vos amis. Sans que cela puisse vous deranger en rien

    Comme je vous ai dit que j ai beaucoup soufert aussi quand je sort j’oublie le mal. mais en acceptant un cigare le fumér ma fait du mal et j ai cru de tomber sur le Boulevard.

    C est le même, en buvant du vin pure, je vous assure, ce n est pas très amusant.

    a raison de ce que je viens vous dire, vous m excuserez que je ne viens pas diner lundi soir, vers 6 heures. quand a mon portrait je suis venu déjà plusieurs fois, pour demander votre amitié de me faire mon portrait.

    Carjat a eu cette bonté pour mon portrait et pour quelques cartes de visites.

    Mais malgré que les jours sont exigant et le temps je serai heureux d avoir mon portrait fait par vous, comme je pense encore de resté à Paris et peut-être pour toujours. vous voyez mon bon Nadar, que je vous oublie pas et comme j espers pas de vous deranger je reviendrai un de ces jours pour vous revoir.

    recevez En attendant les souhaits les plus heureux pour votre santé et pour votre bonheur

    votre ami

    Jongkind (6)

     

    exposition « Jongkind et ses amis », Musée de Dordrecht, fin 2017-début 2018

     

    Dans l’autre lettre que l’on trouve dans Jongkind d’après sa correspondance (envoyée de Honfleur le 2 septembre 1864, n° 202), Jongkind se félicite que Nadar – dont la plus grande passion était le sport aéronautique – ait remporté un procès consécutif à son accident en ballon d’octobre 1863 et aux dettes qui s’ensuivirent. Il lui annonce qu’il lui rendra visite à son retour à Paris et ne manque pas de lui demander au passage d’intervenir en sa faveur auprès de ses amis susceptibles d’acquérir l’une ou l’autre de ses œuvres : « je suis à Honfleur pour désiné de navires etc c est un pays fort pitoresque et sans que vous me croyerez interesséz en vous écrivant j ose me rappeler a vous de facon le plus agreable si il y a moyen a vos amis de me placer quelques tableaux ou dessins de mes ouvrages et de ma peinture ».

     

    Jongkind, ce jeune enfant ou cet enfant resté jeune – son patronyme ne signifie-t-il pas, mot à mot : « jeune enfant » –, passe une grande partie de la dernière décennie de sa vie loin du tumulte parisien, à La Côte-Saint-André, village natal de Berlioz dans le Dauphiné, où les enfants avec qui il aime jouer le surnomment « Père Jonquille » (déclinaison du patronyme hollandais, sans doute) et où il se promène, une colombe perchée sur l’épaule, en compagnie d’un mouton. De cette époque, on garde des photographies du Hollandais. Elle ont été prises par un autre photographe que Nadar, à savoir, Jules, le fils de Joséphine, avec lequel le peintre entretint des rapports extrêmement chaleureux, pour ainsi dire filiaux.

     


     

     

     

    J.-B. Jongkind, caricature par Nadar

    jongkind,nadar,peinture,photographie,hollande,france,paris,zola,victorine hefting(1) On le prénommera aussi Jean-Baptiste en France et beaucoup orthographieront son patronyme Yongkind de façon, semble-t-il, à prononcer le « j » à la hollandaise. Baudelaire l’écorche lui aussi : Yonkind. Goncourt hésite entre Jonckind et Jonkindt ; Zola retient parfois Jong-Kind. Des décennies après la mort du peintre, l’orthographe Yongkind fleurira encore sur les pages des journaux et revues, par exemple sous la plume du célèbre critique Louis Vauxcelles.

    (2) Il existe peu de sources aisément accessibles sur la compagne de Jongkind. En 2017, Marja Visser a publié Maannachten (Nuits de pleine lune, éditions Zomer & Keuning), un roman qui narre l’histoire de ce couple singulier à travers le regard de Joséphine.

    (3) Le nom de cette rue n’a aucun rapport avec la ville néerlandaise. C’était celui d’un propriétaire qui fut autorisé, nous dit Wikipédia, « à convertir le passage qui portait son nom en deux rues publiques, l’une, la ‘‘rue Bréda’’, de 11,69 mètres, l’autre, la rue Clauzel, de 9,75 mètres de largeur, formant à leur jonction une place triangulaire, la place Bréda ».

    (4) Sans doute le peintre de marine Théordore Gudin (1802-1880).

    (5) Antoine Léon Morel-Fatio (1810-1871), peintre de la Marine et homme politique.

    V. Hefting, vers 1950

    jongkind,nadar,peinture,photographie,hollande,france,paris,zola,victorine hefting(6) Jongkind d’après sa correspondance. 328 lettres introduites et éditées par Victorine Hefting, Utrecht, Haentjens Dekker & Gumbert, 1969, lettre 186. Si Joséphine Fesser vient bien de Hollande, elle ne semble pas avoir de liens de parenté avec Jongkind. Étienne Carjat (1828-1906), artiste et photographe lui aussi renommé, connu particulièrement pour avoir immortalisé Rimbaud, a eu un atelier rue Laffitte, la rue des galeristes. Ce volume de la correspondance comprend des lettres aux marchands d’art, à des amis hollandais, des confrères (Boudin), à la famille Fesser… Pendant plusieurs années, l’historienne de l’art néerlandaise, éditrice et politicienne Victorine Hefting (1905-1993) a dirigé de fait le Gemeentemuseum de La Haye. On lui doit d’autres ouvrages de référence sur son compatriote : Aquarelles de Jongkind, Paris, Les presses artistiques, 1971 ; Jongkind : sa vie, son œuvre, son époque, Paris, Arts et métiers graphiques, 1975 et J.B. Jongkind : voorloper van het impressionnisme, Amsterdam, Bert Bakker, 1992. Elle a organisé de nombreuses expositions aux Pays-Bas et en France (Jongkind, Toorop, Kandinsky…). Sa vie particulièrement riche à plusieurs points de vue a donné lieu à une biographie (1988).

     


     La fin de la vie de Jongkind

     

     

     

  • Le Hollandais félibre

    Pin it!

     

     

    Une page de Pieter Valkhoff

     

     

    PieterValkhoff.jpgProfesseur de littérature française à l’Université d’Utrecht, rédacteur d’une collection dédiée aux arts français – 19 volumes entre 1917 et 1922, dont son De Franse Geest in Frankryks letterkunde (L’Esprit français dans la littérature de France) ou encore la monographie de Francis Jammes du poète flamand Jan van Nijlen – et Sòci dóu Felibrige (membre associé du Félibrige), Pieter Valkhoff (1875-1942) a entre autres donné des cours de provençal à Utrecht ainsi que, dans les années vingt du siècle passé, des conférences sur les lettres néerlandaises à la Sorbonne.

    Il est l’auteur de divers essais portant sur les lettres françaises ou sur les liens entre celles-ci et les lettres néerlandaises : « Rousseau en Hollande », « La formule L’Art pour l’art dans les lettres françaises », « Mots français dans la langue néerlandaise », « Zaïre et La Henriade dans les lettres néerlandaises », « Des étrangers à propos de notre littérature », « Le roman moderne hollandais et le réalisme français », « Voltaire en Hollande », « Lamartine aux Pays-Bas », « Sur le réalisme dans les lettres néerlandaises après 1870 », « Le naturalisme français et le Mouvement des années 1880 », « L’âme française dans la littérature française », « Constantin Huygens et ses amitiés françaises », « Emile Zola et la littérature néerlandaise »… sans oublier des contributions sur Anatole France, Flaubert, Ronsard, Rimbaud, Huysmans, Th. Gautier, Molière, Mme de Charrière… ni une préface à la première traduction néerlandaise du Voyage au bout de la nuit. Un volume posthume regroupe certains de ses essais : Ontmoetingen tussen Nederland en Frankrijk (Rencontres entre les Pays-Bas et la France, 1943).

    un numéro de Mécano

    MECANO.jpgLe 21 septembre 1929, soit un mois avant le krach boursier, Le Figaro lui a ouvert ses colonnes pour entretenir les lecteurs de la littérature de son pays. Malheureusement, tout en déplorant comme nombre de ses compatriotes la méconnaissance de cette littérature dans l’Hexagone, par son ton, son vocabulaire, ses choix et certaines maladresses (par exemple l’évocation du discours du maire d’Amsterdam), le francophile ne met guère en valeur les meilleurs œuvres des prosateurs et poètes hollandais du moment. S’il fait allusion à l’architecture la plus récente (on songe à Berlage), il emploie le terme « avant-garde » à propos de revues, certes non dénuées d’esprits entreprenants et innovateurs, mais beaucoup moins radicales, tant en matière d’art, d’architecture et de littérature que De Stijl et Mécano de Theo van Doesburg.

    D’autre part, Valkhoff s’avance un peu vite lorsqu’il écrit que « la Hollande, peuple de marins, d’explorateurs et de coloniaux, possède fort peu d’auteurs de romans maritimes ou indonésiens ». Certes, Arthur van Schendel n’avait pas encore publié ses grandes épopées situées sur les océans ; mais des auteurs moins en vue avaient lancé leur imaginaire vers le grand large, ainsi d’A.J. Dieperink au milieu du XIXe siècle ; et Johan Fabricius n’avait-il pas publié en 1924 son best-seller De scheepsjongens van Bontekoe (un roman jeunesse qui devait devenir un livre culte). Quant aux Indes néerlandaises, si Maria Dermoût, A. Alberts, Madelon Székely-Lulofs, Eddy du Perron ou encore Beb Vuik ne s’étaient pas encore manifestés, l’universitaire aurait très bien pu traiter des œuvres majeures d’Augusta de Wit, évoquer P.C. Daum ou encore le roman La Force des ténèbres, l’un des chefs-d’œuvre de Louis Couperus. Il passe aussi sous silence Van de koele meren des doods (Des lacs froids de la mort, très vite traduit en anglais : The deeps of deliverance, et en allemand : Wie Stürme segnen) de Frederik van Eeden, assurément un autre point culminant de la création romanesque hollandaise du premier quart du XXe siècle. Pour ce qui touche à la poésie, pourquoi taire le grand vitaliste H. Marsman, le précieux P.C. Boutens ou encore J.H. Leopold, disparu à peine cinq ans plus tôt ?

     

    adaptation du roman de F. van Eeden pour la télévision

    Valkhoff2.jpg

     

     

     

    La littérature hollandaise contemporaine

     

    Pendant le mois d’août, des ministres, des financiers et des journalistes français se sont trouvés, grâce à un séjour prolongé, dans un contact intime avec la Hollande. Quelques-uns ont renouvelé une connaissance faite autrefois, d’autres ont découvert un petit pays qui leur était absolument inconnu. Des articles élogieux dans la presse française ont parlé des riches musées de La Haye et d’Amsterdam, des vastes ports bruyants de Rotterdam, des canaux endormis d’Amsterdam, bordés de vieux hôtels du XVIIe et du XVIIIe siècle qui évoquent tous un passé glorieux. Des visiteurs français, traversant des prairies, ont levé des yeux ébahis vers des navires qui, voguant au-dessus d’eux, profilaient leurs silhouettes étranges sur un ciel bleu vibrant de soleil ou tumultueusement nuageux. On a dit le charme des fleurs, qui, en été, sont le plus bel ornement des villes et de la campagne hollandaises. On a vanté la jeune architecture hollandaise, le nouveau style, qui, par l’adaptation de la construction au milieu, l’harmonie entre la forme et la destination, l’effort vers la simplicité des lignes, attire les regards de tous les architectes étrangers. Mais ce dont les Français se sont occupés fort peu, c’est de la littérature hollandaise d’aujourd’hui (1).

    André Theuriet (1878), par J.-B. Lepage

    André_Theuriet_by_Bastien-Lepage_1878.jpgDe retour en France, après une tournée de conférences en Hollande, André Theuriet publia des impressions de voyage dans Le Parlement. Dans un article du 21 mars 1881, il fait connaître à ses compatriotes la littérature hollandaise, en traduisant des poèmes et des fragments de prose. Theuriet s’excuse des contresens dus à son imparfaite connaissance du hollandais, qui lui permet néanmoins de deviner les beautés, « comme on devine le charme d’un paysage à travers la brume transparente » (2). Louons l’effort de l’auteur de Raymonde, tout en regrettant qu’il n’existe ni un Panorama de la littérature hollandaise moderne ni une Anthologie, comme il en existe d’excellents pour la littérature flamande, de MM. André de Ridder et Willy Timmermans, publiés chez Champion.

    Le flamand, le hollandais et l’« africain », c’est-à-dire la langue des Boers, sont des langues sœurs de caractère néerlandais, qui se touchent de fort près, mais qui, d’autre part, diffèrent considérablement par le vocabulaire, la syntaxe et l’esprit qui les anime. Ne voit-on pas la même chose dans la peinture ? La sensualité et l’exubérance, si fréquentes dans la peinture flamande, sont assez rares chez les peintres hollandais. La divine beauté des toiles de Vermeer est faite en grande partie d’une finesse de sentiment et de touche, qui n’est aucunement flamande. C’est ce don de diviniser les gens et les choses les plus simples, la plus humble réalité, qui caractérise l’école hollandaise, et c’est ce même don qu’on retrouve parfois dans notre littérature. Mais il faut connaître notre langue, il faut en savoir apprécier toutes les nuances, pour aimer, par exemple, comme elle le mérite, l’œuvre du magicien des lettres hollandaises qui habite Haarlem, ville des tulipes et des Frans Hals, Jacobus van Looy (3), vieillard dont le nom est prononcé avec la plus profonde vénération par les Hollandais de tout âge. Van Looy est non seulement un peintre de grand talent, qui, quand il expose – ce qui arrive rarement, hélas ! – nous montre des merveilles, un champ éblouissant de capucines ou un moissonneur qui n’est pas inférieur aux travailleurs de Millet, il a créé également, en prose, des fêtes féeriques, en illuminant les événements les plus simples, une promenade à travers les dunes de deux amoureux, l’anniversaire d’un ouvrier malade qu’entoure l’affectueuse tendresse de sa femme et de ses enfants, la visite, pendant la nuit, à un cactus noctiflore, un pêcheur à la ligne, guettant patiemment sa proie aux bords de l’Amstel, sous un ciel de vent et de pluie.

    J. van Looy (1911), autoportrait

    Looy 532px-'t_Dresdener_petje._Zelfportret_door_Jac._van_Looy.jpgIl y a quelques années, lors d’une visite du roi de Suède, le bourgmestre d’Amsterdam, vantant dans un discours de banquet les littérateurs suédois, les opposa aux écrivains hollandais à qui il reprocha leur manque d’imagination. Il y avait une part de vérité dans cette critique trop absolue et trop générale. En effet, les auteurs hollandais ont trop longtemps tourné dans le même cercle, en reproduisant invariablement des tableaux de la vie de famille, des aventures sentimentales de gens assez banals. L’humble vérité, chère aux réalistes, mais sans tragique grandiose, sans la coloration et la lueur magiques d’un Rembrandt ou d’un Van Looy.

    Pourtant, il y a d’heureuses exceptions, et le bourgmestre d’Amsterdam aurait dû y penser. Il y a Louis Couperus qui vivait encore au moment du discours, le magistral évocateur de la Rome des empereurs, de la décadence surtout, et de tant d’autres époques lointaines, auteur de romans sur Héliogabale et sur Alexandre le Grand, qui sont de splendides vies romancées (4). Il y a M. Israël Querido, esprit épique et visionnaire, qui, dans un cycle de quatre romans, avec une trop grande richesse de détails, peignit la vie grouillante des quartiers populeux d’Amsterdam, et les violentes passions qui les agitent. Son imagination orientale amena M. Querido à tenter une résurrection du monde biblique, en plusieurs volumes, dont le dernier est l’héroïque et tragique vie de Samson (5).

    Valkhoff3.jpgCe n’est certes pas à M. Querido qu’on pourrait reprocher un trop peu d’imagination, ni à M. Arthur van Schendel (6), dont Een zwerver verliefd (traduit en français par M Louis Piérard sous le titre de Le Vagabond amoureux) conte délicieusement la mélancolique existence d’une âme inquiète et rêveuse vers la fin du Moyen Âge italien, ni à M. Aart van der Leeuw (7), auteur de plusieurs contes fantaisistes, dont je ne cite que Ik en mijn speelman (Moi et mon ménétrier). Rien de plus charmant ni de plus spirituel que ce roman dont la scène est au XVIIIe siècle et qui raconte les aventures du jeune marquis Claude de Lingendres qui, accompagné d’un joueur de guitare, bossu, court le pays, fuyant les poursuites d’un père tyrannique qui voudrait le marier à une femme qu’il ne connaît pas. C’est ainsi que Claude rencontre la jolie Madeleine qui, elle aussi, se cache devant la volonté d’un père brutal, et qui, plus tard, se trouvera être, grâce à un heureux hasard, la femme qu’on lui destinait. Ce livre, plein de souriante poésie, ferait, traduit, les délices du lecteur français.

    À côté de ces imaginaires et de ces fantaisistes est venu se ranger, depuis quelques années, un jeune auteur qui, ayant passé sa jeunesse dans les Indes occidentales, a gardé la cuisante nostalgie de son pays natal, dont il évoque la bizarre beauté dans un de ses livres, Zuid Zuid West (Sud-Sud-Ouest). M. Albert Helman (8) écrit une prose simple, sans aucun ornement superflu, une prose directe, singulièrement prenante. Cela se voit aussi dans son dernier livre, Hart zonder land (Cœur sans pays), qui promène le lecteur dans une série de petits contes à travers la Guyane, la Chine, la Russie, l’Afrique et la Hollande, où se passent des aventures étranges et douloureuses. Il est assez curieux de constater que la Hollande, peuple de marins, d’explorateurs et de coloniaux, possède fort peu d’auteurs de romans maritimes ou indonésiens. Je signale pourtant, à côté des livres d’Albert Helman, l’œuvre de deux poètes, celle de M. J. Slauerhoff (9), qui est médecin de bord en Extrême-Orient, et celle de M. A. den Doolaard (10), qui est un grand sportif. Slauerhoff fut un fervent de Tristan Corbière, dont on trouve l’influence dans ses poèmes. Dans ses figures d’outcasts, de pirates et de desperados, Slauerhoff incarne ses désirs du macabre, de la violence et de l’infini des océans. On peut comparer avec « Le Bateau ivre » de Rimbaud « Het eeuwige sehip » (Le Vaisseau éternel), qui chante les mystères des mers et des océans lointains (dans le recueil Eldorado). Ce goût de l’aventure, de la vie ardente, je le trouve également dans les vers de Den Doolaard. Un de ses recueils, De wilde vaart (La Course folle), renferme quelques ballades d’une sauvage beauté, celles du soldat inconnu, du matelot, des vagabonds morts, des buveurs de dry gin, de la femme noire, et un poème sur la mort d’un viking, qui révèlent toute une âme tumultueuse et passionnée qui aurait été chère au grand Verhaeren.

    Valkhoff4.pngVoilà, chez de jeunes auteurs, de belles promesses et déjà des réalisations de valeur. Nous en trouvons d’autres, quand nous parcourons les revues d’avant-garde : De Vrije Bladen (Les Feuilles libres), De Stem (La Voix) et, surtout, les revues catholiques Roeping (Vocation) et De Gemeenschap (La Communauté). Ce qui frappe dans tous ces périodiques, c’est l’intérêt qu’on y porte à la littérature française moderne. Roeping consacra un numéro spécial à la Russie littéraire et artistique d’aujourd’hui, mais publia également un « fascicule français » (numéros 8 et 9, mai-juin 1927). Celui-ci renferme, entre autres, de la prose et des vers de Maritain, Jacob, Reverdy, Harlaire (11), un excellent article sur Ghéon par le traducteur du Comédien et la Grâce, M. Willem Nieuwenhuis (12), une traduction d’un poème de Claudel, par M. Anton van Duinkerken (13), qui a publié également en hollandais une anthologie de Hello. Il renferme aussi une étude sur l’École du « Roseau d’or », par M. Van der Meer de Walcheren (14), que Léon Bloy convertit au catholicisme. Il est sans contredit, que Claudel poète, avec son expression audacieusement réaliste du divin, influence beaucoup la jeune poésie catholique hollandaise, qui diffère du tout au tout de la littérature religieuse de nature bonasse et doucereuse d’autrefois. Du reste, il faut constater chez les jeunes auteurs hollandais un renouveau d’intérêt pour la littérature française. Gide, Duhamel, Cocteau, Radiguet, Montherlant, Mauriac, Green, Cendrars, Massis, Benda sont vivement discutés dans les revues d’avant-garde.

    Valkhoff5.pngSi, en prose et en vers, un nouveau réalisme commence à poindre, qui est souvent plein d’imprévu, comme l’œuvre de M. Helman et celle de son collaborateur au Gemeenehap, M. Albert Kuyle (15), l’ancien réalisme, héritage de Balzac et de Zola, n’est pas mort dans la littérature hollandaise d’aujourd’hui. Loin de là. Il est cultivé par de nombreux auteurs, dont plusieurs femmes. Chose curieuse. C’en est fait complètement de la prudente réserve, de l’anxieuse pudeur avec lesquelles l’auteur femme en Hollande d’il y a trente ans s’exprimait sur la vie des sens. Ne nous plaignons pas. Nous devons à l’audace avec laquelle les écrivains hollandais abordent, depuis quelque temps, les problèmes de la sexualité, toute une littérature psychologique hautement intéressante. C’est, pour ne citer que quelques exemples, Eva, de Mme Carry van Bruggen (16), qui, comme Colette, aime à se confesser dans ses romans. Le plus récent trace, en lignes vibrantes, dans un style cinématographique, une vie de femme, jeunesse agitée par les troubles de la sensualité, vie manquée d’épouse, rencontre à l’âge de quarante ans d’un homme, qui, soudain, va tout droit au cœur d’Eva, « comme les abeilles trouvent, sans hésiter, le chemin du cœur de la fleur ». Pour la première fois l’amante s’éveille en elle, triomphante et heureuse. Nommons encore Mme Alie Smeding (17), que hante l’angoissant problème des instincts passionnels refoulés, chez l’homme et chez la femme. Het wazige land (Le pays nébuleux) est le drame poignant d’une vieille fille, que torturent un sang ardent et le désir inavoué d’avoir un enfant. On voudrait pouvoir montrer, par des traductions, la valeur de pensée et de langue de tous ces livres. Mais on doit craindre que ces chefs-d’œuvre n’arrivent jamais au lecteur français tant que le hollandais restera en France plus ignoré que n’importe quel dialecte-arabe. Connaîtra-t-on jamais en France d’autres ouvrages hollandais, qui sont, dans leur genre, de vrais chefs-d'œuvre ? Les Vies de Rousseau et de Garibaldi, de Mme Henriette Roland Holst (18), qui est aussi une grande poétesse ? L’Erasmus et De Herfsttij der Middeleeuwen (Arrière-saison du Moyen Âge), résurrection du XVe siècle français par un érudit doublé d’un fin lettré, qui enseigne l’histoire universelle à l’Université de Leyde, M. J. Huizinga (19) ?

    On ne les connaîtra pas, peut-être, tant que la France se désintéressera de notre langue et de notre littérature, qui, seules de toutes les langues et de toutes les littératures du monde, ne sont pas enseignées à la Sorbonne.

     

    P. Valkhoff.

     

     

     

    MonsieurSpleen.jpg(1) Au nombre de ces voyageurs, la plupart séjournant sans doute en Hollande en raison de la Conférence de La Haye, on comptait l’académicien Henri de Régnier qui ironise sur cette ville où régnait déjà, semble-t-il, le fameux esprit de compromis, ce poldermodel ou « modèle du polder » : « C’est une charmante ville que ce La Haye où les diplomates en congrès sont en train d’accommoder à la sauce hollandaise les restes refroidis de la guerre et tâchent d’en faire un mets digérable pour l’estomac si délicat de la paix. La Haye, d’ailleurs, est un lieu fort propice à cette cuisine hygiénique. Son calme se prête aux discussions et leur permet de durer ce qu’il faut pour que les opinions contradictoires finissent pas s’y concilier à petit feu et à l’étouffée, de façon que les ententes ainsi réalisées laissent à chacun des participants un arrière-goût de mécontentement que chacun d’eux s’en va chez soi savourer à loisir. Souhaitons cependant que les congressistes n’emportent pas de La Haye de trop indigestes souvenirs. Ce n’est pas, du reste, ainsi que l’on revient d’ordinaire de La Haye et, pour les gens qui n’ont pas à y préparer la paix universelle, le voyage de Hollande est un agréable voyage. » (« Billet de minuit. Sauce hollandaise », Le Figaro, 19 août 1929, p. 1). À la même époque se trouvait également en Hollande, dans le cadre d’une mission d’étude, une délégation de l’Association des grands ports français (voir par exemple les comptes rendus de Charles Bonnefon dans L’Écho de Paris).

    (2) André Theuriet (1833-1907), écrivain prolifique et académicien aujourd’hui oublié. De son séjour batave, il rapportera par ailleurs de bien fades vers : « À la Hollande ! À la jeunesse / De ses vastes prés toujours verts, / Où l’on voit tournoyer sans cesse / Les ailes des moulins dans les airs ! À ses grachts etc. etc. » (« Toast », in Le Livre de la Payse : nouvelles poésies (1872-1882), p. 151). François Coppée, Jean Aicard ou encore Francisque Sarcey ont fait des tournées de conférences remarquées en Hollande à la même époque que lui.

    (3) Jac(obus) van Looy (1855-1930), peintre et écrivain de talent. Traducteur de Shakespeare. Sa trilogie haarlémoise a connu nombre de rééditions. On a parlé de « prose picturale » à son propos pour cerner la singularité de sa plume.

    (4) Voir sur Louis Couperus (1863-1923), le plus grand romancier d’expression néerlandaise de son temps, les nombreuses contributions sur ce blogue. L’évocation romanesque d’Héliogabale remplit De berg van licht (1905-1906), l’une des œuvres majeures de l’écrivain, dans la veine de Salammbô de Flaubert ; Iskander (1920), tel est le titre du roman consacré à Alexandre le Grand.

    (5) Israël Querido (1872-1932), romancier populaire. Son frère Emmanuel a créé une célèbre maison d’édition. Voir à propos de ces deux frères sur ce blogue : « Israël Quérido poète et guide » et « Un traducteur naturiste et crématiste ».

    (6) Arthur van Schendel (1874-1946), romancier très célèbre de son vivant dont quelques autres romans ont été transposés en français : L’Homme de l’eau et Les Oiseaux gris.

    (7) Aart van der Leeuw (1876-1931) a pratiqué la prose poétique. Hormis l’œuvre Ik en mijn speelman (1927) que mentionne Valkhoff, il n’est plus lu pour ainsi dire.

    Biographie d'Albert Helman par M. van Kempen

    Helman-Bio.png(8) Albert Helman (1903-1996), écrivain prolifique et homme politique né au Surinam. Au moins deux de ses œuvres ont été traduites en français : Don Salustiano et Mon singe pleure.

    (9) J. Slauerhoff (1898-1936), poète majeur du XXe siècle hollandais, mais plus grand romancier encore. Un recueil de nouvelles ainsi que deux romans sont disponibles en français aux éditions Circé.

    (10) A. den Doolaard (1901-1994), écrivain à succès et voyageur réputé dont on ne lit plus la poésie. Plusieurs de ses romans et récits de voyage ont été édité en traduction française.

    (11) André Harlaire (1905-1986), l’un des pseudonymes d’André Brottier. Chroniqueur littéraire et théâtral, romancier et poète, il entre dans les ordres et, sous le nom de Louis Gardet, devient spécialiste de l’islam.

    (12) Willem Nieuwenhuis (1886-1935), auteur catholique, a collaboré à un ouvrage sur Léon Bloy.

    (13) Anton van Duinkerken (1903-1968), poète et essayiste, grande figure de l’intelligentsia catholique et de la Résistance aux Pays-Bas. On lui doit entre autres une traduction de L’église habillée de feuilles de Francis Jammes.

    (14) Pieter (Pierre) van der Meer de Walcheren (1880-1970), essayiste et éditeur, filleul de Léon Bloy. Entré dans la vie contemplative de même que son épouse, tous deux étant de grands amis des Maritain. Plusieurs volumes de ses souvenirs sont disponibles en langue française.

    (15) Albert Kuyle (1904-1958), poète et prosateur novateur de l’entre-deux-guerres, adepte d’une écriture sèche et filmique. Disparaît de la scène littéraire à la suite de ses engagements au sein de la sphère pronazie.

    (16) Carry van Bruggen (1881-1932), essayiste et romancière de renom. Eva a paru récemment en français : Eva, traduction, annotation et postface de Sandrine Maufroy, coll. « Version françaises », Éditions Rue d’Ulm, Paris, 2016. En 1904, son jeune frère Jacob Israël de Haan (1881-1924) fit scandale en donnant le roman Pijpelijntjes à la thématique explicitement homosexuelle. Fait amusant, Carry est née le 1er janvier 1881, Jacob le 31 décembre de la même année.

    Huizinga.png(17) Alie Smeding (1890-1938), romancière qui souleva des questions taboues, ce qui l’obligea à quitter sa ville. Elle n’est plus du tout lue.

    (18) Henriette Roland Holst (1869-1952), femme de lettres et militante socialiste. Elle a aussi laissé un ouvrage sur Rosa Luxemburg.

    (19) Johan Huizinga (1872-1945), célèbre historien. Traductions françaises : L’Automne du Moyen Âge(1919), Érasme (1924), La Crise de la civilisation (1935), Homo Ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu (1938), Incertitudes. Essai de diagnostic du mal dont souffre notre temps (1939), À l’aube de la paix. Étude sur les chances de rétablissement de notre civilisation (1945).

     

     

     

     

  • Xavier Marmier, lettres et gens de lettres de Hollande (1)

    Pin it!

     

     

     

    Cet article (mis en ligne en plusieurs parties) vient approfondir, non sans en reprendre quelques éléments, « Xavier Marmier et la Hollande », ébauche qui proposait de s’arrêter sur l’intérêt que le grand érudit, voyageur et polyglotte Xavier Marmier (1808-1892) a porté à une époque de sa vie aux belles-lettres des Pays-Bas. Ces pages ont été rédigées en vue d’être prononcées à Lausanne le 1er avril 2017 à l’occasion du colloque international co-organisé par l’Université de Lausanne et Paris-Sorbonne : Le(s) Nord de Xavier Marmier. Les actes de ce colloque (à l’exception justement de ce texte) ont paru dans Deshima, n° 12, 2018, édités par Cyrille François et Gaëlle Reneteaud, que je remercie pour leur invitation. « Xavier Marmier, lettres et gens de lettres de Hollande » a finalement paru dans Deshima, n° 13, 2019, p. 213-249.

     

    Deshima-12-Marmier.jpg

     

     

    « À M. Marmier amour et considération !

    Ouvrons-lui les deux bras s’il revient en Hollande ! »

     

    Quand bien même Jean Nicolas de Parival (Verdun 1605- Leyde 1669) a publié en 1651 un ouvrage intitulé Les Délices de la Hollande (auteur qui écrivait, dans un autre livre : « Véritablement, qui n’a veu la Hollande, ne se peut vanter d’avoir veu quelque chose »), titre repris par Nerval pour deux articles sur les Pays-Bas (1844), la littérature néerlandaise n’a cessé, peut-on dire sans réellement exagérer, d’être moquée par les écrivains d’expression française.

    Contentons-nous d’un exemple en lisant Taine, des lignes qui ne sont pas, on s’en doute, exemptes d’approximations : « La grande philosophie si naturelle en Allemagne, la grande poésie si florissante en Angleterre, leur ont manqué. […] Chez eux, nul philosophe de la grande espèce ; leur Spinoza est un Juif, élève de Descartes et des rabbins, solitaire isolé, d’un autre génie et d’une autre race. Aucun de leurs livres n’est devenu européen, comme ceux de Burns, du Camoens, qui pourtant sont nés parmi des nations aussi petites. Un seul de leurs écrivains a été lu par tous les hommes de son siècle, Érasme, lettré délicat, mais qui écrivit en latin, et qui, par son éducation, ses goûts, son style, ses idées, se rattache à la famille des humanistes et des érudits de l’Italie. Les anciens poètes hollandais, par exemple Jacob Cats, sont des moralistes graves, sensés, un peu longs, qui louent les joies d’intérieur et la vie de famille. Les poètes flamands du XIIIe et du XIVe siècle annoncent à leurs auditeurs qu’ils ne leur racontent pas des fables chevaleresques, mais des histoires vraies, et ils mettent en vers des sentences pratiques ou des événements contemporains. Leurs chambres de rhétorique ont eu beau cultiver et mettre en scène la poésie, aucun talent n’a tiré de cette matière une grande et belle œuvre. Il leur vient un chroniqueur comme Chastellain, un pamphlétaire comme Marnix de Sainte-Aldegonde ; mais leur narration pâteuse est enflée ; leur éloquence surchargée, brutale et crue, rappelle, sans l’égaler, la grosse couleur et la lourdeur énergique de leur peinture nationale. Aujourd’hui, leur littérature est presque nulle. Leur seul romancier, Conscience, quoique assez bon observateur, nous paraît bien pesant et bien vulgaire. Quand on va dans leur pays et qu’on lit les journaux, du moins ceux qui ne se fabriquent pas à Paris, il semble qu’on tombe en province et même plus bas. »

    DELICES.jpgPar le passé, la Hollande a accueilli nombre de visiteurs français prestigieux (la Bibliothèque universelle des voyages de Boucher de la Richarderie recense, pour le XVIIe siècle, trente-huit récits en langue française ayant exclusivement ou partiellement trait aux Provinces-Unies), leur nombre augmentant durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, séduits pour la plupart par le système politico-juridique, la République puis la monarchie. Citons les plus célèbres : Théophile de Viau, Jean-Louis Guez de Balzac, Diderot, Voltaire, Alexandre Dumas, Théophile Gautier, Gérard de Nerval (à deux reprises, la première avec Houssaye), Hugo, Maxime du Camp, Fromantin, Huysmans, H. Taine, Verlaine, Mirbeau, Proust, Henry Havard, J. Michelet (en 1837), Victor Cousin… Très peu cependant ont écrit des choses dignes d’intérêt sur la littérature locale, hormis peut-être Jean-Jacques Ampère dans des pages sur De graaf van Leycester in Nederland, roman historique de Geertruida Toussaint (Revue des Deux Mondes, 1850, t. 6, p. 864-881).

    Xavier Marmier fait en réalité figure d’exception : les rares à avoir donné des pages ou passages censés sont en effet des Français qui ont vécu aux Pays-Bas. On songe à Antoine Emmanuel la Barre de Beaumarchais (1698-1757 ?) qui se contente de brefs propos plutôt flatteurs : « La Poëfie même a été cultivée avec honneur par beaucoup de Hollandois, quoique le caractére froid & férieux de la Nation paroiffe l’en rendre incapable » (Le Hollandois ou lettres sur la Hollande ancienne et moderne, 1738, p. 174) ; au politicien et homme de lettres Alphonse Esquiros (1812-1872, exilé aux Pays-Bas de 1856-1859) qui s’étendra un peu plus sur le sujet dans La Néerlande et la vie hollandaise (Paris, Michel Lévy frères, 1859, 2 vol.) ; dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe, à quelques pasteurs de l’Église wallonne (comme Albert Réville) ou encore au Lausannois Jules-Adrien Béraneck (Lausanne, 28 septembre 1864 - Lausanne, 15 octobre 1941), collaborateur de la Bibliothèque universelle et Revue suisse, auteur de quelques contributions très fouillées sur un ou deux écrivains hollandais, qui laissent supposer qu’il a longuement séjourné en Hollande.

    XM.jpgÀ l’époque où Marmier se rend aux Pays-Bas, cette nation d’eau le frappe par le silence qui règne partout, malgré la pluie qui l’accompagne durant la plus grande partie de son séjour. Séparée depuis peu de la Belgique, elle compte environ 3 millions d’habitants, dont 200 000 à Amsterdam (ville sans eau potable !). La Haye et par exemple Maastricht sont encore des villes en grande partie « françaises ». La Hollande peut se prévaloir d’un taux d’alphabétisation très élevé par rapport à la plupart des autres pays européens. Quelques (dizaines de) milliers de personnes appartiennent alors à l’élite intellectuelle (notables et étudiants) ; pas moins de 4000 poètes sont « inscrits dans les fastes littéraires », nous dit le Français. La quasi-totalité des auteurs, parmi ceux qui ne sont ni des rentiers, ni des femmes d’un milieu favorisé, exercent une profession ; s’il existe de nombreuses revues, peu sont de qualité. Le catholicisme ne jouit pas d’une reconnaissance réelle et entière (la hiérarchie épiscopale ne sera rétablie qu’en 1853) ; l’élite politique, commerçante, sociale, culturelle est en grande partie d’origine protestante. À Leyde, il y a, en plus d’une université réputée, une Académie royale des lettres qui existe depuis 1766. L’absence de bibliothèques publiques est compensée par des cercles de lecture, par des sociétés où l’on échange des livres, où l’on invite des écrivains, où l’on se livre à des joutes littéraires, par des librairies où l’on peut passer des heures à lire. Ainsi, Amsterdam abrite vers 1840 environ 80 libraires dont certains sont des éditeurs/imprimeurs. La littérature proprement dite ne représente que la minorité des livres vendus et lus, le tirage d’un roman ne dépassant pas en général 700 exemplaires – parmi ceux-ci un pourcentage assez important d’œuvres françaises… D’ailleurs, dans cette Hollande où subsistent des périodiques en français, le théâtre français est encore beaucoup joué dans différentes villes dans la langue originale. On parle d’une époque où des pigeons apportent encore des nouvelles de France aux journaux hollandais.

    Kneppelhout-1846.jpeg

     J. Kneppelhout en 1846

     

    Dès 1836 – Xavier Marmier n’a pas encore 30 ans –, une voix de 22 ans se fait entendre en Hollande qui réclame sa venue [1]. À l’époque, le natif de Pontarlier vient de donner à la Revue des Deux Mondes une première contribution sur les contrées bataves – « une terre hostile » selon la biographe Wendy S. Mercer [2]–, contribution qui a pour titre « Poésie populaire de la Hollande [3] ». Dans un article tout simplement intitulé « X. Marmier », Johannes Kneppelhout (1814-1885), puisque c’est de lui qu’il s’agit, se félicite de la culture qu’étale le Français. Selon cet auteur en herbe, encore étudiant à Leyde, Marmier, à la différence de ses compatriotes Alphonse Royer et Roger de Beauvoir qui ont visité les terres septentrionales en avril 1835, ne s’en tient pas à des considérations superficielles et paraît posséder une réelle connaissance de la langue néerlandaise.

    En 1836, Kneppelhout peut s’enorgueillir d’avoir déjà publié plusieurs volumes, tous en langue française ; il se félicite d’autant plus de la démarche de Marmier que ce dernier ne manque pas de louer la Hollande, çà et là dans d’autres écrits. Comme nombre de lettrés de son pays, Johannes Kneppelhout ne tardera pas à prendre connaissance des travaux sur la Scandinavie du Franc-Comtois [4]. L’espoir de le voir composer un jour un ouvrage tout aussi documenté sur la Hollande ne le quitte pas. En attendant, lui qui aspire à devenir l’apôtre et l’avocat de la Hollande en France s’adresse, dès janvier 1837, à François Buloz en proposant, pour les revues que ce dernier dirige, des portraits littéraires et des esquisses sur la littérature contemporaine hollandaise à la manière de Jules Janin ou de… Xavier Marmier [5]: « la Hollande est non seulement mal connue chez vous, elle est méconnue. […] Il me semble d’ailleurs que mon pays est encore assez intéressant, assez original, pour qu’on l’étudie un peu sérieusement, et nous y gagnerions autant que vous. Il faut que cet isolement cesse pour la Hollande, tous mes efforts tendent vers ce but, et c’est votre aide, Monsieur, que j’ose implorer pour l’atteindre ». Malheureusement, F. Buloz, peu convaincu du talent du jeune Hollandais, ne fera pas appel à lui.

    BULOZ.jpgSéjournant à Paris fin 1838 – début 1839, J. Kneppelhout rend visite au Franc-Comtois et exprime une nouvelle fois son enthousiasme : « M. Marmier est le seul en France qui ait écrit jusqu’à présent des choses raisonnables sur la Hollande. […] J’eus l’honneur de m’entretenir avec lui pendant cinq quarts d’heure. Nous eûmes un discours à la fois agréable et intéressant : j’ai beaucoup de satisfaction de cette visite.

    « M. Marmier est un homme doux, posé, modeste, épris des mœurs, des habitudes, de la vie intime des peuples du nord, et revenu, à force de courses lointaines, de tous ces stupides et inconcevables préjugés qu’un étranger s’étonne de trouver à Paris chez des personnes d’ailleurs fort instruites.

    « À M. Marmier amour et considération ! ouvrons-lui les deux bras s’il revient en Hollande ! Et il y reviendra, il réparera les injustices de cet impertinent et pitoyable Roger de Beauvoir, il guérira tant d’autres piqûres auxquelles nous n’avons pu laisser de nous montrer sensibles, et fera à la Hollande littéraire la place qui lui revient et que les Français s’obstinent à lui refuser [6]. »

    Le vœu du jeune homme sera exaucé au milieu de l’année 1840 puisque, à l’initiative du comte Charles de Rémusat (1797-1875), éphémère ministre de l’Intérieur, Marmier, cent à deux cents jours sans doute après être rentré de Copenhague, sillonnera les terres séparées de la Belgique depuis bientôt dix ans de fait, mais depuis seulement un an officiellement. Ce séjour de plusieurs mois se traduira par une série d’articles publiés entre décembre 1840 et novembre 1841 dans la Revue des Deux Mondes, tous réunis en cette même année 1841 en un ouvrage : Lettres sur la Hollande (Paris, Delloye/ Libraire de Garnier frères). Mais auparavant, l’année même d’ailleurs où il avait donné à la Revue des Deux Mondes sa première contribution sur la Hollande, le Franc-Comtois avait publié un volume en traduction : L’Ami des petits enfants [7]. Il s’agit pour une part de la transposition en courtes proses de poésies édifiantes et agrémentées d’illustrations pour les petits Néerlandais, livre dont la première édition en langue originale remonte à 1778 et dont le succès ne s’est guère démenti ; la dernière réédition date de 2015. (à suivre...)

     

    Daniel Cunin

     

    [1] Johannes Kneppelhout, « X. Marmier », Bijdragen tot boeken- en menschenkennis, octobre 1836, p. 184-196, article repris en partie dans le volume Souvenirs d’un voyage à Paris. 17 décembre 1838 – 24 février 1839, Leyde, P. H. van den Heuvell, 1839, p. 59-62. De cet auteur, on recense en langue française les œuvres suivantes (volumes ou plaquettes) : Mes loisirs (1832), La Violette (1833), Fragments de correspondance (1835), Souvenir (1835), L’Éducation par l’amitié (1835), Nouveaux fragments de correspondance (1836), Hommage à l’hospitalité. Couplets (1836), Copeaux (1837), L’ère critique ou l’art et le culte (1837), Prose et vers (1838), Souvenirs d’un voyage à Paris. 17 décembre 1838 – 24 février 1839 (1839), Opuscules de jeunesse (1848), Une rencontre aux eaux (vers 1862), et, enfin, au crépuscule de sa vie : Ce qui m’a passé par la tête en Italie (13 février-13 juin 1872) (1883), récit de voyage composé dans notre langue afin que l’une de ses amies suisses fût à même de le lire. À propos de la Suisse justement, pays arpenté bien des fois par Marmier, Kneppelhout a entre autres laissé un volume en néerlandais : Schetsen en verhalen uit Zwitserland (1850). À son pays de prédilection, il a dédié un quatrain consigné dans un album lors de l’un de ses séjours à Vevey (hôtel de la Couronne) : La Suisse est un pays plein de douces Capoues. / Voyageur harassé, si dans ces lieux choisis / Ta fatigue s’abat, tu renais et te joues / Dans le charmant confort de ces chers oasis. Sur la vie de cet auteur – dont l’œuvre la plus connue reste les Studenten-Typen de 1841 (des esquisses de la vie estudiantine à Leyde qui comprennent d’ailleurs des passages en français), publiée sous le pseudonyme Klikspaan –, on peut lire une monographie assez récente : Edith Paanakker, Klank in een nevel : Johannes Kneppelhout (1814-1885), Leyde, Leiden Promotie VVV « Leidse Verhalen 6 », 2000 ; et sur l’univers dans lequel il a évolué, le numéro spécial que lui a consacré la revue De negentiende eeuw, 2002, n° 3.

    [2] « Into Hostile Territory : Holland and Russia (1840-2) », tel est le titre du chapitre 9 dans lequel cette auteure traite de la Hollande dans l’œuvre de X. Mamier, non sans nuancer son propos : « Although it is perhaps not entirely accurate to describe Holland as ‘‘hostile territory’’, there had been some tension between the two countries in the years immediately preceding Marmier’s visit ». Voir : The Life and Travels of Xavier Marmier (1808-1892). Bringing World Literature to France, Oxford, Oxford University Press (British Academy Postdoctoral Fellowship Monographs), 2007. La partie du chapitre 9 consacrée au voyage en Hollande correspond aux pages 161-171. La citation se trouve p. 161.

    [3] Revue des Deux Mondes, mai 1836 (deuxième quinzaine), p. 488-503.

    Xavier Marmier, revue deshima, hollande, Kneppelhout, revue des deux mondes, histoire littéraire[4] Les francophiles avaient déjà pu prendre connaissance de ses travaux sur l’Allemagne, par exemple grâce au Journal de La Haye qui, le 9 avril 1835, reproduisait l’une de ses pages sur l’Allemagne parue au préalable dans la Revue germanique. En 1838, ses Lettres sur l’Islande firent l’objet d’un article dans les Vaderlandsche letteroefeningen : « Sicilië en Ijsland vergeleken », p. 396-403. Les lecteurs du Leydsche Courant ont pu lire le 17 février 1840 une longue recension intitulée « De hoogeschool en andere wetenschappelijke inrigtingen te Koppenhagen door X. Marmier ». Par ailleurs, à la fin 1841, la presse hollandaise annonce le prochain séjour de Xavier Marmier en Suède. En 1843, la traduction néerlandaise des Lettres sur le nord, Danemark, Suède, Norvège, Laponie et Spitzberg fait l’objet d’une recension dans les Vaderlandsche letteroefeningen : « Brieven over het Noorden, Denemarken, Zweden, Noorwegen, Lapland en Spitsbergen. Door X. Marmier. Uit het Fransch. II Deelen. Te Deventer, bij A. ter Gunne. In gr. 8vo. XII, 609 bl. f 6-60 », p. 178-183. Relevons encore, à titre d’exemple de l’attention portée sporadiquement au Français, une recension anonyme des Lettres sur l’Adriatique et le Monténégro dans l’Algemeene konst- en letter-bode du 24 février 1854, p. 60-61.

    [5] Lettre à M. F. Buloz, directeur de la Revue de Paris et de la Revue des Deux Mondes, Leyde, 3 janvier 1837, reproduite dans Souvenirs d’un voyage à Parisop. cit., p. III-V. Dans cette missive, J. Kneppelhout revient sur l’essai « Vondel, le poète hollandais » de Jacob van Lennep (1802-1868) paru dans la Revue de Paris, qu’il estime trop peu enlevé. Dès 1834, le jeune homme avait rendu visite à Jules Janin sur lequel il a laissé des témoignages dans les deux langues. Ce critique ne l’a guère encouragé à continuer à écrire en français. En s’exprimant dans le même sens, F. Buloz finit de persuader le Néerlandais de composer une œuvre dans son idiome national.   

    [6] Souvenirs d’un voyage à Parisop. cit., pp. 62 et 63. Ce témoignage sera repris, légèrement remanié, dans Opuscules de jeunesse, I, Leyde, 1848, p. 287-289. Dans son article « X. Marmier » de 1836 rédigé en néerlandais, J. Kneppelhout déplore que deux jeunes auteurs français qui ont fait le voyage de la Hollande en avril 1835, à savoir Alphonse Royer (1803-1875) et Roger de Beauvoir (1807-1866), n’aient rien écrit de bien original sur son pays.

    [7] [Hiëronymus van Alphen & autres], L’Ami des petits enfants, traduit du hollandais, par X. Marmier, Paris/Strasbourg, F.-G. Levrault, 1836 (pour la première édition). Voir sur cette publication et ses multiples rééditions : Louis G. Saalmink, « Xavier Marmier, Nederlandse poëzie in vertaling en Hieronymus van Alphen », De negentiende eeuw, 2008, n° 4, p. 239-252.

     

    Marmier-BIO.jpg

     

  • Xavier Marmier, lettres et gens de lettres de Hollande (2)

    Pin it!

     

     

    « Poésie populaire de la Hollande » & L’Ami des petits enfants

    (suite de « À M. Marmier, amour et considération ! »)

     

     

    Jacotot.jpgAvant de procéder à un survol critique des deux chapitres (soit une centaine de pages) consacrés à la littérature hollandaise dans les Lettres sur la Hollande, examinons la teneur de ces deux publications de 1836. D’après ce que l’on sait, le futur académicien a fait un premier voyage en Belgique et en Hollande très tôt, alors qu’il avait à peine une vingtaine d’année. Selon ses propres dires, il parle assez aisément le néerlandais qu’il a sans doute appris, ainsi qu’il l’explique [1], comme d’autres langues étrangères, grâce à la méthode analytique de Joseph Jacotot. Malgré cette maîtrise, force est de reconnaître que son article « Poésie populaire de la Hollande » repose pour l’essentiel sur une étude rédigée en allemand par Hoffman von Fallersleben, dette que Marmier ne cherche d’ailleurs pas à dissimuler.

    En quoi consiste pour l’essentiel la quinzaine de pages que le Franc-Comtois a donné à la Revue des Deux Mondes ? Marmier commence par reprendre quelques généralités et emprunter des raccourcis sur la littérature du passé : le manque d’originalité des poètes bataves, les diverses influences qu’ils subissent des grandes nations voisines…

    « Je ne crois pas qu’aucun voyageur visite sérieusement la Hollande sans rendre justice à l’énergie opiniâtre et à l’esprit de persévérance qui la distinguent entre tous les autres peuples. C’est qu’elle n’a pas eu seulement à exercer cette énergie dans ses guerres avec les autres nations, ou dans des époques de désastres accidentels. La nature l’a traitée avec rigueur, la nature est entrée ici en lutte avec l’homme, et n’a cédé qu’à la force. […] La même remarque doit s’appliquer à leurs œuvres d’art et de littérature. Il ne faut y chercher ni la hardiesse de la pensée, ni l’originalité. Ce sont des œuvres étudiées et laborieuses. La poésie de la Hollande accuse toujours le travail et l’érudition, et ses plus grands peintres sont avant tout des hommes de patience, mais d’une patience qui, parfois, produit de merveilleux effets. Plusieurs causes contribuent d’ailleurs à enlever à la Hollande le caractère de nationalité qu’elle pourrait avoir en poésie, et à lui inculquer l’esprit d’imitation. Par l’étroit espace qu’elle occupe, elle ne peut guère aspirer à se maintenir dans une sphère indépendante, à posséder l’ascendant qu’obtient naturellement un grand État. Par sa langue, elle tient à la vieille Germanie et à l’Angleterre. Par sa position géographique, elle touche d’un côté à la France, de l’autre à l’Allemagne, et subit tour à tour l’influence des deux pays. Quelquefois même tous deux agissent sur elle simultanément, et sa littérature devient une sorte de transaction entre le romantisme allemand et l’esprit français [2] ».

    PCHOOFT.jpgCe sont certes là des avis en partie plutôt fondés et que l’on retrouve sous la plume de la plupart des commentateurs étrangers [3]. Un XIVe siècle, temps de discordes civiles et de calamités, très pauvre en œuvres de valeur ; un XVe siècle où l’on observe peu de progrès et la mauvaise influence des Chambres de rhétorique [4] ; un XVIe siècle qui donne lieu à un certain regain sous l’influence de la Réforme… Autant dire que de la littérature du passé, Marmier ne retient que « l’époque classique de la Hollande ; voici venir Hooft, formé à l’école des auteurs anciens et des écrivains italiens ; Hooft, poète et prosateur, qui créa la tragédie hollandaise et écrivit avec un rare talent une histoire de son pays ; Vondel, que les Hollandais appellent leur Shakespeare ; Jacob Cats [5], poète moral et didactique dont les œuvres se trouvent encore aujourd’hui à côté de la Bible dans toutes les familles ; Huygens, qui publia un recueil de satires et de poèmes descriptifs vraiment remarquable ; Kamphuizen [6], le poète tendre et mélancolique de cette époque ; Decker [7], Anslo [8], Westerbaan [9], Pierre de Groot [10], fils de Grotius, qui cultivèrent la poésie avec succès. C’était au commencement du XVIIsiècle ; pendant une cinquantaine d’années, la littérature hollandaise marcha : toujours en progressant [11] ». Cependant, l’influence étrangère reprend vite le dessus, du fait en particulier de l’éclat du Siècle de Louis XIV et de l’immigration des réformés français. On mit à la poésie « une perruque à boucles sur la tête, on lui donna un habit à paillettes, des manchettes plissées et des jabots de dentelles, et sous ce vêtement de cour, la pauvre muse, oubliant son ancienne liberté, s’appliqua à chercher des combinaisons de style artificielles, des tournures de phrase harmonieuses, et remplaça le sentiment par la couleur, l’idée poétique par l’expression pompeuse et l’hémistiche habilement cadencé. […] C’est seulement vers la fin du XVIIIsiècle que la Hollande s’affranchit de cette poésie d’imitation. L’étude de la littérature anglaise et allemande lui indiqua une nouvelle route à suivre, et Bilderdijck (sic), Feith, Tollens, Kinker, Helmers, furent les apôtres de cette école moderne, de ce romantisme poétique qui a gagné toute l’Europe [12] ».

    Si Xavier Marmier s’intéresse à la poésie populaire, c’est qu’elle paraît être plus vivace en Hollande qu’ailleurs. Se basant sur un livre de M. le Jeune [13] (1775-1864), mais surtout sur deux études d’August Heinrich Hoffmann von Fallersleben [14] (1798-1874), il distingue deux courants : les chants religieux et les chants profanes. « Les premiers sont curieux à étudier comme expression d’une époque de catholicisme abstrait et rêveur. Tout ce que les Tauler, les Suso, les Ruysbroeck et les autres mystiques des XIVe et XVe siècles, se plurent à enseigner se trouve ici fidèlement reproduit. On voit que la doctrine du mysticisme s’était peu à peu insinuée parmi le peuple, et qu’il aimait à redire dans ses vers ce qu’il entendait prêcher dans ses églises. Mais, c’est chose étrange que de voir jusqu’où va ce mysticisme, comme il symbolise ses conceptions, comme il est raffiné dans ses croyances, et naïf encore dans ses raffinemens [15]. » Au passage, le Franc-Comtois fait allusion, sans la nommer, à une grande poète mystique d’Utrecht, Suster Bertken (vers 1426-1514) qui vécut emmurée plus de soixante années ! En guise d’exemple de cette littérature, il fournit la version française [16] d’une pièce : « La fille du sultan ». Le texte original, qu’il a trouvé chez Le Jeune (et que reproduit Hoffmann von Fallersleben en le faisant suivre d’une chanson allemande d’inspiration similaire où il est là bien question de la fille du sultan), s’intitule : « De Soudaens Dochter », autrement dit « La fille soudanaise ». Les strophes de 8 vers sont restituées – assez fidèlement quant à leur teneur – en paragraphes en prose par Marmier, sauf la trente-et-unième et dernière qui est omise. Quant aux chansons populaires profanes, il résume l’une des ballades les plus célèbres, celle du comte Floris avant d’en transposer deux en français : « Les deux enfants de roi » (texte original : « Van twe conincskinderen », voir Hoffmann von Fallersleben, p. 112-114), et « L’enlèvement » (« Van een Conincs dochter », voir Hoffmann von Fallersleben, p. 116-118).

    Hoffmann_von_Fallersleben_by_Schumacher_1819.jpg

    Hoffmann von Fallersleben, par C.G.C. Schumacher en 1819

     

    La seconde publication de Xavier Marmier ayant trait aux Pays-Bas parue en 1836 consiste en un volume « traduit du Hollandais » dont le moins que l’on puisse dire est qu’il n’apporte pas grand-chose de nouveau. S’intitulant L’Ami des petits enfants, il réunit des « Maximes morales et religieuses » et des contes. Une bonne centaine de pages, 87 proses (dont les 4 dernières occupent une quarantaine de pages) [17], sans la moindre mention d’un nom d’auteur. Une part des textes originaux sont de Hiëronymus van Alphen, les autres de divers écrivains.

    440px-Hieronymus_Simonsz._van_Alphen.jpgAuteur et théoricien de l’art piétiste, le juriste Hiëronymus van Alphen (1746-1803) avait composé, après la mort de son épouse, un volume de 66 poèmes devant servir à l’éducation de ses trois fils en bas âge : Kleine gedigten voor kinderen (1778 et 1782). La teneur de ces pièces traduit un idéal influencé par les Lumières (apprendre de façon ludique, considérer son propre père comme un ami) [18].  Marmier en restitue 40. Il se trouve qu’il existait depuis 1834 une traduction de l’intégralité du recueil de la main d’Auguste Clavareau (1787-1864) – certes parue à Maastricht ou encore en Suisse et non en France, encore moins à Paris : Petits poëmes à l’usage de l’enfance, un ouvrage qui sera lui aussi maintes fois réimprimé [19]. Si Marmier se contente de restituer les strophes hollandaises en simples paragraphes, Clavareau – fonctionnaire originaire de Luxembourg, établi à Maastricht, sans conteste le plus important et le plus prolifique traducteur de littérature néerlandaise des années 1820 aux années 1860, oublié cependant par les auteurs de L’Histoire des traductions en langue française. XIXe siècle (1815-1914) parue en 2012 aux éditions Verdier – adopte quant à lui une stratégie bien différente [20]. Pour s’en convaincre, il suffit de citer le court poème « De perzik » (« La pêche ») dans les deux transpositions :

     

    La pêche

     

    Mon père m’a donné cette pêche pour que j’étudie bien. Maintenant je la mange tout joyeux ; elle me semble meilleure après le travail.

    La gaîté convient à l’enfance. L’application au travail est la vertu des enfants ; elle ne peut manquer d’être distinguée, et elle trouve toujours sa récompense.

     

     

    L’orange

     

    De Papa je tiens cette orange :

    Pour ma leçon je la reçus ;

    Et quand, tout joyeux, je la mange,

    Son goût me plaît encore plus.

     

    La gaité sied à la jeunesse,

    Quand le temps est bien employé ;

    Et l’enfant qui fuit la paresse,

    De son travail est bien payé.

     

    Outre les pièces de H. van Alphen, la traduction que l’on doit à Xavier Marmier comprend, à l’instar d’ailleurs de celle d’Auguste Clavareau [21], des poèmes d’auteurs aujourd’hui oubliés : Francijntje de Boer (1784-1852) [22]– qui, bien que n’ayant pas bénéficié d’une éducation privilégiée, s’est affirmée comme une poétesse appréciée des enfants –, et Mattheus van Heyningen Bosch (1773-1821) [23] ainsi que divers poèmes tirés d’un recueil collectif, Gedichtjes voor de Nederlandsche jeugd [24].

    Même si cette littérature pour la jeunesse jouissait à l’époque, en Hollande, d’une grande popularité, on peut se demander ce qui a motivé Marmier à transposer les poèmes et contes en question. Une commande ? La perspective d’une rentrée d’argent ? Le succès certain de la traduction d’Auguste Clavareau – aux Pays-Bas, ses traductions pour les enfants étaient diffusées et lues au sein des écoles dans le cadre de l’apprentissage du français – a peut-être inspiré le Franc-Comtois, de même d’ailleurs que le retentissement de la série L’Ami des enfans (12 volumes) du pédagogue français Arnaud Berquin (1747-1791), elle-même modelée sur le Kinderfreund de l’un des fondateurs de la littérature d’enfance et de jeunesse allemande, Christian Felix Weisse (1726-1804). Après tout, ce genre d’écrits édifiants touchait également en France un jeune public assez large. D’aucuns avancent que L’Ami des petits enfants est l’ouvrage de Marmier qui a rencontré le plus de succès. Réédité jusqu’en 1865, il porte dans certaines éditions un nom d’auteur, rassurez-vous non pas celui d’un obscur Batave, mais celui d’un autre Allemand, le chanoine Christoph von Schmid (1768-1854) dont un énième recueil de contes a vu le jour en traduction française pas plus tard qu’en 2013 [25]. Dans la poésie médiévale des Pays-Bas, dont l’apport est selon Marmier surtout philosophique, il voyait les éléments de la poésie future : didactique, sèche, mesurée. Une telle considération aura-t-elle motivé en partie son choix ?

     

    Auguste Clavareau

    Xavier Marmier, hollande, littérature, revue des deux mondes, traduction Joseph Jacotot

     

     

    [1] Xavier Marmier, Journal : 1848-1890, t. 1., établissement du texte, présentation et notes de Eldon Kaye, Genève, Librairie Droz, 1968, p. 170.

    [2] « Poésie populaire de la Hollande », pp. 488 et 490.

    [3] L’un d’eux, dont certaines considérations ont sans doute aucun inspiré Marmier, est Sir John Bowring. Le Franc-Comtois prend toutefois sur plusieurs points des positions différentes, voire opposées, à celles du Britannique (par exemple à propos de la meilleure œuvre de Vondel ou de la valeur de l’œuvre de Langendyk). Voir à propos de Bowring la note 3 de la dernière partie.

    [4] La Barre de Beaumarchais aura la dent presque aussi dure dans ses considérations, qui tiennent certes en peu de lignes, sur les lettres bataves. Dans la prolifération des poèmes auxquelles donnent lieu les chambres de rhétorique – « Je ne connais pas de pays où l’on ait autant mesuré d’hémistiches et façonné de rimes qu’en Hollande », nous dit Marmier –, il voit toutefois quelques amusants points positifs : « Ce qu’il y a de bon dans ce débordement de vers, c’eft qu’il augmente le débit de la fabrique du papier, qu’il donne de l’ouvrage à ces Imprimeurs qui en ont peu, que fouvent il met les Picarts mêmes dans l’occafion de graver d’excellentes vignettes, & qu’enfin ceux des Hollandois qui aiment la Poéfie n’ont qu’à lire ces vers, pour favoir ce qu’ils doivent éviter dans cet Art. » (op. cit., p. 181).

    xavier marmier,hollande,littérature,revue des deux mondes,traduction joseph jacotot[5] À propos de Cats, l’homme de lettres français Pierre Marie Michel Lepeintre Desroches (1785-1847), qui a effectué quelques années avant Marmier un séjour dans les plats pays (Quatre mois dans les Pays-Bas. Voyage épisodique et critique de deux littérateurs dans la Belgique et la Hollande, Paris, Leroux, 1830, t. 2, p. 117-118), met dans la bouche d’un compagnon de voyage, un Belge, ces mots : « il fut l’Horace, le La Fontaine, l’Ovide et le Boccace de la Hollande. Son style est trouvé trop vieux aujourd’hui, parce que le siècle est plus raffiné, et il est abandonné aux campagnards. Cependant, c’est encore le meilleur poète d’un pays qui ne produit que des poètes de serre chaude. Si vous saviez le hollandais, vous trouveriez dans ses poésies, en mettant de côté les tournures vieillies, une touche facile et gracieuse, une vivacité et une fécondité d’esprit telles qu’on n’en trouve plus chez nos poètes d’aujourd'hui, hollandais et français. Le siècle est spirituel et éclairé, mais bien dénué d’idées ; bien stérile de pensées, n’est-ce pas ? »

    [6] Il s’agit de Dirk Raphaelsz Camphuizen (1586-1627), théologien remontrant, imprimeur, éditeur qui a fini sa vie dans le commerce du lin sans cesser de composer des vers édifiants.

    [7] Abraham de Decker (1582-1658), originaire d’Anvers, établi à Amsterdam. Il a laissé des traductions du français et du latin.

    [8] Reyer Anslo (1626-1669), auteur entre autres d’un drame (Parysche bruiloft) dénonçant les intrigues du pouvoir durant la jeunesse de Louis XIV. Établi en Italie, il se convertit au catholicisme. Mort à Pérouse.

    [9] Jacob Westerbaen (1599-1670), théologien et médecin haguenois, traducteur, auteur de poésies religieuses, satiriques et érotiques.

    [10] Le poète Pieter de Groot (1615-1678), deuxième fils de Hugo de Groot. A occupé d’importantes fonctions dans l’administration, entre autres en France.

    [11] « Poésie populaire de la Hollande », p. 493.

    [12] Ibid., p. 494.

    [13] Jacob Carel Willem le Jeune, Letterkundig overzigt en proeven van de Nederlandsche volkszangen sedert de XVde eeuw, La Haye, J. Immerzeel Junior, 1828.

    [14] Horae Belgicae, 2 volumes publiés à Breslau, par Grass, Barth & Cie, le premier en latin en 1830, le second en allemand en 1833.

    [15] « Poésie populaire de la Hollande », p. 496.

    [16] Ibid., p. 497.

    [17] La première édition comptait apparemment moins de pages que les suivantes.

    [18] On sait que J. Kneppelhout connaissait très bien les œuvres de H. van Alphen. Dans ses écrits, ce représentant hollandais du Bildungsideal s’est d’ailleurs lui-même de plus en plus profilé comme un pédagogue, inspiré en particulier par les idées de J.-J. Rousseau ; en 1839, il s’était d’ailleurs rendu au lac de Berne, sur l’île de Saint-Pierre où la chambre qu’avait occupé le philosophe en 1765 semblait ne pas avoir changé.

    [19] Jérémie van Alphen, Petits poëmes à l’usage de l’enfance, 1832, traduction maintes fois rééditée tant aux Pays-Bas qu’en Suisse jusque dans les années 1860.

    Xavier Marmier, hollande, littérature, revue des deux mondes, traduction Joseph Jacotot[20] Pour sa part, X. Marmier se contente de mentionner une seule fois le nom de Clavareau, et encore, dans une note de ses Lettres sur la Hollande (p. 223), à propos de la traduction de Het graf (Le Tombeau) de Rhijnvis Feith. On sait, d’après l’introduction de Clavareau à ses Impressions de l’âme, Mélange de traductions du Hollandais, de l’Allemand, de l’Anglais, et de poésies du Traducteur, au profit des quatre veuves et des dix-neuf orphelins, victimes du naufrage du flibot Vrouw Pieternella Pronk, 1841 (1841), p. X, que ce dernier a écrit à Marmier : « Je ne tardai pas à entrer en correspondance avec des littérateurs français qui accueillirent mes travaux avec intérêt, et me témoignèrent plusieurs fois le plaisir que leur faisait la connaissance d’une littérature à laquelle ils étaient tout-à-fait étrangers. Je citerai parmi eux, avec un juste orgueil, MM. de Chateaubriand et de Lamartine, dont je possède des lettres bien flatteuses ; Mme de Genlis, qui, dans les dernières années de sa vie, recevait les pages de ma traduction du Tombeau de Feith, à mesure que je l’écrivais, et qui, la première, éleva la voix pour appeler cet ouvrage un trésor exotique ; Mr. Marmier, l’un des Rédacteurs de la Revue de Paris, et de la Revue Germanique, qui rédigea ces articles où notre littérature est jugée si favorablement et avec une connaissance approfondie du sujet ; et tant d’autres encore qui parlent aujourd’hui de notre littérature avec la plus grande estime.

    « Fort de ces puissans appuis, je continuai mes travaux ; et plus d’un journal français rendit compte de mes traductions d’une manière qui surpassa de beaucoup mes espérances. La Nation Hollandaise, de Helmers, fut regardée comme un des plus beaux poèmes historiques et descriptifs ; l’Hivernage, de Tollens, comme un ouvrage dont se glorifierait plus d’un grand poète ; les inimitables poèmes de Van Alphen, comme le vœu d’une mère réalisé ; et Thirsa, tragédie de Feith, destinée à faire partie de la grande collection des pièces dramatiques de tous les pays, fut analysée, dans un Recueil mensuel, avec les plus grands éloges. Le Roi de Rome, cet opuscule de Mr. van der Hoop, fut reçu avec enthousiasme ; et les magnifiques publications annuelles du libraire Janet, accueillirent les traductions de plusieurs pièces fugitives de nos meilleurs auteurs. » (Impressions de l’âme. Mélange de traductions du Hollandais, de l'Allemand, de l'Anglais et de poésies du traducteur, 1841, p. VIII-IX). Vers 1833, Marmier et Clavareau comptaient parmi les rares collaborateurs du périodique L’Écho du Vaucluse publié à Avignon. Lors de son voyage en 1840 (on sait qu’il était de retour à Paris au plus tard en octobre), Marmier, qui était arrivé en bateau sur le Rhin, ne visita toutefois pas Maastricht et ne rencontra probablement pas le traducteur.

    [21] Ce dernier, qui a déjà à son actif nombre de traductions de poètes néerlandais, publie en cette même année 1836 Petits poèmes à l’usage de la jeunesse hollandaise (poèmes de Feith, Immerzeel, Lulofs, P. Moens, Nierstrasz, de Visser, Warnsinck et Wiselius). Quand Marmier cite, à la page 11 de ses Lettres sur la Hollande, un passage de la Nation hollandaise de Jan Frederik Helmers (1767-1813), poète par excellence de la résistance à l’occupation française, il préfère opter pour une transcription littérale plutôt que de citer la version en vers publiée par Clavareau : La Nation Hollandaise, poème en six Chants avec des notes, traduit de Helmers d’après la sixième édition, Bruxelles, P.J. De Mat, 1825.

    [22] Des poèmes extraits de Gedichtjes voor kinderen, Amsterdam, G.J.A. Beijerinck, 1822.

    [23] Pour les deux pièces de cet auteur, Marmier s’est probablement basé sur les traductions de Clavareau sans recourir aux originaux. Il a peut-être traduit les quatre derniers contes à partir d’une traduction allemande.

    [24] Volume paru en 1820 à ’s-Gravenhage chez S. de Visser et regroupant des poèmes de W.H. Warnsinck (Bz.), Petronella Moens, P.R. Feith (fils de Rhijnvis Feith)…

    M. van der Werken
    xavier marmier,hollande,littérature,revue des deux mondes,traduction joseph jacotot[25] Voir sur ces éditions et modèles, Louis G. Saalmink, art. cit., p. 243-245. Certaines portent, au-dessus du titre, la mention : « Chanoine C. Schmid, suite à ses contes ». Louis G. Saalmink relève qu’un sort identique a été réservé à une œuvre qui a connu un énorme succès aux XVIIIe et XIXe siècles, en particulier en France : le premier roman épistolaire pour la jeunesse d’un auteur néerlandais, à savoir De kleine Grandisson, of de gehoorzaame zoon (1782) de Margaretha Cambon-Van der Werken (1734- après 1796), qui, malgré son titre, n’est en rien une adaptation de The History of Sir Charles Grandison (1753) de Samuel Richardson. Si la « traduction libre du Hollandois » en français (1787) ne portait pas initialement de nom d’auteur, à partir de la réédition de 1891 (à La Haye !) figure celui de « l’adaptateur », Arnaud Berquin. Sa version a connu des dizaines de rééditions, essentiellement en France, mais certaines aussi aux Pays-Bas et dans d’autres pays (Suisse, Allemagne, Autriche, Danemark, Luxembourg, Angleterre). L’édition française sera traduite en anglais, en allemand et en suédois, également sous le nom de Berquin sans la moindre mention de l’origine hollandaise de l’œuvre. Sur ce sujet, on lira : Grietje Tigges-Drewes & Hans Groot, « Een eeuw Kleine Grandisson », Documentatieblad werkgroep Achttiende eeuw, 1980, p. 21-63.

     

     

     

  • Xavier Marmier, lettres et gens de lettres de Hollande (4)

    Pin it!

     

     

    Lettres sur la Hollande : XIXe siècle et bilan

    (suite et fin de « Lettres sur la Hollande »)

     

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollande

     

    Avec Rhijnvis Feith (1753-1824), citoyen de Zwolle, nous avons déjà presqu’un pied dans le XIXe siècle. En plus d’une teneur patriotique de nombre de créations de ce poète et romancier, le jeune érudit français y voit une grande mélancolie. On compte en effet cet écrivain parmi les représentants majeurs de la sensibilité exacerbée du préromantisme [1]Vient le tour de Jan Frederik Helmers (1767-1813) dont le nom reste dans les mémoires grâce à son « panégyrique » en six chants, composé à l’époque de la domination française, De Hollandsche Natie (1812) [2]. L’allusion peu flatteuse à l’historien Jan Wagenaar (1709-1773) que fait Marmier est un emprunt à Sir John Bowring [3], « spirituel écrivain anglais ».

    Si Marmier relève dans l’époque contemporaine un nouveau souffle, sous l’impulsion de l’esprit universel de Willem Bilderdijk (1756-1831), « premier guide d’une foule de jeunes esprits studieux et entreprenants », « chef d’une nouvelle littérature », il se contredit en réalité à plusieurs reprises : « Marmier a émis un jugement bien prématuré en disant que c’est depuis 1820 environ qu’un grand mouvement littéraire, analogue à celui qui agite l’Europe entière, se manifeste en Hollande, y procédant toutefois avec la réserve et la lenteur propres à nos compatriotes. Nous savons au contraire que, pour la littérature, la Hollande persiste à être en retard sur les pays qui l’environnent, et nous prenons d’ailleurs Marmier en flagrant délit de contradiction en lisant plus bas dans ses Lettres que malgré les ‘‘qualités sérieuses’’ de style et de pensée, la littérature hollandaise du premier tiers du XIXe siècle est monotone, sans impétuosité aucune, mais intéressante et importante, ‘‘comme l’expression fidèle et constante de l’un des peuples les plus estimables qui existent’’. Cette opinion ne l’empêche pas de revenir à son premier point de vue, exposé dans la préface, et de nous dépeindre la Hollande sous l’influence du Romantisme, tout en reconnaissant que les œuvres soi-disant romantiques hollandaises se réduisent à néant, comparées aux merveilleuses productions dont s’enorgueillissent la France, l’Angleterre, l’Allemagne. [4] » Le Franc-Comtois salue les travaux de quelques érudits, historiens, archivistes et philologues qui s’inscrivent dans un « véritable sentiment de nationalité », loin des « œuvres élégantes » du XVIIIe siècle, avant de souligner les mérites de quelques-uns de ses contemporains.

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollande

    Willem Bilderdijk, par Charles Howard Hodges (détail)

     

    Il s’intéresse en premier lieu à deux écrivains qu’il a rencontré à plusieurs reprises. Adrianus Bogaers, juriste et poète haguenois, est le seul écrivain néerlandais que Marmier mentionne dans son livre au titre de ses amis. Au cours de l’été 1841, le Néerlandais se rend en France, en particulier pour suivre une cure dans les Pyrénées. En octobre, sur le chemin du retour, il passe de nouveau à Paris où il rend visite à Marmier dont il avait fait la connaissance l’année précédente et chez lequel il ne manqua pas de revenir à chaque fois que l’occasion se présenta. Ainsi peut-on penser que le Hollandais est retourné voir son ami après le 8 mai 1843, date du mariage de Marmier avec Françoise Eugénie Pourchet. En effet, au printemps 1844, Marmier lui avoue sa détresse en ces termes : « Je vous écris dans le deuil le plus désolant. Mon pauvre enfant mort – la pauvre femme que vous avez vue si douce, si riante, morte aussi. [5] » Dans ses Lettres sur la Hollande, le Franc-Comtois consacre quelques lignes à cet ami [6] en se trompant d’ailleurs sur sa ville de naissance (La Haye et non pas Rotterdam) : « M. Bogaers […] n’a écrit que quelques poèmes et un ouvrage en prose ; mais ses ouvrages sont travaillés avec un soin extrême, et cités déjà comme des productions classiques. » La renommée de Bogaers, réelle de son vivant, ne devait toutefois pas lui survivre.

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollandeDe Johannes Kneppelhout, ce jeune admirateur qui avait lui aussi rendu visite à Marmier à Paris, ce dernier ne mentionne pas même le nom dans son volume [7]. Les deux hommes se seraient-ils brouillés ? Ou cette absence tient-elle au fait que Kneppelhout n’avait pas encore produit ses principaux livres en néerlandais ? Jacob van Lennep, qui considérait le Français comme son ami, a droit à un meilleur traitement [8] : « M. J. Van Lennep [9] est un des écrivains actuels les plus féconds et les plus goûtés de la Hollande. Il n’a que quarante ans, et il a déjà publié quatre romans et neuf volumes de poésies », nous dit-il avant de lui consacrer une page d’une admiration toutefois teintée de certaines réserves : « il a essayé de faire pour la Hollande ce que Walter Scott a fait avec tant d’éclat pour l’Écosse, et s’il est resté au-dessous de son modèle, il n’en a pas moins le mérite d’avoir frayé, dans la littérature de son pays, une nouvelle route ». Sans doute Xavier Marmier a-t-il tissé à l’époque quelques liens avec d’autres écrivains, mais étant donné que son intérêt pour les plats pays s’est rapidement estompé, il ne semble pas avoir entretenu de relations privilégiées avec des Hollandais [10]. Les rares lettres de sa main (toutes rédigées en français) que nous avons pu trouver aux Pays-Bas [11] sont adressées à des correspondants ayant une autre nationalité. Sans doute des archives privées en Hollande ou des archives en France recèlent-elles des traces du passage de Marmier dans les contrées bataves.

    Le futur académicien a-t-il rencontré Hendrik Tollens (1780-1856), « poète le plus populaire de la Hollande [12] », « épicier à Rotterdam », ville où le Franc-Comtois n’a pas manqué de faire halte ? On peut le penser. De lui, il donne en français 5 strophes sur les 8 de 8 vers de Wien Neêrlandsch bloed in de aders vloeit [13], « le chant national hollandais qui est pour son pays ce qu’est le Gode (sic) save the king pour l’Angleterre, et que j’ai souvent entendu entonner en chœur dans les rues par les ouvriers, dans les écoles par des centaines d’enfants [14] » :

     

    Wien Neerlandsch bloed in de aders vloeit,

    Van vreemde smetten vrij,

    Wiens hart voor land en koning gloeit,

    Verheff' den zang als wij:

    Hij stell' met ons, vereend van zin,

    Met onbeklemde borst,

    Het godgevallig feestlied in

    Voor vaderland en vorst.

     

    Stort uit dan, broeders, eens van zin,

    Dien hoogverhoorden kreet;

    Hij telt bij God een deugd te min,

    Die land en vorst vergeet;

    Hij gloeit voor mensch en broeder niet

    In de onbewogen borst,

    Die koel blijft bij gebed en lied

    Voor vaderland en vorst.

     

    Bescherm, o God! bewaak den grond,

    Waarop onze adem gaat;

    De plek, waar onze wieg op stond,

    Waar eens ons graf op staat.

    Wij smeeken van uw vaderhand,

    Met diep geroerde borst,

    Behoud voor 't lieve vaderland,

    Voor vaderland en vorst.

     

    Bescherm hem, God! bewaak zijn troon,

    Op duurzaam regt gebouwd;

    Blink' altoos in ons oog zijn kroon

    Nog meer door deugd dan goud!

    Steun Gij den scepter, dien hij torscht,

    Bestier hem in zijn hand;

    Beziel, o God! bewaar den vorst,

    Den vorst en 't vaderland.

     

    Van hier, van hier wat wenschen smeedt

    Voor een van beide alleen:

    Voor ons gevoel, in lief en leed,

    Zijn land en koning één.

    Verhoor, o God! zijn aanroep niet,

    Wie ooit hen scheiden dorst,

    Maar hoor het één, het eigen lied

    Voor vaderland en vorst.

     

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollande

     

    Que celui dont les veines renferment un vrai sang hollandais pur de toute contagion étrangère, que celui dont le cœur palpite pour la patrie et pour le roi, unisse sa voix à la nôtre. Qu’il vienne à nous avec une âme libre, et chante le chant de fête qui plaît au ciel, le chant du prince et de la patrie !

    Frères, entonnez tous avec la même pensée ces accords entendus du Maître suprême. Il a aux yeux de Dieu une vertu de moins, celui qui oublie le prince et la patrie. Il n’a dans sa froide poitrine nul amour pour ses frères, celui qui ne s’émeut pas à notre chant, à notre prière pour le prince et pour la patrie.

    Dieu, protège, garde le sol où nous vivons, le coin de terre où s’éleva notre berceau, où l’on creusera notre tombe. Nous t’adressons notre prière avec une âme émue, ô Dieu, conserve notre prince et notre patrie !

    Protège le roi sur son trône. Que sa puissance ait constamment pour base la justice. Qu’il se montre toujours à nos yeux moins brillant par l’or de sa couronne que par ses vertus ! Soutiens et dirige le sceptre entre ses mains. Anime et défends le prince et la patrie.

    Dans un même vœu nos cœurs se confondent. Dans la joie et dans la douleur, nous n’avons qu’une même pensée : le prince et la patrie. Écoute, ce n’est pas un cri qui souffre un désaccord, c’est une parole d’amour, c’est un même chant pour le prince et pour la patrie.

     

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollande

    Alphonse Esquiros (1812-1876) 

     

    Égrenant encore quelques noms de poètes vivants, Xavier Marmier replonge dans des considérations peu nuancées et peu flatteuses sur ses hôtes. En une page, il résume en quelque sorte sa pensée : « cette poésie dont je tâche d’énumérer avec la plus rigoureuse impartialité les titres, dont j’essaye d’établir, comme un généalogiste, les preuves de noblesse, cette poésie n’entrera qu’une des dernières dans le grand chapitre des muses. Les critiques de Hollande ont beau lui mettre la couronne sur la tête, et lui élever avec une naïve piété des arcs de triomphe dans leurs journaux, l’honnête fille ne croit pas elle-même à sa souveraineté, et n’ose passer la frontière de peur de se voir contester son sceptre, son manteau, et traitée comme une vassale présomptueuse de la France et de l’Allemagne. Mais de même que le voyageur, après avoir traversé de larges et riches contrées, se réjouit, lorsqu’il arrive sur une terre moins féconde, de trouver encore une gerbe d’épis, un bouquet de fleurs ; de même, quand des hautes régions où nous emporte le génie des grands poètes anciens et modernes, nous redescendons dans les cités de Hollande, nous nous plaisons à découvrir çà et là, au milieu des entrepôts du commerce et des machines de l’industrie, une fleur de poésie, dût cette fleur ne pas avoir le même parfum ni le même éclat que celles de France ou d’Angleterre [15] ». Aucun écrivain hollandais ne vouant pour ainsi dire sa vie à la littérature, celle-ci « ne peut pas avoir les capricieux élans, la fougue ardente et désordonnée qu’elle a souvent » dans les grandes nations voisines. Aucun ne se risque à écrire « un livre dont la mère puisse défendre la lecture à sa fille ». Tout bien considéré, une littérature à l’« austère physionomie » qui finit « par devenir passablement monotone » [16], mais qui ne demeure pas moins « comme l’expression fidèle et constante de l’un des peuples les plus estimables qui existent [17] ».

    Il n’est pas dans notre intention de développer un réquisitoire contre Marmier, précurseur à sa façon. Qu’il nous soit tout de même permis de dresser un petit bilan qui ne relèvera pas de l’hagiographie. Cela nous paraît d’autant plus utile que le but annoncé du futur académicien était, si l’on en croit Sainte-Beuve, de ramener des Pays-Bas un livre sur la littérature [18]. Certes, il a offert à la Revue des Deux Mondes un travail que personne, à vrai dire, n’avait fait avant lui. Ses Lettres constituent, sans doute avec La Néerlande et la vie hollandaise de son contemporain Alphonse Esquiros (édition en 2 volumes en 1859), le livre le mieux documenté de l’époque sur les milieux intellectuels du royaume batave. L’écrivain suisse, originaire de Nyon, Édouard Rod, ne fera pas mieux avec ses Morceaux choisis des Littératures étrangères (1899). Le sous-titre de l’édition revue (1901) : Angleterre et Amérique, Allemagne, Italie, Espagne et Portugal, Russie, Scandinavie. Publiés avec un essai sur le développement des littératures modernes, des notices et des notes, laisse d’ailleurs présager le pire : la littérature néerlandaise ne semble guère avoir retenu l’attention du critique. Seules sept pages sont consacrées à la « Hollande » (dans la troisième partie qui porte sur la Période classique). Aucune à la Flandre. Il y a pire : l’Histoire des littératures étrangères, ouvrage du même genre publié à Paris par Louis-Eugène Hallberg (1839-1921) en 1879, portant sur les « littératures scandinave, allemande, hollandaise depuis leurs origine jusqu’en 1850 » accorde une place à la littérature hollandaise en tant qu’« appendice » à la littérature allemande (soyons rassurés, l’édition présente un appendice à l’appendice).

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollandeSi Marmier possédait une réelle connaissance du néerlandais – pas forcément parfaite (on relève quelques erreurs et approximations dans ses traductions) –, il s’est à trop de reprises laissé guider par ses a priori moraux ; sa fibre chrétienne l’a plutôt dirigé vers des œuvres mièvres alors qu’avec plus de clairvoyance, et malgré l’état du savoir bien plus limité à l’époque que de nos jours, il eût pu mettre en valeur de grands textes catholiques comme protestants. Ainsi de l’Altaergeheimenissen (1645) de Vondel dont le Franc-Comtois nous dit simplement qu’il s’agit d’« un poème que l’on regarde comme une de ses meilleures productions, et qui a pour titre Mystères de l’autel [19] » ; ainsi des plus beaux vers mystiques de Jan Luyken… Sans doute aurait-il été bien avisé de méditer et dépasser la phrase finale de l’introduction de la Batavian Anthology : « It would be easy to judge harshly, but we deem it better to represent silently. »

    Pour ce qui est de son travail de documentation, on ne peut pas lui reprocher grand-chose, si ce n’est peut-être de s’être adressé ou d’avoir plus prêté l’oreille aux plus jeunes de ses confrères bataves. Il a consulté nombre d’ouvrages disponibles tant en français – par exemple, de Jan van ’s Gravenweert : l’Essai sur l’Histoire de la littérature néerlandaise (1830) – qu’en latin, en allemand et en anglais – les travaux du polyglotte John Bowring, beaucoup moins nuancé que lui d’ailleurs – ; il n’a pas manqué de s’adresser à quelques-uns des meilleurs savants et lettrés du pays même, en premier lieu le poète Adrianus Bogaers et l’un des romanciers les plus en vue à l’époque, Jacob van Lennep.

    Même si on peut lui reprocher d’avoir passé trop peu de temps dans ces terres septentrionales pour être à même d’émettre des avis vraiment pertinents, plusieurs lettrés hollandais n’ont pas manqué de saluer la prouesse du Franc-Comtois. « Esquiros et Marmier nous ont donné des impressions sérieuses sur notre art littéraire ; ce que nous avons rencontré chez les autres voyageurs ne sont que des témoignages un peu vagues, sans beaucoup de suite », juge ainsi, avec le recul des années, Madeline Marie Caroline Koumans (1901-1944) [20], qui par ailleurs ne craint pas d’émettre des réserves. Quinze ans plus tôt, l’érudit francophile Pieter Valkhoff (1875-1942) regrettait pour sa part que Marmier ne soit plus là pour écrire en français sur les plus récentes évolutions de la littérature néerlandaise [21]. Quant à Josephus Albertus Alberdingk Thijm (1820-1899), grande figure du XIXe siècle littéraire et culturel des Pays-Bas, lui-même auteur, en langue française, d’une Histoire de la littérature néerlandaise [22], il rend en quelque sorte hommage, certes non sans humour, au Français en jouant avec son patronyme dans une élégie intitulée « Het kunstweekend Nederland » [23]Dans le même esprit que ces éloges, son premier biographe a avancé : « il étudie et commente, avec un bon goût éclairé et les lumières d’une critique intelligente, la littérature ancienne et moderne de ce curieux et honnête pays [24] ».

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollandeCependant, d’autres ont relevé quelques lacunes, erreurs et contradictions dans les Lettres sur la Hollande : un chroniqueur du De Gids nie même, en 1842, toute qualité à ce travail si ce n’est une belle fluidité stylistique ; un autre, dans l’Arnhemsche Courant du 11 avril 1841, s’amuse à épingler avec sarcasme les invraisemblances et coquilles que contiennent certaines pages [25]. L’ouvrage est en effet truffé de coquilles, en particulier sur les mots et noms néerlandais. Le célèbre critique Conrad Busken Huet (1826-1886), qui passa les dernières années de sa vie à Paris où il est enterré, se montrera lui aussi réservé [26], moins cependant que l’une des plumes du bimensuel culturel gantois De Eendracht qui ne voit dans le Franc-Comtois qu’un touriste qui a juste pris la peine de séjourner en Hollande un peu plus longtemps que les autres voyageurs français [27].

    Pourquoi Marmier s’est-il contenté de transposer en français ce qu’on appelle des « berquinades » ? Lui-même ne considérait pas les poésies de Van Alphen comme des œuvres d’art ! Pourquoi ne pas avoir transposé en français des pièces du plus grand poète du tournant des XVIIIe et XIXe siècles, à savoir Willem Bilderdijk (1756-1831) [28], juriste, poète, linguiste, historien, traducteur, principale figure de transition entre le classicisme et le romantisme en même temps que du Réveil, cette reviviscence d’un protestantisme marqué par la pensée antirévolutionnaire ? Pourquoi ne pas avoir traduit un essai très remarqué à l’époque, les Bezwaren tegen den geest der eeuw ou Griefs contre l’esprit du siècle [29] (1823) du disciple de ce même Bilderdijk, le juif converti Isaäc da Costa [30] (1798-1860), ou celui de Jacob Geel (1789-1862), talentueux érudit non dénué d’humour : Gesprek op de Drachenfels (Entretien sur le Drachenfels, 1835) qui offre une belle opposition entre classicisme et romantisme [31] ? Pourquoi le Français n’a-t-il pas restitué des proses de l’une des grandes plumes du Siècle d’or, P.C. Hooft ? Ou des pages d’auteurs de sa propre génération qui tentaient de rompre avec la tradition poétique dominante : par exemple E.J. Potgieter (1808-1875), cofondateur en 1837 de la revue De Gids, passionné de littérature suédoise ; et les deux amis de ce dernier, le poète Aarnout Drost (1810-1834) et l’essayiste R.C. Bakhuizen van den Brink (1810-1865), lequel avait déjà à l’époque publié de belles pages sur la poésie et la mentalité du Siècle d’or ? [32] Pourquoi ne pas avoir transposé quelques passages de l’un des romans phares du XIXe siècle, Camera Obscura de Nicolaas Beets, qui venait de paraître [33] ? Ou encore, si l’on remonte dans le temps, une ou deux pièces de la mystique emmurée vivante Suster Bertken (vers 1426 – 1514) dont il ne cite que quelques vers [34] ? Il est dommage que le Franc-Comtois ne se soit pas en l’occurrence écarté de la mode des vers fades qu’il ne manque pas par ailleurs de critiquer. Sans doute son attirance pour la poésie populaire, partagée alors par beaucoup, à laquelle venait s’ajouter une inclination à l’édification des âmes, lui a-t-elle en partie dicté ses choix ; dans ces chansons et légendes populaires, il estimait pouvoir approcher l’âme d’un peuple. Ainsi que l’écrivait récemment encore un universitaire de Nimègue au sujet des Français séjournant à l’époque en Hollande, « le voyage tend à l’instruction et au perfectionnement moral [35] ».

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollandeIl convient de s’arrêter sur un autre grand oubli. Marmier, si critique à l’égard du XVIIIe siècle hollandais, n’évoque nulle part De historie van mejuffrouw Sara Burgerhart (1782) [36], roman épistolaire qui correspondait semble-t-il à ses goûts : didactique, moralisateur et même « national » selon ses auteures, deux femmes, Betje Wolff (1738-1804) et Aagje Deken (1741-1804), qui ont vécu une dizaine d’années à Trévoux [37]. Il en existait une traduction française [38], longtemps attribuée à Isabelle de Charrière, parue en quatre volumes dans la ville qui nous accueille aujourd’hui [Lausanne].

    Un dernier mot. Si l’intérêt du Franc-Comtois pour la Hollande s’est vite affaibli, la Hollande ne s’est pas totalement désintéressée de lui. Plusieurs de ses ouvrages ont été traduits en néerlandais, y compris l’un de ses romans, des contes aussi (par exemple dans le périodique catholique De Maasbode), certaines de ses pages encore au début du XXe siècle ! Dès le 9 avril 1835, le Journal de La Haye en reproduisait une sur l’Allemagne, parue dans la Revue germanique ; la livraison du 29 décembre 1847 de ce même organe de presse donnait sa recension de l’ouvrage Une heure de solitude de Alph. Grün ; celle du 19 juin 1841 l’un de ses passages sur les belles-lettres hollandaises (Van Lennep, Bogaers…) paru peu avant dans la Revue des Deux Mondes… Au fil des années, plus d’un journaliste a mentionné son nom dans les fonctions qu’il occupait à l’Académie française ; dans « Het leven te Parijs (slot) » du quotidien Het Algemeen Handelsblad (4 juillet 1882), l’historien de l’art Henry Havard (1838-1921), auteur de nombre de contributions sur les Pays-Bas, a pu évoquer un déjeuner qu’il a partagé avec lui. Après s’être inquiétée de la santé de Marmier (ainsi du Maasbode, le 24 mai 1885), la presse batave a salué sa mémoire dans les jours qui ont suivi son décès (11 octobre 1892) – une bonne semaine après celui d’un autre Immortel, Ernest Renan –, en évoquant bien plus son attachement aux bouquinistes de la Seine, sa piété et sa « nostalgie » des grands espaces que son livre sur la Hollande. Le correspondant parisien du Soerabaijasch handelsblad, journal publié dans les Indes néerlandaises, évoque l’homme qu’il a eu l’occasion de croiser de temps en temps au cours des dernières années, sur son fauteuil roulant, au bord de la Seine [39].

     

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollande

     

     

    Œuvres de X. Marmier sur la Hollande

     

    « Poésie populaire de la Hollande », Revue des Deux Mondes, mai 1836 (deuxième quinzaine), p. 488-503.

    La série d’articles publiés dans la Revue des Deux Mondes en 1840-1841 qui seront réunis dans les Lettres sur la Hollande :

    « Une visite au roi Guillaume », décembre 1840 (première quinzaine), p. 685-703.

    « La Hollande I. Mœurs et caractères du pays », janvier 1841 (première quinzaine), p. 53-80 (texte repris sous forme de brochure : La Hollande. Mœurs et caractère du pays, de X. Marmier, Paris, H. Fournier, 1841, 36 pages).

    « La Hollande II. Ancienne littérature », février 1841 (première quinzaine), p. 422-444.

    « La Hollande III. Le Helder », avril 1841 (première quinzaine), p. 127-153.

    « La Hollande IV. Littérature moderne », juin 1841 (deuxième quinzaine), p. 854-885.

    « La Hollande V. Expéditions des Hollandais dans le Nord », août 1841 (première quinzaine), p. 480-500.

    « La Hollande VI. Établissement des Hollandais dans l’Inde », novembre 1841 (première quinzaine), p. 427-452.

    Lettres sur la Hollande, Paris, H.-L. Deloye, 1841 (repris dans le volume En Amérique et en Europe, 1860).

    « Un drame sur mer » et « L’illusion d’un cœur », extraits des Contes d’un voyageur (1851).

    « En Hollande », poème écrit à Arnhem en 1840 et dédié à Charles Weiss (1779-1867) ; « À Mme la Baronne E. Pechl… » (poème).

    Le volume de traductions intitulé À travers les tropiques (1889) comporte quelques pages sur les anciennes colonies néerlandaises.

    Hiëronymus van Alphen & autres, L’Ami des petits enfants, traduit du hollandais, par X. Mamier, Paris/Strasbourg, F.-G. Levrault, 1836 (pour la première édition).

     

    La Bibliothèque royale de La Haye abrite un manuscrit autographe du poème « Paysage de Laponie » (1838), dédié à Antoine de Latour (1808-1881).

     

    Rhijnvis Feith, par Willem Bartel van der Kooi, 1820

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollande[1] Marmier cite un poème en traduction ; s’il mentionne le roman épistolaire Ferdinand en Constantia (1785), il ne fait pas état du plus connu : Julia (1783). En note, il renvoie à la traduction du poème Le Tombeau par A. Clavareau, mais pas aux autres que ce dernier a publiées du même auteur : par exemple « La Conscience », paru dans L’Écho du Vaucluse du jeudi 19 septembre 1833 et celles figurant dans les Petits poèmes à l’usage de la jeunesse hollandaise, poèmes de Feith, Immerzeel, Lulofs, P. Moens, Nierstrasz, de Visser, Warnsinck et Wiselius, 1836. Voir p. 222-223.

    [2] Voir plus haut.

    [3] John Bowring (1792-1872), l’auteur d’une Batavian Anthology or, Specimens of the Dutch poets ; with remarks on the poetical literature and language of the Netherlands, to the end of the seventeenth century (en collaboration avec Harry S. van Dijk, 1824), de Sketch of the language and literature of Holland (Amsterdam, Diederichs Brothers, 1829) et de lettres écrites au cours de ses voyages en Hollande en 1827 et 1828 : Brieven van John Bowring, geschreven op eene reize door Holland, Friesland en Groningen, traduites de l’anglais par A. Telting, Leeuwarden, G.T.N. Suringar, 1829, édition augmentée en 1830. L’allusion à Wagenaar figure dans le volume de 1829, p. 70. Quand Marmier nous dit que la rime est présente partout en Hollande, qu’elle « flotte avec le trekschuit », il reprend idées et formules du polyglotte britannique dont il ne mentionne pourtant pas le nom : « The language of Holland is sadly wanting in good prosaists. Whether the versifying spirit has crushed the competition of prose, we know not, but such a nation of rhymesters as the Dutch never before were allowed to twist and torment an idiom into sing-song. Rhymes are everlasting recreation for the poor and the rich - they are hung upon every cradle, and flung upon every grave - they are painted upon the houses, and carwed upon the trees - they go with the treckschuits by water, and they ‘‘cover the land’’ », écrit-il à la page 125 de son Sketch of the language and literature of Holland. Les féroces reproches de Bowring, lequel épargne tout de même certains poètes dont il a fait la connaissance, conduiront la critique batave à se réformer. Marmier n’aura pour sa part pas le même écho, arrivant en quelque sorte après que la messe a été dite. Relevons que John Bowring, homme au destin plutôt extraordinaire, a également publié un article sur la littérature frisonne qui ouvre le volume des Brieven. C’est lui qui a mis Marmier sur la piste du grand écrivain frison Gysbert Japiks (1603-1666) (Lettres sur la Hollande, p. 81-83). De ce dernier auteur, il existe un ouvrage disponible en français : Tjerne le Frison et autres vers, trad. du moyen frison et préfacé par Henk Zwiers, « Collection L’aube des peuples », Paris, Gallimard, 1994.

    Sir John Bowring

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollande[4] Madeline Marie Caroline Koumans, La Hollande et les Hollandais au XIXe siècle vus par les Français, Maastricht, E. & Ch. Van Aelst, 1930 [thèse soutenue à Leyde], p. 121.

    [5] J.G. Gleichman, Het leven van Mr. A. Bogaers (1795-1870), s.l., s.é., 1875, p. 127.

    [6] Lettres sur la Hollande, p. 229-230 (citation p. 229).

    [7] Esquiros ne l’oubliera pas.

    [8] Ibid., p. 228-229.

    [9] Jacob van Lennep a vu X. Marmier à Paris, ce dernier l’ayant par exemple amené à une soirée chez l’actrice Madeleine Brohan. Quelques œuvres de cet auteur ont été traduites en français : La Rose de Dekama. Roman historique du quatorzième siècle (De roos van Dekamaeen verhaal, 1836), traduit du néerlandais par A.J.B. Defauconpret et André Dubourcq, Paris, H. Cousin, Veuve Legras, 1840, 2 vol. Nouvelle édition : La Rose de Dekama. Roman historique du quatorzième siècle, traduit du néerlandais par Léon Wocquier et David Jacob Van Lennep, Paris, Éditions Hachette, « Bibliothèque des meilleurs romans étrangers », 1860, 2 vol. Aventures de Ferdinand Huyck (De lotgevallen van Ferdinand Huyck, 1840), roman traduit du néerlandais par Léon Wocquier et David Jacob Van Lennep, Paris, Éditions Hachette, « Bibliothèque des meilleurs romans étrangers », 1858. Nombreuses réimpressions jusqu’en 1871. La Dame de Wardenburg. Épisodes de la révolution des Pays-Bas au XVIe siècle (De vrouwe van Waardenburg, 1859), théâtre, traduit du néerlandais par l’auteur, Paris, Éditions Hachette, « Bibliothèque des chemins de fer », 1861. Le Réveil, traduit de Van Lennep par Auguste Clavareau, musique de Van Bree, s.d. Sur cette figure historique d’importance pour les Pays-Bas du XIXe siècle vient de paraître une imposante biographie : Marita Mathijsen, Jacob van Lennep. Een bezielde schavuit, Amsterdam, Balans, 2018.

    A. Boagers et son épouse

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollande[10] Le fait que Boagers et Van Lennep soient les deux dont il a été le plus proche semble confirmé par un passage qui figure dès la page 56 des Lettres sur la Hollande: « Il y a là de vieilles coutumes protégées par un respect héréditaire, des traditions que l’on recueille, et que Van Lennep nous racontera un jour dans ses romans, Bogaers dans ses poèmes. » Une note en bas de la page 249, relative à un célèbre récit de voyage pour gagner la Chine en bateau par le Grand Nord, vient confirmer l’affection que le Français éprouvait pour le poète de Rotterdam : « Je compte au nombre des heureux moments de ma vie celui où un de mes amis de Hollande, M. Bogaers, voulut bien me procurer cet ouvrage curieux [Vertellinghe vande derde Seylagie by noorden om, nae de Coninckrijcken van Catthay ende China, inden jare duysent vijfhondert ses ende tneghentich, soit la troisième partie du journal de Gerrit de Veer qui a pour titre : Waerachtighe beschryvinghe van drie seylagien, ter werelt noyt soo vreemt ghehoort (1598), imprimé à Amsterdam en 1605] et aujourd’hui très rare. »

    [11] Aux Bijzondere Collecties de l’Université d’Amsterdam (UvA) : une lettre adressée à Oskar Ludwig Bernhard Wolff (1799-1851), professeur à Iéna, une autre, accompagnée d’un poème à une demoiselle de Witzelben (Weimar), une autre au juriste danois Rosenvinge, une quatrième à un certain N.C. Abrahams, et une dernière à un destinataire inconnu.

    H. Tollens

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollande[12] Enthousiaste – peut-être du fait que le catholique Tollens vient de passer à la religion réformée –, John Bowring écrit à son sujet : « The most agreeable, the most popular living poet of Holland, is Tollens. That among three millions of people an edition of ten thousand copies of three volumes of poetry, should have been promptly sold, is a very remarkable fact. This itself is no small merit, and implies no small sagacity to have so happily touched the feelings of an entire nation. His power is descriptive, his characteristic is originality, at least in Holland. It would not be difficult to trace in his writtings the influence of Engcland and Germany ; but it is veiled from the common eye, and the thoughts and the expression he has found elsewhere are so chastened, so delicately whrougt, that plagiarism cannot put her stigma upon him. » (op. cit., 1829, p. 98-99).

    [13] Voir, sur le sort réservé à ce poème de 1815, devenu hymne national en 1817, avant d’être remplacé en 1932 par le Wilhelmus, un article récent : Lotte Jensen, « Wien Neêlandsch bloed (1817) : het volkslied van Tollens als culturel erfgoed », Nieuw Letterkundig Magazijn, 2016 (jubileumnummer), p. 26-29. La revue De Negentiende Eeuw a consacré à ce poète un numéro à l’occasion du cent cinquantième anniversaire de sa disparition (2016, n° 3). Une thèse récente propose une étude sur sa poésie et l’écho qu’elle a suscité et continue de susciter dans la culture néerlandaise : Ruud Poortier, Tollens’ nagalm. Het dichterschap van Hendrik Tollens (1780-1856) in de Nederlandse herinneringscultuur, Université d’Amsterdam, 2014. Il convient de noter qu’une traduction officielle de l’hymne existait déjà : elle était destinée, avant l’indépendance de la Belgique, aux sujets de Guillaume Ier, dont la langue était le français.

    [14] Lettres sur la Hollande, p. 230-231.

    [15] Ibid., p. 232.

    [16] Ibid., p. 234.

    [17] Ibid., p. 235.

    [18] Wendy S. Mercer, op. cit., p. 161.

    [19] Lettres sur la Hollande, p. 212.

    [20] La Hollande et les Hollandais au XIXe siècle vus par les Français, op. cit., p. 122.

    [21] « Vreemdelingen over onze letterkunde », De Nieuwe Taalgids, 1916, p. 20-23.

    [22] De la littérature néerlandaise à ses différentes époques, Amsterdam, C.L. Van Langenhuysen, 1854.

    [23] J.A. Alberdingk Thijm, Het voorgeborchte en andere gedichten, Amsterdam, C.L. van Langenhuysen, 1853, p. 56. 

    [24] Alexandre Estignard, Xavier Marmier, sa vie & ses œuvres, Paris, Champion, 1893, p. 116.

    [25] X, « Mengelwerk. De heer Marmier over Holland », De Arnhemsche Courant, 11 avril 1841. En guise de réponse, l’Utrechtsche provinciale en stads-courant du 10 mai 1841 prend sa défense : L.N. « Mengelwerk. De Arnhemsche Courantover Marmier ».

    [26] Dans certaines conversations, selon ce que rapporte Jan ten Brink dans son Histoire de la littérature néerlandaise (Geschiedenis der Noord-Nederlandsche letteren in de XIXe eeuw, t. 2, chap. sur Huet, 1888), C. Busken Huet s’est montré bien peu enthousiaste au sujet des pages de Marmier, d’Esquiros et de Victor Cousin sur la Hollande, trop insipides à ses yeux.

    [27] A. W., « « Wat men in Frankrijk zoo al over onze letterkunde denkt », De Eendracht, 31 janvier 1858, p. 70.

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollande[28] À ce sujet, Marmier se dédouane : « Pour oser apprécier dans leur ensemble tant de travaux si disparates, il faudrait des années d’étude, et les fragments que nous pourrions en extraire n’en donneraient qu’une idée faible. Force nous est donc de passer à côté de ce singulier écrivain comme on passe à côté d’un chêne séculaire, sans en compter les rameaux et sans en mesurer la hauteur. » (p. 226) Bilderdijk a finalement été très peu traduit en français. A. Clavareau a transposé quelques-uns de ses poèmes dans : H. Tollens, Les Bataves à la Nouvelle-Zemble, poëme en deux chants, traduit de Tollens, suivi de poésies diverses de Tollens, de Bilderdijk et du Traducteur, 1828, réédition en 1838 (avant d’autres) sous le titre : L’Hivernage des Hollandais à la Nouvelle-Zemble, 1596-1597. Une édition scolaire (1851) comprendra une introduction historique. Une édition de luxe a paru en 1839 avec un portrait du traducteur. Relevons, pour ce qui est de Willem Bilderdijk, l’existence d'une traduction française d'un long passage de son Histoire de la Patrie dans : Nicolas Châtelain, Histoire du synode de Dordrecht, 1841 (sans nom de traducteur). De rares poèmes de ce même Bilderdijk en traduction française figurent par ailleurs dans : Poèmes néerlandais, sans nom de traducteur, Paris, H. Gautier, « Nouvelle bibliothèque populaire » n° 205, s. d. [1890], 32 p. Quant aux deux autres grands poètes de l’époque – Hendrik Tollens (1780-1856) et Rhijnvis Feith (1753-1824) –, le même Auguste Clavareau s’était déjà chargé de restituer dans notre langue leurs œuvres majeures, en particulier : H. Tollens, Le Jour de prière générale dans la Néérlande (2 décembre 1832), 1832 ; H. Tollens, L’Anniversaire du prince d’Orange (déc. 1833), chant populaire, s.d (1833) ; R. Feith, Le Tombeau, poëme en quatre chants, traduit d’après la quatrième édition, et suivi de quelques poésies diverses, 1827 ; R. Feith, Thirsa, ou le triomphe de la Religion, tragédie en cinq actes et en vers, traduite d’après la cinquième édition, 1830 ; Petits poèmes à l’usage de la jeunesse hollandaise, poèmes de Feith, Immerzeel, Lulofs, P. Moens, Nierstrasz, de Visser, Warnsinck et Wiselius, 1836.

    [29] On peut se reporter à la traduction de Pierre Brachin, dans Anthologie de la prose néerlandaise. Pays-Bas I, Aubier, 1970.

    [30] Marmier se contente de nous dire au sujet de ce virulent antipapiste et fervent contrerévolutionnaire : « M. Da Costa, disciple de Bilderdyk, écrivain austère et religieux dont l’âme s’attendrit sur les douleurs de la vie humaine, puis s’élance avec enthousiasme vers les régions éternelles » (p. 231).

    [31] Pierre Brachin en a publié des extraits dans son Anthologie de la prose néerlandaise. Pays-Bas I, Aubier, 1970.

    J.H. van der Palm

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollande[32] On peut penser aussi à des proses de Johannes Hendrikus van der Palm (1753-1840) que John Rowring considère comme le plus grand prosateur hollandais de tous les temps (op. cit., 1829, p. 124-125), du moins le plus grand encore en vie (Brievenop. cit., 1830, p. 246 et p. 256).

    [33] Nicolaas Beets, Scènes de la vie hollandaise et La Chambre obscure (Camera Obscura, 1839 ; édition augmentée, 1854), roman traduit par Léon Alexis Wocquier, Paris, Éditions Michel Lévy, 1856 et 1860, 2 vol. Marmier se contente de mentionner son nom, p. 233, pour nous dire que comme tous ses confrères, lui aussi exerce une profession : « M. Beets pasteur dans un village », après avoir dit deux mots du Beets poète : « Beets, qui joint dans ses vers la mélancolie de la pensée allemande à la pureté du style classique » (p. 231).

    [34] Lettres sur la Hollande, p. 165.

    [35] Marc Smeets, « Du côté de chez soi », Relief, 2013, n° 2, p. 107-117.

    [36] Certes, il mentionne au passage, dans ses Lettres sur la Hollande (p. 34), un autre roman de mœurs de ces deux dames : Historie van den heer Willem Leevend (1784-1785).

    [37] Voir en français à ce sujet : Pierre Brachin, « Idylle et Révolution : le séjour en France de Wolff et Deken (1788–1797) », in Faits et valeurs, « Bibliotheca Neerlandica Extra Muros », n° 4, La Haye, Martinus Nijhoff, 1975, p. 132-145 ; Myriam Everard, « Deux Hollandaises à Trévoux (1788-1797) : voyage d’agrément ou engagement politique ? », Genre & Histoire, 9, automne 2011, mis en ligne le 17 juin 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1427.

    Aagje Deken

    xavier marmier,revue des deux mondes,hollande[38] La traduction française de leur roman a paru à Lausanne, chez François Grasset, sous le titre : Histoire de Mademoiselle Sara Burgerhart ; publiée en forme de lettres, par Madame E. Bekker, veuve du Ministre Wolff, et A. Deken ; traduite du Hollandois d’après la seconde édition, 1787. Estimant que la couleur locale de leur œuvre la rendait intraduisible, les auteures ne se réjouirent guère d’apprendre qu’une traduction française était en cours. Le traducteur, Henri Rieu (Paris 1721 - 1787 Genève), ami de Voltaire, montre une excellente connaissance de la langue et des mœurs hollandaises, ce que révèlent entre autres les 48 notes figurant en bas de page. Cet homme a vécu plusieurs années en Hollande (dès 1735, il fait ses classes dans le monde bancaire à Amsterdam où il s’inscrit en 1837 en tant que membre de l’église wallonne) avant de s’embarquer, depuis la même ville, au service de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, le 27 octobre 1842, sur De Eendracht. Il arrive à Batavia le 26 mai 1743. Dès le 17 octobre de la même année, il reprend toutefois le même bateau qui le ramène à Amsterdam le 10 juillet 1744. Par la suite, entré dans la marine française, Rieu gagne les Antilles où il sera commandant de Saint-Barthélemy et d’une partie de Saint-Martin. Après avoir vécu en Guadeloupe où il a épousé une Créole de bonne famille, il est rentré en Europe avec sa famille. Il a traduit Sara Burgerhart alors qu’il était retourné vivre près de Genève (à Bourdigny) où il avait passé une partie de son enfance ; par sa mère, il descendait de familles en vue, les Calandrini et les Pellissari. Il s’agit de sa dernière contribution en tant que traducteur, la maladie l’ayant sans doute empêché de relire l’ensemble des épreuves. Le traducteur se serait servi de l’exemplaire d’Isabelle de Charrière (lettre de Claude de Narbonne-Pelet de Salgas à Isabelle de Charrière du 22 octobre 1784, dans Œuvres complètes, t. 2, p. 439). On sait par ailleurs que Benjamin Constant connaissait la sœur de Henri Rieu. En 1788, son texte est réédité à Paris par le libraire J. Hilaire sous un titre différent. (Pour tout ce qui concerne la traduction française de ce roman et la personne de Henri Rieu, on se reportera à : Hendrik Arnold Höweler, « De Franse vertaling van Sara Burgerhart », Documentatieblad werkgroep Achttiende eeuw, n° 9, 1970, p. 18-26 et « De Franse vertaling van Sara Burgerhart », Documentatieblad werkgroep Achttiende eeuw, n° 10, 1971, p. 23-24).

    [39] E., « Fransche Brieven. Parijs, 14 oct. », Soerabaijasch handelsblad, jeudi 24 novembre 1892.