Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

revue nunc

  • Hadewijch - Lettre rimée 16

    Pin it!

     

    Les sept noms de l’amour

      

     

     éd. J. van Mierlo, 1912

    Mengeldichten-1912.jpgL’une des quatre œuvres de Hadewijch d’Anvers – les Mengeldichten ou Rijmbrieven, autrement dit les Lettres rimées – a été le plus souvent négligée par les commentateurs. Pourtant, d’une lecture plutôt accessible, elle invite le profane à faire ses premiers pas dans la pensée de la poète brabançonne. Cela vaut en particulier pour la dernière lettre du recueil qui propose une « analyse » des sept « noms » de la minne et éclaire de la sorte ce qui est probablement le thème central de l’ensemble du corpus. Pour approfondir cette question, on se reportera à l’essai du père Raymond Jahae paru dans le « Dossier Hadewijch d’Anvers » qu’a accueilli la revue Nunc (n° 40, octobre 2016). En attendant, nous reproduisons la version française de cette Lettre rimée 16 qui recèle un condensé de la doctrine hadewigienne. (1)

     

     

    Lettre rimée 16

     

     

    L’amour a sept noms

    qui tu le sais lui conviennent.

    Ce sont lien, lumière, charbon, feu.

    Tous quatre sont sa fierté.

    Les trois autres sont grands et forts,

    toujours courts et éternellement longs.

    Ce sont rosée, source vivante et enfer (2).

    Si je t’énumère ces noms,

    c’est parce qu’ils figurent dans les Écritures

    et pour satisfaire la nature

    qu’ils révèlent et ont montrée.

    Que je ne cherche pas à te tromper

    en disant que l’amour a toutes ces manières de faire,

    il le sait celui qui la vit entièrement,

    elle et tous les miracles qui y sont attachés

    dont je t’ai naguère parlé.

     

    Lien, elle l’est effectivement car elle lie

    et sait qu’elle a tout en son pouvoir.

    Son lien, tout le monde en fait cas,

    ainsi que le sait celui qui l’a éprouvé.

    Car bien que l’amour anéantisse la consolation au milieu de la consolation,

    elle apporte réconfort en toute affliction.

    Son lien fait qu’intérieurement

    j’agonise, selon moi, de douleur.

    Son lien fait tout se conjoindre

    dans une jouissance, dans une satisfaction ;

    c’est un lien qui lie tellement tout

    que l’un pénètre l’autre

    dans la douleur, dans la paix, dans la fureur d’amour,

    et mange sa chair et boit son sang,

    et le cœur de l’un consomme celui de l’autre,

    l’âme de l’un traverse celle de l’autre avec fougue

    ainsi que nous l’a montré celui qui est amour –

    et cela dépasse l’entendement humain –,

    lui qui s’est donné lui-même à nous en repas,

    nous permettant ainsi de comprendre

    que l’on touche à la plus intime amour

    en mangeant, en goûtant, en voyant intérieurement.

    Il nous mange et nous croyons le manger,

    et effectivement nous le mangeons, qu’on le sache.

    Mais comme nous le consommons tellement peu,

    le touchons (3) tellement peu, le désirons tellement peu,

    chacun de nous reste non mangé,

    et loin et hors de l’autre.

    Celui que capture ce lien,

    mangera en revanche à sa faim

    s’il désire pénétrer en dieu ou en l’homme,

    [les] goûter au-delà de ses souhaits.

    Son lien (4) nous fait comprendre ce que c’est :

    « Je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est à moi (5). »

     

    Lumière, ce nom nous permet de saisir

    les pires préjudices qui sont portés à l’aimé

    et ce qui agrée le plus à l’amour,

    et les choses que l’amour blâme le plus.

    Dans cette lumière, on apprend

    comment aimer le dieu-homme

    et l’homme-dieu et tous deux en un :

    c’est là une tenure extrêmement précieuse.

     

    Charbon (6), ce nom, relève-le,

    est un signe qui figure dans les Écritures.

    C’est un présent merveilleux

    que dieu envoie au dedans de l’âme,

    en tout ce qu’elle reçoit, en tout ce qu’il lui manque,

    dans la réconciliation, dans la menace, dans la vengeance,

    dans la consolation, dans la joie, dans le travail,

    en toutes ces contradictions que j’ai énumérées.

    Le charbon est un rapide messager

    qui sert au mieux l’amour.

    Son service ne cesse jamais,

    l’amour ne saurait s’en passer.

    Le charbon enflamme celui qui était froid,

    il rend craintif le courageux,

    met à pied le cavalier,

    emplit l’humble de fierté (7),

    met le pauvre en un royaume

    où il ne s’écarte plus devant personne.

    Tout cela, tomber et se relever,

    prendre, donner, recevoir à répétition,

    le charbon, ce nom, l’enflamme et l’éteint

    par fureur d’amour. Emploie-toi

    en personne à cela afin de découvrir

    les merveilles inouïes qu’il (8) opère

    avant de retourner dans le feu

    où il saccage, brûle,

    engloutit et consume

    ce qui a été refusé et désiré (9).

     

    Feu, ce nom, brûle tout :

    bonheur, heur et malheur

    car toute chose lui est égale.

    Celui qui est ainsi touché intimement par le feu,

    rien ne lui est trop vaste ni trop étroit.

    Quand le feu se fait phénoménal,

    il ne différencie rien de ce qu’il consume :

    haine, amour, refus, désir,

    gain, perte, agrément, désagrément,

    profit, dommage, honneur, honte,

    consolation auprès de dieu au ciel

    ou séjour dans les maux infernaux :

    tout cela est identique pour le feu.

    Il brûle tout ce qu’il touche –

    de damnation ou de bénédiction,

    il n’est point question, je l’avoue.

     

    Rosée, ce nom, assure un service :

    quand, par sa force, le feu a de la sorte tout calciné,

    la rosée vient tout humidifier,

    pareille à un souffle d’une douceur inouïe,

    et provoque le baiser des nobles natures,

    les rendant persévérantes dans l’inconstance.

    L’ardeur (10) engloutit leurs dons

    au point de ne savoir faire autrement.

    Toutes les tempêtes s’apaisent alors

    qui s’élevaient là ;

    là se fait alors un silence

    où l’aimée va recevoir de l’aimé

    le baiser qui sied à l’amour.

    Quand l’aimé prend l’aimée en tous ses sens,

    elle (11) les suce et goûte sans fin.

    Touchant ainsi l’aimée, l’amour

    mange sa chair, boit son sang.

    L’amour qui ainsi la réduit à rien

    conduit en douceur les deux aimés

    à un baiser sans séparation.

    Ce baiser unit bellement

    en un être les trois personnes.

    Ainsi la noble rosée adoucit l’incendie

    qui faisait rage au pays d’amour.

     

    Source vivante, ce sixième nom,

    suit la rosée de façon appropriée.

    Le flux et le reflux

    de l’un dans l’autre qui grandissent l’un dans l’autre,

    cela dépasse les sens et l’entendement,

    dépasse la capacité de connaître et de recevoir

    des créatures humaines.

    Pourtant nous l’avons en notre nature,

    le chemin caché que fait emprunter l’amour

    et qui nous permet de recevoir non sans coups le doux baiser.

    En lui on reçoit la douce vie vivante

    qui donne la vie vivante à notre vie.

    Ce nom de source vivante vient de ce qu’il nourrit

    et maintient l’âme vivante en l’homme,

    et qu’il jaillit de la vie avec vie,

    et, de la vie, apporte nouvelle vie à la vie.

    La source vivante flue en tout temps

    en d’anciennes habitudes, en zèle nouveau,

    pareille à la rivière qui donne

    et ne tarde pas à récupérer ce qu’elle a donné :

    ainsi l’amour engloutit-elle ce qu’elle donne.

    Voilà pourquoi son nom est source et vie.

     

    Son septième nom, c’est enfer,

    nom de l’amour qui me fait pâtir,

    car elle engloutit et damne (12) tout.

    Et en elle personne ne se remet :

    y succomber et être saisi par elle,

    c’est ne pouvoir compter sur aucune pitié.

    Pareille à l’enfer qui dévaste tout,

    elle ne nous accorde rien

    hormis dureté et terribles maux,

    inquiétude permanente,

    assaut permanent et nouvelle persécution,

    dévoré entièrement et englouti entièrement

    [que l’on est] dans sa nature sans fond

    sombrant à toute heure dans le chaud, dans le froid,

    dans la profonde et haute ténèbre de l’amour.

    Cela dépasse la mission de l’enfer.

    Celui qui connaît l’amour, ses allées, ses venues,

    sait et peut comprendre

    que l’enfer est le nom le plus élevé

    qui soit approprié à l’amour.

     

    Remarque à présent combien dans ces noms

    tous les modes de l’amour se trouvent bien.

    Il n’est de cœur si sage qu’il puisse saisir

    le millième du lien d’amour,

    laissât-il de côté les six autres [noms].

    Du lien nous vient la certitude

    que rien ne peut nous séparer de l’amour,

    ni le moindre miracle, ni la moindre force.

    Tel est le don de la puissance de la sagesse.

    Le cœur humain n’est pas à même de l’endurer ;

    il lui faut pourtant supporter d’être lié au lien.

    De la lumière nous apprenons les actions de l’amour,

    nous voulons la connaître sous toutes les manières,

    pourquoi nous devons aimer l’humanité

    pareillement à la divinité et les connaître.

    Par le charbon, elle les enflamme eux deux (13).

    Par le feu, elle les brûle en un seul ;

    pareillement dans le feu de la salamandre,

    le phénix brûle et devient un autre.

    Par la rosée, l’incendie est adouci

    et oint d’un souffle unitif.

    Cette béatitude et cette fureur d’amour

    les jette (14) dans le flot le plus abyssal,

    qui est sans fond et qui vit éternellement,

    et qui avec la vie donne aux trois unité,

    à dieu et à l’homme en une amour :

    c’est la trinité au-dessus de toute pensée.

    En provient le septième nom,

    le plus élevé et le plus approprié.

    C’est l’enfer qui est l’essence de l’amour,

    car il dévaste l’âme et les sens

    au point qu’ils (15) ne se rétablissent plus

    et qu’ils n’endurent plus aucune chose

    si ce n’est se perdre dans la tempête (16) d’amour,

    corps et âme, cœur et sens,

    aimant sans discontinuer, perdus en cet enfer.

    Celui qui aspire à cela est prévenu,

    car devant amour, on ne se relève pas

    si ce n’est en recevant à toute heure consolation et coups.

    Qu’on cherche dans la moelle du cœur,

    qui recèle fidélité, l’offrande de la véritable amour.

    Agir ainsi, c’est gage de victoire,

    même s’il convient de reconnaître qu’on en est encore loin.

     

     

    Couv-Nunc-40.jpg

     

    (1) Traduction de Daniel Cunin (publiée initialement dans Nunc, n° 40, p. 67-73), réalisée à partir de l’édition des Mengeldichten (1952), disponible en ligne, que l’on doit à Jozef van Mierlo. Tout comme ce dernier, nous introduisons des signes de ponctuation. Et comme dans le cas de la traduction des Chants (Albin Michel, 2019), nous adoptons le féminin pour « amour » (minne) et privilégions une transposition assez « brute », qui restitue au plus près ce que « dit » l’original. Les lettres-poèmes du recueil se composent de vers à rimes plates, la simple assonance prenant par endroit le dessus sur la rime ; chaque vers comprend quatre syllabes accentuées, la plupart des vers comptant huit syllabes, mais certains beaucoup plus. Dans ces 16 Lettres rimées, seule la quinzième présente des vers plutôt resserrés. Que Rob Faesen soit remercié pour ses conseils et suggestions.

    (2) Les quatre premiers sont : bant, licht, cole, vier, les autres étant : dau, leuende borne et helle.

    (3) Le verbe gherinen (ici so ongherenen, soit mot à mot : « tellement non touché »), tout comme plus loin dans le texte, renvoie à la touche divine.

    (4) Le lien de la minne.

    (5) Cantique des cantiques, 4,2. Le texte moyen néerlandais : Jc minen lieue ende mijn lief mi, soit mot à mot : « Je mon aimé et mon aimé moi. »

    (6) Le père Van Mierlo renvoie au Chant 28 de Hadewijch en notant que le passage réunit tous les effets contradictoires que produit la fureur, l’ire d’amour (orewoet).

    (7) Dans l’original : hoghen moet.

    (8) Le charbon.

    (9) Sans doute faut-il lire : refusé par Dieu et désiré par toi

    (10) Sans doute le fort désir que manifeste la minne.

    (11) La minne. Dans l’original : si doresughetse ende doresmaket, soit : elle les suce/savoure et les goûte sans trêve, intégralement.

    (12) Le verbe verdoemen apparaît ailleurs dans le texte (vers 84). Il signifie damner, mais aussi saccager, détruire, anéantir.

    (13) La minne enflamme les deux amants.

    (14) Les amants.

    (15) Là aussi, les amants.

    (16) in storme van minnen, ce qui peut également se traduire par « dans les assauts d’amour ».

     

     

    Introduction en français aux textes de Hadewijch, par le père François Marxer



    Frank Willaert lit la « Lettre rimée 15 » centrée sur la fureur d’amour (orewoet)

     

    Mengeldichten1952.jpg

    édition J. Van Mierlo, 1952

     

     

  • La relève batave

    Pin it!

     

    La revue Nunc au Marché de la Poésie 2019

     

     

    revue-nunc-47.jpg

     

    À l’occasion du récent Marché de la Poésie (5-9 juin) qui accueillait la Hollande, douze poètes des contrées septentrionales se sont produits sur la scène. Dans son n° 47, la revue Nunc a consacré un « Cahier » à cet événement en proposant une petite anthologie des auteurs invités : Simone Atangana Bekono, Benno Barnard, Anneke Brassinga, Tsead Bruinja, Radna FabiasRozalie Hirs, Frank Keizer, Hester Knibbe, Astrid Lampe, K. Michel, Martijn den Ouden et K. Schippers. Parole à quelques-unes de ces voix parmi les plus jeunes…

     

     

    Simone Atangana Bekono

     

     photo : Anna. V.

    Simone-MdlP-2019.jpgNée en 1991, Simone Atangana Bekono a signé en 2017 une première plaquette intitulée hoe de eerste vonken zichtbaar waren (comment les premières étincelles se firent visibles, 2016), publiée en collaboration par Literair Productiehuis Wintertuin et Lebowski Publishers. « Friction » est le cycle qui ouvre cette œuvre (nous en reproduisons ci-dessous le premier poème). Simone se consacre actuellement à l’écriture d’un premier roman.

     

    Friction

     

    I

     

    Je suis née dans une forêt

     

    Je suis née et on a dirigé une lampe sur moi

    derrière moi sur mon linge de naissance est apparue ma silhouette

     

    Ma silhouette a ouvert la bouche, m’a dit :

    « J’existe parce que ton corps existe

    Cronos qui a englouti ses enfants

    sanguinaire ainsi que Goya l’a peint à l’huile sur une toile

    corps méconnaissable

    vorace et détraqué

    ne plongeant aucune racine dans la terre »

    voilà ce avec quoi il m’a fallu faire

     

    J’ai entendu halètements et rires : des bruits concrets, spécifiques

    ma silhouette une silhouette sans caractéristiques spécifiques

    ma silhouette m’appartenant d’une manière incompréhensible

    elle agissait à ma place, n’étant là que quand je la regardais

    n’existant que sur la toile

     

    Des bruits concrets, spécifiques

    je voulais être absorbée dans un système de petites cases à cocher

    je voulais une jouissance virtuelle, sexuelle, dépouillée du politique, être incorporée

    le menton sur le bord du bureau, sur la banquette arrière d’une Tesla

    être écartée du menu déroulant, c’est ça,

    être incorporée

     

    (traduction Daniel Cunin)

      

     

    Tsead Bruinja

     

    products-hingje_net_alle_klean..._web.jpgTsead Bruinja est entré en littérature en privilégiant le frison, langue de sa province d’origine, avant de publier par ailleurs des livres en néerlandais. À ce jour, il est l’auteur de plusieurs recueils dans l’une ou l’autre des deux langues ou encore dans les deux en même temps, par exemple Hingje net alle klean op deselde kapstôk / Hang niet alle kleren aan dezelfde kapstok (N’accroche pas tous les habits au même portemanteau, Afûk, 2018), dont est extrait le poème ci-dessous. D’une relative simplicité formelle, la poésie de Bruinja traduit des préoccupations personnelles ainsi qu’un engagement social. Ce caractère accessible a sans doute contribué à son élection comme « poète national », début 2019.

     

     

    enclos

     

     

    il y a un enclos que j’ai oublié de déplacer

    un navire pour m’emporter loin de cette île

    une roue que je n’ai pas reculée

    pour mettre la chaîne sous tension

     

    une lampe dont je n’ai pas trouvé l’interrupteur

    une chaise où je n’osais pas rester longtemps assis

    une boule de démolition oscillant au bout d’une grande grue

    des rideaux que je garde fermés

     

    il y avait le nom d’un grutier

    qui tel un lièvre fraîchement abattu

    au fond de ma bouche

    au-dessus de ma langue

    devait se mortifier

     

    (traduction Kim Andringa)

     

     

     

    Frank Keizer

     

    photo : Anna. V.

    FrankKeizer-MdlP-2019.jpgAttentif à faire se rejoindre les extrêmes, Frank Keizer (1987) privilégie une poésie à la fois contemporaine et ancrée dans la tradition littéraire. Après avoir publié le chapbook Dear world, fuck off, ik ga golfen (Dear world, fuck off, je vais jouer au golf, 2012), sur le thème du marketing et de la consommation, il fonde avec son compère Maarten van der Graaff le magazine en ligne gratuit Sample Kanon, dans lequel le duo édite des textes néerlandais et étrangers novateurs. En 2015 suit son premier recueil, édité par Polis : Onder normale omstandigheden (Dans des conditions normales). Il évoque la lassitude et le désespoir d’un jeune homme qui, ayant grandi dans les années apolitiques de la fin du XXsiècle, tente de trouver une forme d’engagement. Lief slecht ding (Mauvais machin aimé, 2019), explore cette même veine. Le poème ci-dessous est emprunté à l’œuvre de 2015.

     

     

    j’ai l’impression d’être aux mains de démocrates

    forcenés, gens consciencieux

    comme nous qui travaillent le week-end

    et n’ont pas plus envie que nous

    d’une guerre de tous contre tous

    cela dit je suis à Bruxelles

    où je fais ce qu’il me plaît

    ce pour quoi d’ailleurs on me paie parfois

    la nouvelle idéologie du travail n’est pas malveillante

    la mollesse n’est pas sans conséquences

    exister c’est survivre la sincérité une forme

    de luxe désenchanté

    la gauche est devenue bête

    de plus sans aides européennes

    on ne peut rien du tout

    aussi prépare-t-on des réunions, lesquelles en entraînent une autre

    comment s’organiser les uns les autres ?

    ce que je ne répéterai plus jamais, après quoi je serai libre

    la tempête parfaite c’est une averse

    aux couleurs unifiées de Benetton

      

    (traduction Daniel Cunin)

      

     

    Martijn den Ouden

     

    photo : Anna. V.

    MartijndenOuden-Mdlp62019.jpgNé en 1983 en Hollande-Méridionale, Martijn den Ouden est le fils d’un pasteur. Après des études à la Gerrit Rietveld Academie, il entre en littérature. Il conjugue travail de plasticien et créations poétiques. À ce jour, les éditions Querido ont publié ses trois recueils : Melktanden (Dents de lait, 2010), De beloofde dinsdag (Le mardi promis, 2013) et Een kogelvrije zomer (Un été pare-balles, 2017, couverture ci-dessous) dont est tiré les poème qui suit.

     

     

    ma préférence va aux animaux qui se mangent eux-mêmes

    par exemple le serpent et l’éléphant

     

    ces animaux-là prennent soin d’eux-mêmes

    ces animaux-là s’aiment eux-mêmes

     

    sans ces animaux le monde serait mauvais

    ces animaux sont sacrés

    nous ne pouvons nous passer d’eux

     

    je n’aime pas les animaux qui se mangent eux-mêmes

    à leur insu

     

    prenez le lézard

    il se mange lui-même

    mais ne le sait pas

     

    c’est sot

    c’est obscène

     

    (traduction Daniel Cunin)

     

    Couv-MartijndenOuden.jpg

     

     

  • Les vies minuscules de Claude-Henri Rocquet

    Pin it!

     

    Claude-Henri Rocquet, Œuvre poétique complète. Tome 1.

    Aux voyageurs de la Grande Ourse, Bastia, éditions Éoliennes, 2018.

     

    AuxVoyageurs-Claude-Henri.jpg

     

    Les vies minuscules de Claude-Henri Rocquet, ainsi pourrait-on caractériser une bonne part des 550 pages qu’offre à lire le premier volume de la poésie complète de ce précieux écrivain qui nous a quitté voici trois ans. C’est à une entreprise colossale que s’est attelé Xavier Dandoy de Casabianca en décidant de publier l’ensemble des œuvres théâtrales et poétiques de celui auquel il a consacré, en 1993, un portrait filmé intimiste : Le Jardinier de Babel.


    Trois volumes pour le théâtre : Théâtre d’encre (2017), Théâtre du Labyrinthe (2018) et Théâtre du Souffle (à paraître, préfacé par Jean-Luc Jeener, et qui comprendra l’un des écrits les plus remarquables du Dunkerquois, à savoir Hérode). Trois également pour la poésie : Aux voyageurs de la Grande Ourse sera suivi d’un tome placé sous le signe du Fils de l’Homme, du prophète Élie, de saint Martin et de saint François : La crèche, la croix, le Christ, annoncé pour 2019, et enfin, en 2020, d’un volume réunissant Art poétique (un entretien inédit), Petite nébuleuse et L’arche d’enfance.

    En s’adressant aux voyageurs, Claude-Henri Rocquet nous rappelle son attachement à la figure d’Hermès, messager des dieux, mais aussi « patron des voyageurs / et des écritures », symbole de l’échange. La Grande Ourse constitue probablement une allusion au Septentrion, si cher à l’auteur, en même temps qu’une invitation à lever les yeux vers le ciel à l’instar des Rois mages. Les cinq volets d’Aux voyageurs de la Grande Ourse reprennent des recueils pour la plupart introuvables (dont Liminaire, le tout premier, publié en 1962), mais aussi quelques pièces inédites (les cinq poèmes de « Jardin carré »), ainsi qu’une section vide intitulée « Chemin », texte malheureusement resté non écrit.

    Aux-voyageurs-de-la-grande-ourse.4.jpgD’une veine souvent narrative, les poèmes de Claude-Henri Rocquet ne s’inscrivent pas forcément plus dans le registre « poétique » que ses œuvres en prose, si ce n’est que la rime y est bien plus présente. Dans ses moindres écrits, mots et syllabes revêtent sans manquer une couleur particulière, touches précises apposées par sa main de peintre. Parmi les pages les plus denses d’Aux voyageurs de la Grande Ourse se dégagent d’ailleurs maintes proses poétiques, celles du Livre des sept jardins ou encore les miniatures de L’Auberge des vagues, d’un équilibre rare : « Entre ici par la brèche du matin. L’assemblée des invisibles se revêt de rameaux et d’écorce pour ta venue. Tu voudrais que ta parole soit parfaite mais elle suffit. Tout se décide à l’improviste. Les jours anciens sont la nourriture du feu. » Un coloris régi par les « r », en lien notamment avec les poèmes non rimés du tout premier cycle de 1962, « Rupestres » (« Beaux minéraux, pères de profondeur », « Taciturnes, ascètes rudes, rochers ! »).

    Claude-Henri 17022015-2.JPGDes vies minuscules disions-nous, sous l’égide d’Hermès. Des vies qui se profilent sur un arrière-plan autobiographique – Claude-Henri Rocquet ne se cache pas derrière son sujet, il amarre certaines évocations au lieu-même où il réside (rue de la Clef, Gordes…). Minuscules ? celle du serviteur d’Hérode qui lave le plat ayant recueilli la tête de Jean-Baptiste, celle d’un mort anonyme à la morgue, celle de maints objets, animaux, éléments de la nature, plume et feuille, fer et rouille, vague… Autant de petits hommes et de petites choses qui côtoient grands noms et grands événements mythologiques ou bibliques. À l’image d’Hermès, figure de l’herméneutique, le poète relit, redit, réécrit en effet des scènes transmises par les œuvres dans lesquelles s’ancre l’Occident, ne redoutant pas de faire de Salomé une sainte, reliant passé lointain et époque moderne, premiers pas de l’enfance et ultime souffle, rapportant chaque épisode au sort de chacun selon une vision qu’il a pu exposer dans un autre livre, la Vie de saint Françoise d’Assise selon Giotto : « Le royaume des cieux n’est pas ailleurs, lointain, futur, impalpable comme un songe, il est parmi nous, il est en nous comme notre souffle et notre sang. »

    Ami des humbles et des objets, fidèle à des frères de plume et à d’autres créateurs qui surgissent sur certaines pages, l’écrivain arpente ses « chemins de songe » non sans savoir que le parcours est aussi lutte : « Démon de mort au cœur de perle / J’écarterai tes flammes et ta suie / Comme l’hiver on brise au lac le gel. » L’espérance de la révélation du mystère, cependant, demeure :

     

    Le dernier jardin est d’étoiles

    À son revers au-delà d’elles

    Je voudrais voir inouï

    L’ardent jardin dont tous nos jours

    Avec nos nuits

    Ne furent que l’ombre portée

     

    Daniel Cunin

     

    article paru dans Nunc, n° 47, printemps 2019

    numéro qui consacre un « Cahier » aux 12 poètes néerlandais invités au Marché de la Poésie 2019 à Paris

    revue-nunc-47.jpg

     

  • Le poète Hubert van Herreweghen

    Pin it!

     

    CET AUTRE ÉMERVEILLEMENT : LE BANAL

     

    hubert van herreweghen,poésie,belgique,flandre,traduction,revue nunc

     

     

    Nous ne savons rien encore

                          de l’homme ni de la femme

                          ni des maux qui à force d’offense meurtrissent.

     

     

    HubertvanHerreweghen-couv.jpgNé en 1920, le Brabançon Hubert van Herreweghen a publié son premier recueil en 1943. Le plus récent, De bulleman & de vogels (L’Épouvantail & les oiseaux), a paru le 1er février 2015 aux éditions P. de Louvain. Sa poésie rime avec émerveillement, passant avec aisance du ludique au tragique sans cesser de solliciter toutes les ressources sonores et lexicales qu’offre la langue néerlandaise. Quand bien même le memento mori hante l’œuvre, fraîcheur, suggestivité et vitalité semblent croître à mesure que le poète avance en âge. Parallèlement, la ténuité de ce qui nous rattache à l’univers s’affirme à travers des strophes toujours plus limpides, plus fragiles en apparence, des images plus plastiques aussi. Comme si la force créatrice et le tangible tendaient à s’exprimer dans le vibrant éclat d’éclats de la plus fine porcelaine. Chez cet auteur qui concilie tradition et modernité, formes classiques et jeux typographiques, l’observation attentive rejoint la méditation.

     

       

    Tombe

      

    C’est ici, dit-on, que tu gis.

    Au cours de toutes ces années,

    pourtant, qui nous ont séparés,

    chaque jour je vois ton visage.

    Non pas ici. Mais dans les pierres,

    les arbres, les herbes, les houx,

    les blés qui tout autour de nous

    grouillaient de vifs coléoptères,

    dans la forêt, dans les herbages,

    ton couteau, ton vélo, ton chien,

    dans la maison où tu m’as dit :

    oui, je vais mourir, ce n’est rien.

     

    Hubert van Herreweghen

    hubert van herreweghen,poésie,belgique,flandre,traduction,revue nunc

     

    traduit du néerlandais par D. Cunin

     

     

    Hubert van Herreweghen, poésie, Belgique, Flandre, traduction, Jos de HaesLa magnifique revue culturelle flamande Kunsttijdschrift Vlaanderen, longtemps dirigée par Patrick Lateur, a consacré l'un de ses numéros à Hubert van Herreweghen (février 2010). Il est illustré par Anne, fille du poète, et reproduit quelques traductions en français de la main de Frans de Haes, lui-même fils aîné du magnifique poète Jos de Haes (1920-1974). D'autres traductions ont paru dans la revue Septentrion ou encore dans le Cahier « Voix poétiques de Flandre » de la revue Nunc, n° 36, juin 2015.

     

      


    Poème : Moeder, waar zijt gij ? / Où est tu, mère ?

    (traduction : Maurice Carême)

     

     

  • « Voix poétiques de Flandre »

    Pin it!

     

    NUNC, n° 36, juin 2015

     

     

    CouvNunc36.jpg

     

     

    À l’occasion du Marché de la Poésie 2015 où la Belgique est l’hôte d’honneur, la revue Nunc consacre un cahier à quelques poètes flamands. Les voix flamandes franchissent non sans mal la frontière. Tout au plus le lecteur français sera-t-il en mesure de mentionner le nom de l’auteur du Chagrin des Belges, Hugo Claus. La tradition jacobine ayant fait son possible pour éradiquer le flamand de France, on en a oublié que l’un des principaux auteurs d’expression néerlandaise du temps de Louis XIV était un Dunkerquois, le dramaturge Michel de Swaen. Il est vrai que par la suite, les lettres de ces contrées septentrionales ont connu un déclin sans pareil qui s’explique notamment par la domination étrangère, la mainmise du français sur les élites ainsi que par la prédominance d’une société rurale plutôt pauvre, mosaïque de dialectes. Sans doute alors, ainsi que le formule un écrivain néerlandais, « le voyageur cultivé éprouvait-il une réelle déception en entendant le cul-terreux qu’il croisait dans les champs parler un dialecte bas francique occidental inintelligible ».

    Jos de Haes, Poèmes

    revue nunc,poètes flamands,belgique,marché de la poésie,littérature,flandreRayonnantes au Moyen Âge – il suffit de songer à Hadewijch et à Ruusbroec –, les lettres flamandes sont peu à peu parvenues à renaître de leurs cendres sous l’impulsion de deux figures, le romancier populaire de père français Henri Conscience (1812-1883) et le prêtre-poète Guido Gezelle (1830-1899). Liée consubstantiellement aux combats menés par le Mouvement flamand en faveur d’une reconnaissance de la culture autochtone, cette renaissance s’est poursuivie durant une bonne partie du XXe siècle. Si la prose a connu quelques sommets – on songe en particulier au grand ami de Maeterlinck Cyriel Buysse (1859-1932), au styliste hors pair Maurice Gilliams (1900-1982), au phénoménal Louis Paul Boon (1912-1979) et à Hugo Claus (1929-2008) –, la poésie n’a pas été en reste grâce en particulier à Paul van Ostaijen (1896-1928), Jos de Haes (1920-1974), Christine D’haen (1923-2009) ou encore Hubert van Herreweghen. Des recueils disponibles en traduction française donnent une petite idée de la diversité actuelle de cette poésie de Flandre (1). Bien des décennies après Charles Van Lerberghe, Max Elskamp, Georges Eekhoud, Émile Verhaeren, Georges Rodenbach et autres Maeterlinck, et quelques années après la disparition de Paul Willems et de Guy Vaes, rares sont encore les Flamands qui édifient une œuvre en français et non en néerlandais (on songe aux poètes Elke de Rijcke et Jan Baetens ainsi qu’aux romancières Françoise Mallet-Joris et Nicole Verschoore). (2)

    Christine D'haen

    revue nunc,poètes flamands,belgique,marché de la poésie,littérature,flandreLe cahier publié dans Nunc s’arrête sur quelques œuvres (Anton van Wilderode ; Christine D’haen ; Hubert van Herreweghen ;  Claude van de Berge ; Patrick Lateur) qui dénotent une certaine complicité entre écriture et démarche spirituelle. Elles se terminent, sous la plume de Peter Holvoet-Hanssen, par un hommage à Paul van Ostaijen, grand rénovateur de la poésie en Flandre.

    Autre poète de premier plan à l’honneur dans ce numéro de Nunc : Jean-Pierre Lemaire. Cet auteur qui a grandi en Flandre française se livre au fil d’une discussion avec la rédaction de la revue et fait l’objet de pages tout aussi bigarrées que remarquables de Cathia Chabre, Christophe Langlois, Yves Leclair… Le philosophe Bruno Latour se confie lui aussi dans un entretien et malmène bien des idées reçues (sur l’écologie, la théologie, etc.) tandis que Pascal Boulanger nous entraîne, à la suite de saint Augustin, loin des « dupeurs dupés » et des « bavards muets ». Les amateurs de séries télévisées (américaines) sont également à la fête : le cahier « Métaphysique en séries » ouvre en effet une réflexion sur la dimension existentielle de ces productions grand public. À lire aussi des poèmes, entre autres de Nicolas Waquet, ainsi que l’habituel « cahier critique ».

     

    Nunc, revue agonale, romantique, charnelle, spirituelle, musicale, littéraire, totale, explosive, organique, pérégrine, sensuelle, amoureuse, intérieure, silencieuse, religieuse, hospitalière...

     

     Jean-Pierre Lemaire

    revue nunc,poètes flamands,belgique,marché de la poésie,littérature,flandre(1) Entre autres des recueils (bilingues ou non) de Leonard Nolens, Hedwig Speliers, Paul Bogaert, Lut De Block, Els Moors, Paul Claes, Luuk Gruwez, Stefan Hertmans, Jan H. Mysjkin, Stefaan Van den Bremt, Miriam Van hee, Dirk van Bastelaere, Andy Fierens…

    (2) Autres auteurs flamands ayant choisi le français : André Baillon (1875-1932), Franz Hellens (1881-1972), Marie Gevers (1883-1975), Paul Neuhuys (1897-1974), Suzanne Lilar (1901-1992) Alain Germoz (1927-2013), Jacques Brel (1929-1978)… Auteurs flamands ayant écrit ou écrivant dans les deux langues : Cyriel Buysse (1859-1932), Caecilia Ameye (1879-1953), Clément Pansaers (1885-1922), Jean Ray (1887-1964), Paul-Gustave van Hecke (1887-1967), André de Ridder (1888-1961), Roger Avermaete (1893-1988), Paul van Ostaijen (1896-1928), Michel de Ghelderode (1898-1962), Rose Gronon (1901-1979), Michel Seuphor (1901-1999), Marc. Eemans (1907-1998), Remy de Muynck (1913-1979), Marie-Jo Gobron (1916-2008), Albert Bontridder (né en 1921), Jacqueline Ballman (1922-2000), Freddy de Vree (1939-2004), Henri-Floris Jespers (né en 1944), Jacques De Decker (né en 1945), Francis Cromphout (né en 1947), Frans de Haes (né en 1948), Herman Portocarero (né en 1952)…

     

    revue nunc,poètes flamands,belgique,marché de la poésie,littérature,flandre

     Franck Réthoré, Encre sur papier, 2010

     

    Sommaire de Nunc, n° 36, juin 2015

    Liminaire 

    Réginald GaillardLéger frémissement au pays des revues

     

    Shekhina 

    Dossier Jean-Pierre Lemaire dirigé par Réginald Gaillard

    Nunc Entretien avec Jean-Pierre Lemaire

    Jean-Pierre Lemaire Deux poèmes inédits

    Jean-Marc Sourdillon Un silence traversé 

    Yves Leclair Première épître d’un disciple attardé à Nicodème

    Pierre Oster Désert

    Christophe Langlois Voir de loin ou brûler

    Pascal Boulanger Le cœur réceptacle

    Cathia Chabre Les traces inapparentes dans Figure humaine

    Pascal Boulanger Saint Augustin : « Refais tes forces et passe »

    Blandine Merle Jean-Pierre Lemaire : l’humilité en traverse

     

    Axis Mundi

    Nunc Entretien avec Bruno Latour

    Claude Tuduri Poèmes

    Thomas Sonnefraud Poèmes

     

    Cahier « Métaphysique en séries »

    Introduction par Franck Damour

    Pierre Dulau OZ

    Marc Rastoin Cold case (Affaires classées) et notre soif de justice

    Nicolas Waquet Poèmes

     

    Cahier « Voix poétiques de Flandre »

    Présentation, choix et traduction de Daniel Cunin avec des poèmes de : Anton van Wilderode ; Christine D’haen ; Hubert van Herreweghen ;  Claude van de Berge ; Patrick Lateur ; Peter Holvoet-Hanssen 

     

    Cahier critique

      

    Encres de Franck Réthoré

     


     

    Présentation en musique et images du recueil de Claude van de Berge, De overblijfselen, Louvain, P., 2011